publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

! touche pas à mon pédiatre !

Réduire

publicité

publicité

X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • ! touche pas à mon pédiatre !





    La place de l’enfant

    La pétition circulait dans les cabinets des gynécologues médicaux. Sous couvert de normalisation européenne, cette médecine féminine risquait fort de disparaître. Sa situation n’est pas résolue qu’un autre secteur se voit à son tour menacé* : la pédiatrie. Pourquoi une spécialisation pour les enfants risque-t-elle tout bonnement de disparaître ?

    Mustapha Abdelilah est un pédiatre libéral de banlieue, de proximité. Et dévoué à son métier. Comme ses confrères, il a consacré 11 ans de sa vie à étudier : 7 en médecine et 4 en spécialisation. Inutile donc de préciser qu’on ne devient pas pédiatre par dépit ou par hasard… Il est également titulaire d’un DEA de psychologie, un choix personnel et, de son propre aveu, “ ne vient jamais à reculons à son cabinet ”.

    Pour lui, choisir de soigner des enfants a un sens. “ Bien sûr que les généralistes sont tout à fait à même de traiter les cas courants. D’ailleurs, plus l’enfant grandit et plus les parents iront vers un généraliste. Mais un pédiatre ne se contente pas de soigner et de prescrire des médicaments. Il considère l’aspect relationnel, la place de l’enfant dans sa famille et son développement psychomoteur. Quand un enfant entre dans mon cabinet, il n’est pas seul. J’aime voir ses parents au moins une fois, mais c’est toujours à lui que je m’adresse en premier ”.


    En 2002 aussi, nos corps nous appartiennent !
    Mais comme beaucoup d’autres pédiatres, le Dr Abdelilah reste très pessimiste sur l’avenir de sa profession. Si les chiffres sont encore flous, il semble qu’il manque d’ores et déjà près de 50 % de jeunes pédiatres pour prendre la relève des départs en retraite. Et chaque jour voit les volontaires se détourner de cette spécialisation. « Cela mériterait un long débat mais les pédiatres ne gagnent pas bien leur vie* pour des journées très longues qui demandent un investissement énorme. Et l’évocation de la mise en place de médecins référents nous laissent entrevoir un avenir sombre… ”, conclut-il.

    *Pour info : le prix des visites n’a pas été revalorisé depuis sept ans. La pétition lancée par le Collectif des Pédiatres libéraux a déjà recueilli plus de 500 000 signatures sur le web.
    Adresse : www.pediatres-liberaux.com , www.societefrancaisepediatrie.asso.fr et www.snpf.fr

    A lire :
    -“ Médecins d’enfants, 11 pédiatres, 1 psychanalyste ” – de Ginette Raimbault et G. Guérin, Editions du seuil.
    -“ Réponses de pédiatre ” - d’Aldo Naouri, Editions Odile Jacob.

    -------------------
    Certains étudiants en médecine se dirigent vers le lucratif, la chirurgie esthétique...

  • Une remarque



    c'est bien d'avoir mis cet article ici.
    Mais je trouve la dernière phrase (sans doute un ajout personnel) TRES déplacée.
    Je suis étudiante en medecine, et si tu veux, on peux parler de tout ça, mais au moins, avant de faire ce genre de reflexion, essaye de connaitre de quoi tu parles, la difficulté de chaque spécialité, les bâtons dans les roues qu'on nous met chaque année pour ne pas faire la spécialité de notre choix.
    Il y a très peu de postes en pédiatrie au concours de l'internat. et ils sont TOUS pourvus chaque année, c'est une spécialité merveilleuse malgré les contraintes de travail enorme et de salaire mas géniaux.
    Mais il y a encore moins de postes en chirurgie, et c'est une spécialité bien différente et tout aussi passionnante.

    Et est-ce vraiment anormal après 11 ans d'études de vouloir gagner de l'argent ?

    Commentaire

    publicité

    publicité

    Chargement...
    X

    publicité