publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Pour la discrimination positive

Réduire

publicité

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Pour la discrimination positive



    Jai 28 ans. Infirme Moteur Cérébral, je suis un travailleur handicapé reconnu par la COTOREP. Grâce à ce statut et la loi du 10 juillet 1987, jai eu lopportunité dêtre embauché à la Ville de Paris sur dossier. Cest cette loi qui demande à lEtat comme aux entreprises privées de recruter 6 % de personnes handicapées.

    Cette loi nest rien dautre que de la discrimination positive qui facilite l ... à lemploi des personnes handicapées qui sont par ailleurs compétentes.
    Or, daprès les chiffres de la HALDE, 26% de ces personnes sont au chômage, taux 3 fois plus important que le taux de chômage français denviron 9% .
    Quelle serait la situation si cette loi nexistait pas ? Qui oserait aujourdhui la remettre en cause ?

    Cest la raison pour laquelle je suis favorable à la discrimination positive. Dans le cadre de ma recherche demploi, jai envoyé environ 150 lettres ou mails de candidature. Jai obtenu 5 entretiens dembauche. Ce qui est frappant, cest quà chaque fois que jai décroché un entretien, javais auparavant dissimulé mon handicap dans la lettre.

    Au fur et à mesure de la recherche, je me suis rendu compte que le mot handicap faisait peur. Comme la couleur de la peau et / ou un nom à consonance étrangère peut effrayer un éventuel employeur et constituent le handicap de ces personnes.
    De ce point de vue, le chômage des personnes handicapées et celui des personnes issues de limmigration et des quartiers défavorisés sont pour moi les deux faces du même problème. Un vaste problème de société qui nest pas assez présent dans le débat actuel.

    Je vois le risque quil y a à lier les deux problèmes : comme il existe une loi en faveur des personnes handicapées qui établi un quota, on dira sans doute : mais, on veut instaurer des quotas en fonction de lorigine ethnique, cest scandaleux, cest pas possible, etc.
    Pourquoi ne pas permettre aux entreprises de passer des accords avec des associations de quartiers qui proposeraient les jeunes les plus motivés ? Cela existe peut-être déjà. A mon niveau de citoyen, je ne suis pas spécialiste de la question. Cette campagne sera pour moi loccasion dapprofondir le sujet.

    Quand jentends dire : je suis contre la discrimination positive car moi, je suis pour légalité des chances , ou je suis contre toutes les discriminations ça me fait bondir car cest le comble de lhypocrisie. Chacun sait que légalité des chances nexiste pas dans les faits, que ce nest quune belle expression consensuelle et vide de sens, néanmoins plus agréable à loreille que la discrimination positive qui, elle, renvoie pourtant à des mesures concrètes. Je ne condamne évidemment pas les personnes qui y sont défavorables mais jaime entendre de véritables arguments.

    Je note au passage que les conventions éducatives prioritaires mises en place par Sciences Po ne sont rien dautre quune application de la discrimination positive. Et pourtant, Sciences Po se contorsionne pour expliquer que non, ça nen est pas car il ny a pas de quota ! Un peu faible comme argument car cela consiste dabord à donner un peu plus de chances à ceux qui en ont moins. Et la loi sur la parité homme-femme en politique, quest-ce donc sinon de la discrimination positive ?

    On dit sans doute d'Harry Roselmack qu'il a été nommé sur TF1 parce qu'il est Noir, on dira ensuite qu'il est Noir et surtout compétent et enfin, je l'espère qu'avant d'être Noir, il est dabord compétent. J'aimerais qu'il en soit de même pour les personnes handicapées et les jeunes des quartiers. On peut dailleurs remplacer le mot Noir par handicapé ou femme .

    De fait, je suis intimement convaincu que la discrimination positive est un des moyens volontaristes de parvenir peu à peu à une égalité des chances réelles en faisant évoluer les mentalités qui évoluent difficilement delles-mêmes. Cest pour moi le fond du problème.

  • Discrimination



    http://www.lexpress.fr/reussir/dossier/racisme/dos-sier.asp?ida=430132

    Commentaire


    • Discrimination
      Pas d ... à l'article



      Je n'arrive pas à accéder à l'article. Mais vous, êtes vous pour, contre, réservé, pour quelles raisons ?

