publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

L'inconnue de rouge vêtue

Réduire

publicité

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • L'inconnue de rouge vêtue



    Bonjour, je suis nouveau sur ce forum. Je vous propose un petit texte écrit et publié initialement sur le forum "Histoires érotiques" de ...
    A vous de me dire ce que vous en pensez.... merci
    calinou381

    Il marrive parfois pour des raisons professionnelles de me déplacer loin de mon domicile.
    Dans ces occasions, je me retrouve dans la situation de mon lointain célibat, fait de soirées de solitude, de repas mornes devant une télé insipide ou à lécoute dune radio plus ou moins distrayante.
    À cette époque de ma post adolescence, il marrivait donc, pour tromper mon ennui, voir un peu de monde et qui sait, peut-être faire la rencontre de ma vie, daller au restaurant, ou au cinéma, plus rarement au théâtre ou au concert. Il mest donc arrivé de faire beaucoup de rencontres, de bonnes et de moins bonnes et, comme de bien entendu, à force dinsister, arriva ce qui devait arriver, jai fais la rencontre de ma vie !
    Mais depuis, leau, plus ou moins claire, a pas mal coulé sous les ponts de ma vie.
    En ce beau soir de ce magnifique mois de juin, alors que je suis loin de la maison, la rencontre de ma vie se trouve seule, à lautre bout de la France, seule et désespérée, à nen pas douter. Moi qui ne suis quun affreux jojo et un petit égoïste, je ne suis pas plus triste que cela. Ces éloignements professionnels me sont comme de petites récréations, des parenthèses rafraîchissantes dans une vie de couple somme toute très banale, ressemblant à beaucoup dautres. Jaime ces pointillés dans ma vie ordinaire. Jai comme le sentiment illusoire de me retrouver projeté dans le passé. Je retrouve cette insouciance tout de même pas si lointaine, alors que je nétais quun jeune homme, à mille miles de mes soucis actuels.
    La douce, tentante et éphémère condition de célibataire géographique !
    Lors de ces escapades commandées, je suis aux aguets, prêt à toutes les éventualités, le nez au vent, loeil attentif, avec ce sentiment que tout est possible , quil suffit simplement de saisir loccasion, lopportunité qui ne manquera pas de se présenter.
    - Vous restez chez nous combien de temps Monsieur Besson ?
    - Et bien jusquà vendredi, mademoiselle
    - Donc quatre nuits et quatre petits déjeuners, cest noté monsieur
    La demoiselle en question, réceptionniste de lhôtel Campanile, jolie brune de type méditerranéen, enregistre ma réservation sur lordinateur. Sa concentration me laisse le temps dadmirer son sourire et ce magnifique décolleté copieusement rempli, généreusement offert, qui séchancre juste en dessous. Elle est mignonne comme un coeur, un peu jeune, il est vrai pour le demi vieux que je suis. Mais, rejetant loin de moi ces idiotes considérations de différence dage, je me laisserai bien tenter. Pourquoi ne pas lui faire un petit brin de causette-dragueuse ?
    Uniquement dans un souci de convivialité, sans plus !
    Mon regard ségare donc quelque peu, furète gentiment, ce dont elle se rend compte immédiatement, ce qui ne fait quaggraver son sourire resplendissant. Mais elle ne fait strictement rien pour tenter de cacher ses petits trésors, bien au contraire. Je subodore une petite complicité, qui me pousse un petit peu plus avant.
    - Vous travaillez jusquà quelle heure ?
    Dici, je vois certains lecteurs esquisser un sourire de commisération devant une attaque aussi plate et dénuée de toute originalité ! Tant pis ! Parfois sur un malentendu ou une incompréhension, louverture se faitIl peut se produire un miracle mais, ce ne sera pas pour cette fois
    - Mon ami vient me chercher à 22 heures, pourquoi ?
    Patatras ! Jaurai pu me douter quune petite brunette aussi pétillante ne doit pas rester seule le soir, devant une télé insipide ou à lécoute dune radio vous connaissez la suite .
    Je suis sur le point de répondre, et de lui prodiguer un petit compliment de mon cru, pour ne pas rester sur ce petit râteau, lorsque la porte automatique de lhôtel souvre pour laisser entrer un couple de nouveaux clients.
    Pour le coup, lamabilité que je mapprêtais à servir à cette jeune, charmante et si accueillante hôtesse, me reste sur les lèvres à la vue dune magnifique apparition, toute de rouge vêtueAccompagnée, certes, mais néanmoins magnifique.
    Pas très grande lapparition, mais admirablement bien proportionnée, un véritable tanagra en rouge carmin.
    De magnifiques cuissardes servent décrin aux plus belles cuisses qui maient été donné dadmirer. Une jupe ultra courte, et cest heureux, car les cuissardes cachant le bas, il eut été dommage quune jupe trop longue cache le haut de telles splendeurs. La belle apparition dont le buste est mis en valeur par un joli chemisier à carreaux rouges avec de fines rayures noires, genre bûcheron canadien, arbore un sourire à faire fondre un jésuite ténébreux. Mais si tous les bûcherons canadiens ressemblaient à cette belle inconnue, nul doute que les forets de la Belle Province ne seraient pas prêtes de se désertifier