      A bientôt,

      Commentaire


      • Pas d ... à l'article
        Discrimination positive



        Désolé pour le lien qui ne marchait pas. J'ai fait un copier-coller de l'article du site de l'Express :

        L'Express du 01/11/2004

        Jean-François Amadieu
        Discrimination positive, mais injuste
        propos recueillis par Jacqueline Remy
        Jean-François Amadieu est l'un des sociologues dont les travaux servent de base théorique à ceux qui, en particulier dans la droite libérale, militent pour la discrimination positive. Fondateur de l'Observatoire des discriminations (université Paris I), il a démontré par ses enquêtes à quel point le recrutement pouvait être biaisé par des critères non professionnels. Au moment où 35 chefs d'entreprise viennent de signer une charte de la diversité, il déclare à L'Express que la discrimination positive n'est pas une bonne solution.


        Vous ne pensez pas que la discrimination positive permette d'enrayer les inégalités ?
        La discrimination positive consiste à redresser après coup, et très à la marge, des inégalités qu'on a laissées s'installer. Ce n'est pas une solution de corriger une injustice par une autre. Il y a un problème technique, d'abord. Il faudrait, pour être juste, répondre à une multiplicité de facteurs de discrimination. Or on ne peut juxtaposer les pourcentages: tant de femmes, tant de gens de telle couleur ou de telle confession, tant d'homosexuels, tant d'obèses, tant de handicapés, tant de plus de 50 ans... C'est impossible! On va finir par promouvoir certaines minorités aux dépens d'autres minorités, au risque d'aggraver la situation de ces dernières.

        Vous êtes hostile à la charte de la diversité ?
        Ce n'est pas la charte en soi qui est discutable. Mais certains de ses inspirateurs y voient une rampe de lancement pour promouvoir la discrimination positive. Ils figurent d'ailleurs parmi les personnalités qui viennent de signer un manifeste pour que le système de filière ZEP adopté par l'Institut d'études politiques de Paris soit étendu à d'autres grandes écoles. Il est clair que ces militants s'intéressent surtout, sous couvert de diversité, à un seul type d'inégalités: les discriminations ethniques. Or, tout principe de faveur est stigmatisant - c'est pourquoi des associations comme SOS-Racisme sont contre. Par ailleurs, le mépris des recruteurs à l'égard des obèses, par exemple, ou des handicapés, et surtout des plus de 50 ans, est aussi dramatique que celui dont souffrent les minorités ethniques.

        Certains soutiennent que la discrimination positive a le mérite d'être efficace. Vous y croyez ?
        On ne peut réduire un candidat à une particularité, qu'elle soit ethnique, sexuelle ou physique. Il faut juger les gens sur leurs compétences, un point c'est tout, et agir en amont. Il n'y a qu'une solution: créer des conditions d'anonymat et d'objectivité qui désamorcent les discriminations. Cette pratique pourrait être encouragée par la loi et surveillée par la Haute Autorité. Si on assure des techniques de recrutement et de gestion de carrière irréprochables, on limitera plus sérieusement les injustices et on n'aura pas besoin de les corriger après coup. Un certain nombre d'entreprises se sont déjà engagées à utiliser des CV masqués, nettoyés de toutes les indications qui viennent habituellement fausser le jugement sur les compétences. Quant aux grandes écoles, il vaut mieux modifier les épreuves pour tous que fabriquer des filières d'exception pour quelques-uns. C'est cela, l'égalité.


        Je suis de son avis. Je suis plutôt contre la discrimination positive pour ne pas faire comme aux US où l'on est nommé professeur d'université parce que l'on est hispanique et champion de base-ball !!!
        On va voir se créer le lobby des amputés du petit doigt de la main gauche pour obtenir des "droits" pour compenser leur "épouvantable malheur". C'est à qui pleurnichera le plus fort.
        Mentalité d'assisté ! Beurk !

        Commentaire


        • Humble tentative de vulgarisation du chewing gum sociétal



          DANGER !!! La Discrimination "positive" à caractère ethnique s'institutionnalise en silence

          Dernièrement, l'un de mes amis a été victime d'une discrimination à l'embauche orchestrée, en douce, par les pouvoirs publics. Ce dernier a été écarté dune offre demploi sinscrivant dans un dispositif daide sociale (donc financé par les deniers publics) pour la bonne et simple raison quil NAVAIT PAS un nom à consonance étrangère .