    La démarche est féline, assurée et sensuelle. Jadore sa façon de se mouvoir, ce port altier qui pourrait paraître faussement prétentieux. La belle inconnue que jai désormais décidé dappeler ainsi, à vraiment le maintien et les attitudes si particulières de ces femmes ayant pratiqué la danse classique ou contemporaine. Elle nest pas seulement belle, elle a dans son comportement une classe évidente, une prestance remarquable qui révèle lêtre dexception, la femme de qualité.
    Les cuissardes qui mettent si bien en valeur le galbe de ses belles jambes ont des talons conséquents, ce qui a pour effet de renforcer la grâce de sa marche.
    Alors que son compagnon sapproche du comptoir de laccueil, elle reste légèrement en retrait, un demi-sourire aux lèvres. Elle pose un regard bienveillant sur le monde qui lentoure, sûr delle et de sa beauté.

    à suivre

  • "l'inconnue de rouge vêtue" - 2e partie



    De mon côté, je suis tétanisé, incapable de prononcer un mot. Impossible de retenir les consignes qui me sont données concernant les différents codes d’ ... du portail et de la porte dentrée de lhôtel, en dehors des heures de permanence de laccueil.
    - Vous avez bien noté ?
    - Euh oui, oui, cest noté
    La réceptionniste a remarqué lintérêt soudain que je porte à sa nouvelle cliente, tout comme celle-ci dailleurs. Elles sen amusent un peu. La belle inconnue, comme pour me remercier de ce silencieux hommage, me gratifie dun sourire encore plus éclatant. Je me liquéfie sur place.
    Je récupère machinalement les clés de ma chambre, passe tout près de cette magnifique créature, toujours souriante. Je suis soudain un peu intimidé par son regard clair et malicieux. Alors que je la frôle presque, sans quelle nesquisse un geste pour me faciliter le passage, comme à dessein, mes narines captent son parfum, subtil et léger. Lodeur quelle dégage, comment peut-on lappeler de ce mot si commun, est en réalité une divine senteur. Après la vue, me voici séduit par lodoratNe reste plus que le goût et le toucherMalheureusement, la belle est surveillée de très près par son compagnon, ce qui en soi se comprend fort aisément.
    Je grimpe minstaller dans ma chambre, la tête en ébullition et pleine de cette belle apparition.
    Lheure du repas nayant pas encore sonné, je tente de me distraire en vain avec les programmes de la télévision. Rien à faire, mon esprit est occupé ailleurs.
    Je décide donc en attendant le dîner, de me rendre au bar et de boire un petit whisky de réconfort.
    La salle de restaurant et le bar sont contigus, et à cette heure-ci, toujours vides. Je minstalle à une table, suivi de près par le garçon qui vient prendre ma commande.
    - Un double whisky, sans glaçon, s'il vous plaît
    - Bien monsieur
    Le serveur mapporte ma commande, quand soudain la belle de mes pensées, fait son apparition à la porte du bar, seule !
    Entre-temps elle sest changée. Elle porte un fin et adorable corsage blanc, ne serait-il pas un peu transparent ? Ce léger vêtement souligne le galbe de sa poitrine, ronde et ferme, qui semble très jolie. Sans être très volumineuse, elle nen est pas moins conséquente et jimagine deux beaux seins en pomme, qui nont nul besoin de soutien. Pour ma part, jai toujours préféré les seins en poire, un peu lourds, mais je ne suis pas sectaire ! Je suis prêt à réviser mes positions
    Elle a une jupe que lon pourrait qualifier de mini, voire ultraminielle a vraiment des jambes splendides ! Elle a troqué les cuissardes rouges contre de jolis escarpins à brides, tout aussi rouges que la jupe, mais mieux adaptés pour la circonstance.
    Elle me voit, me reconnaît, me gratifie dun nouveau sourire, plus poli que coquin et se dirige vers le comptoir et les hauts fauteuils alignés devant.
    La jeune femme sinstalle très sagement, et avec beaucoup délégance, ce qui nest pas chose facile, étant donné le peu de tissu qui cache le haut de ses cuisses. Il faut dire quen position assise, même tournée vers le comptoir, sa jupe ne cache pas grand-chose.

    Elle fait un petit signe au barman, qui revient quelques instants plus tard avec un Martini Gin.

    De mon côté, je feins de ne pas être plus intéressé que ça par sa présence. Pourtant, si elle pouvait voir dans quel état je suis depuis son entrée
    Elle déguste son apéritif à petites gorgées gourmandes, jetant de temps à autre, un coup doeil discret dans ma direction.
    Mon regard bien que très sage, revient sans cesse sur elle, sattarde sur cette belle silhouette de rêve. Jessaie dimaginer ce qui nest pas montré.
    Je suis en plein délire, jamais pareille créature ne pourrait sintéresser à ma personne. Je dois bien avoir vingt ans de plus quelle, ne suis pas particulièrement un apollon. Personnellement je me situe entre Rocco Siffredi pour le cerveau et Woody Allen pour le physique !
    Comme de plus, elle est accompagnée dun type bien de sa personne, qui doit être son mari ou son amant, en tout cas un homme très amoureux, mes chances sont quasiment nulles.
    Malgré ma grande discrétion, mes regards en coin ont été repérés par lobjet de mon intérêt.
    A un moment donné, je suis pris sur le fait, en train de reluquer ses cuissesElle sourit sans que cette marque damusement me soit plus particulièrement adressée.
    Tout en portant son verre à ses lèvres, la belle inconnue pivote sur le tabouret et me présente son autre profil.
    Je dis me présente car ce mouvement nest assurément pas fortuit. Elle me teste. De mon côté, japprécie ce petit cadeau silencieux.
    Cette fois nos regards se croisent vraiment. Ses yeux brillent damusement, ce petit jeu lui plaît. À moi aussi. Jai la gorge de plus en plus sèche et jappelle le serveur pour un autre verre. Je passe également commande pour la belle inconnue, dun second Martini. Un peu trop classique comme méthode, je veux bien le reconnaître, mais je tente le tout pour le tout, nayant en fait pas grand-chose à perdre.
    Lorsque le garçon le lui apporte, agrémenté de lexplication dusage, elle se tourne franchement vers moi, lève son verre dans ma direction et je devine sur ses lèvres muettes un merci de personne bien éduquée.
    Cette fois, elle me fait face et a oublié de garder les cuisses jointes, ce qui me permet dentrevoir, à peine caché dans la pénombre da sa petite jupette, encadré par les taches plus claires de ses cuisses, un adorable slip rouge de dentelle.
    Il semble que cela froufroute dabondance, mais ne saurait dire sil sagit dun slip ou dun string.
    Mon regard est à présent, vrillé sur son entrejambes. Elle me regarde fixe et immobile, comme le serpent sa proie, droit dans les yeux. Son beau sourire sest effacé, mais elle nen resserre pas pour autant les jambes.
    Jai même limpression que, imperceptiblement, elle les écarte encore un peu, que je puisse admirer à loisir. Je bois mon verre dun seul trait sans détourner mon regard. Elle ne détourne pas le sien. De longues minutes sécoulent ainsi avant que son visage ne séclaire à nouveauElle garde les cuisses écartées, toujours dans ma direction. Je suis le seul qui puisse admirer le spectacle quelle moffre ainsi ostensiblement. Elle semble y prendre autant de plaisir que moi. Elle écarte encore, de plus en plus offerte et indécente.
    Soudain, elle repose son verre à moitié terminé, descend du tabouret, se dirige vers moi, passe près de ma table, me frôle et se dirige vers les toilettes.