          Par lécrit qui suit, intitulé Comment miner la République ? Le choix du communautarisme ou la discrimination positive jespère bien parvenir à éveiller quelques consciences sur le danger imminent quincarne cette façon de concevoir la justice sociale.

          Suivez ce lien pour connaître cette histoire vraie digne d'un cauchemar pour celui qui l'a vécue et pour ceux qui seront peut être amenés à vivre une situation similaire:

          http://lecoqenboite.hautetfort.com/

          Ne nous laissons pas voiler la face sans mots dire, pour ou contre, ouvrons un vrai débat!

          Commentaire


          • Pour une politique reconnaissant le droit des parents handicapés



            Bonjour,
            Bénévole et chargée de communication pour lassociation handiparentalité, je me permets aujourdhui dattirer votre attention sur les droits des parents en situation de handicap qui ne sont pas toujours reconnus aux yeux de notre gouvernement.
            En effet, l'association Handiparentalité reconnaissance, partage et besoins a été fondé en mars 2010. Soumise à la loi de 1901, elle a pour objet d'aider et soutenir les parents et futurs parents en situation de handicap. Du désir d'enfant à la grossesse, de l'accouchement au retour à domicile, nos bénévoles sont présents pour les accompagner et les conseiller. Actuellement, nous avons besoins de vous : Notre magasine Handiparentalité (trimestriel) est notre carte de visite, un moyen d'échanger et de faire partager notre expérience de parents afin de s'informer et se rassurer mutuellement. Les articles et illustrations sont réalisés par une équipe de bénévoles.
            Afin que notre magasine puisse continuer à voir le jour, merci d'y apporter votre soutien.
            http://fr.ulule.com/handiparentalite-mag/
            Par ailleurs, nous nous battons donc pour faire reconnaître le statut de parent handicapé par notre gouvernement. En effet, être parent en situation de handicap s'est être confronté à des devoirs et des obligations au même titre qu'un parent valide. Seulement le parent en situation de handicap nécessite quelques adaptations (matérielles, humaines, accessibilité des lieux PMI, mairies, écoles en autres) et certains aspects juridiques demeurent, à ce jour, sans réponse.
            Nous tenons donc à alerter les pouvoirs publics sur l'handiparentalité, car les gens oublient souvent qu'être handicapé ou devenir handicapé peut arriver à n'importe qui: leurs parents, leur frère ou soeur, leur enfant voire même eux-mêmes.
            Aussi et surtout, ce n'est pas parce qu'on est/nait handicapé que n'a pas le droit à une vie normale, une vie professionnelle, une vie familiale, une vie sexuelle. Oui, je vous l'accorde, les médias, les politiques et la société nous renvoie une image du handicap très orientée : déformés, assistés, dépendants et plaintifs tandis que nous nous battons tous les jours pour être connus et reconnus comme personnes à part entières.
            Pourquoi soutenir Handiparentalité, alors qu'il y a des dizaines d'associations militant pour la défenses des personnes handicapées? Parce qu'Handiparentalité parle de parentalité avant tout, une parentalité accompagnée, mais une parentalité au même titre qu'un parent dit "valide".
            Pour un changement de mentalité, soutenez-nous : signez et VALIDER notre ... ! Et faite-la suivre.. .
            http://www.mesopinions.com ... droits-homme/nouvelle-politique-sociale-famille-handicap-reconnaissant/10449
            Siège:
            HOTEL DE VILLE 24 place de la République 33410 Cadillac (Gironde)
            Félicie Gatinet-Pénau, bénévole pour lassociation handiparentalité

            Handiparentalité - Le Mag - Ulule
            fr.ulule.com
            Qui sommes-nous ? L'association Handiparentalité, reconnaissance, partage et besoins a pour objectif d'aider et soutenir les parents et futurs parents en situation de handicap. Du désir d'enfant à la grossesse, de l'accouchement au retour à domicile, nos bénévoles et professionnels ...

            Commentaire

            Publicité

            Forum-Archive: 2007-032008-022013-09

            publicité

            Chargement...
            X

            publicité