    Commentaire


    • "l'inconnue de rouge vêtue" - 2e partie
      Qui veut une suite ?



      pour le moment ce n'est pas la bousculade pour me lire..... snif !!!!

      Commentaire


      • Qui veut une suite ?
        Moi



        je veux bien une suite..

        Sois patient, n'oublie pas que la plupart travaillent, n'ont pas forcément la possibilité, de venir ici autant qu'ils le voudraient..

        Ban, au lieu de te plaindre, tu te remets au boulot pour la suite ?

        Commentaire


        • Qui veut une suite ?
          Moi aussi !!!



          J'adore, sincèrement : l'intrigue, la façon dont le récit est rédigé, les pointes d'humour ici et là.
          Au plaisir de te lire.
          Bisous.

          Commentaire


          • Qui veut une suite ?
            Au fait ...



            bienvenue !

            Commentaire


            • Moi
              Merci à vous !!!!



              Non rassurez vous c'était plus un clin d'oeil qu'une plainte !!!
              Je ne me fais pas de souci outre mesure, donc si ça vous plait je poste la 3ème partie dans la foulée

              merci encore

              Commentaire


              • Qui veut une suite ?
                Vite...



                La suite.....lintrigue est vraiment bien menée

                Commentaire


                • Merci à vous !!!!
                  "l'inconnue de rouge vêtue" - 3ème partie



                  Zut, le spectacle est fini. La tension retombe doucement, mais jai tout de même un peu de mal à calmer le sang qui me bat les tempes, et ailleurs.
                  Je termine lentement mon verre, reprenant petit à petit mes esprits. Je mapprête à appeler le garçon, régler les consommations, quand mon geste est stoppé au vol par la réapparition soudaine de ma belle inconnue, à la sortie des toilettes, repasse de sa démarche sensuelle à mes côtés, se réinstalle sur le même tabouret, dans la même position. De nouveau offerte.
                  Décidément, cette jeune femme aime le jeu jouons donc. Me ravisant, je commande un troisième verre, histoire de me donner une contenance, et de faire durer le plaisir mais je ne vais pas tarder à être pompette !!
                  Dès que je suis servi, je la regarde, lui souris, elle me rend la politesse, puis lentement, très lentement, alors que je suis à moins de deux mètres delle, elle écarte de nouveau les cuisses !Jen avale presque le glaçon flottant dans mon verre, la culotte rouge à disparu !!!!
                  Ma complice, comment pourrai-je désormais lappeler autrement, moffre son sexe nu en spectacle. Elle est parfaitement épilée et je distingue très nettement son anatomie. La situation me rappelle soudain cette fameuse scène de Basic Instinct dans laquelle Sharon Stone apporte une preuve évidente de sa nature de blonde.
                  Mais là je ne suis pas au cinéma et ce spectacle est bien réel.
                  Elle me fixe alors que je ne peux détacher mon regard de la fourche de ses cuisses maintenant largement écartées. Dans le soleil déclinant de cette fin daprès-midi, je peux à présent beaucoup mieux admirer le sillon de son sexe séparant le renflement des grandes lèvres glabres, et le début de sa raie culière. Nul pilosité ne vient ternir cette excitante vision Je suis de plus en plus à létroit dans mon jean et cette situation me rend fou de désir. Je bande à présent sans retenue pour cette superbe femme très distinguée qui se montre à moi ainsi, sans aucune pudeur. Dans cette offrande terriblement indécente, elle ne perd pas pour autant toute sa classe et sa distinction, ce qui ajoute à lérotisme de la scène.
                  Faute de mieux, je la caresse du regard, elle apprécie lhommage.
                  Alors que je suis dans la situation du petit lapin tétanisé par le cobra, la belle inconnue referme brusquement les jambes, appelle le serveur, lui demande la note pour son Martini, griffonne un mot sur un papier, se lève.
                  Au moment où elle passe devant moi, sans me jeter un regard, fière et hautaine, en apparence, je vois tomber sur ma table le petit bout de papier. En quelques secondes, elle a disparu.
                  Je me saisis du petit mot sur lequel, tracé dune petite écriture nerveuse, je lis un simple nombre : 103.

                  Commentaire


                  • Les 3 premiers



                    épisodes sont plus que prometteurs. En plus, tu ajoutes de jolies pointes d'humour à ton texte. J'adore

                    Commentaire


                    • Les 3 premiers
                      "l'inconnue de rouge vêtue" - 4ème partie



                      Spécialement pour Cristaline qui fut la première à m'encourager..... mais les autres aussi !! Bonne lecture



                      103, 103mais, suis-je bête, ce ne peut être quun numéro de chambre !
                      Je règle fébrilement mes consommations, quitte le bar précipitamment, monte au premier étage de lhôtel, à la recherche de la chambre 103.
                      Jy arrive enfin, troisième porte à droite, celle-ci est entrebâillée. Lintérieur de la chambre est dans la pénombre, silencieux.
                      Je tends loreille quelques instants, aucun son ne me parvient, la pièce semble inoccupée. Je nose aller plus avant, reste indécis devant lentrebâillement. Ais je bien compris le message sur ce petit bout de papier, ne sagit-il pas dune méprise, ce message métait-il réellement destiné ? Je ne sais quelle attitude adopter.
                      Je suis sur le point dappeler lorsque, brusquement la porte souvre en grand. Avant que je naie esquissé un geste, une voix masculine, autoritaire, provenant de derrière mordonne :
                      Entrez, faites deux pas, ne vous retournez surtout pas.
                      Je mexécute après une courte hésitation. Lhuis se referme après mon passage. Je sens une présence dans mon dos. On sagite.
                      Je fais mine de faire volte-face, quand une nouvelle fois la voix se fait impérieuse :
                      Sans vous retourner ! Ne craignez rien, ce soir, vous avez été choisi, tout va bien se passer. À condition que vous jouiez le jeu. Laissez-vous faire, il ny a aucun risque
                      Un peu craintif et inquiet je mimmobilise, les bras ballants. Dans quel traquenard suis-je venu me fourrer ? Soudain la peur grandit en moi, je me suis fait avoir comme un bleu ! La fille joue le rôle de la chèvre, son complice va me dévaliser, me piquer mes fringues et mon fric, ils vont disparaître avant que je naie pu dire ouf, me laissant à poil et désemparé dans cette chambre inconnue. Je vais avoir lair fin en appelant la direction.
                      Un léger tremblement secoue mes membres. Mon excitation est totalement retombée, loin de mon esprit les pensées lubriques qui étaient les miennes dans le bar quelques minutes auparavant.
                      Il me faut fuir avant quil en est encore temps, vite !
                      Je fais une nouvelle tentative pour me retourner quand soudain, une poigne de fer me saisit les poignets et les immobilise. Un foulard est posé sur mes yeux, je tente de résister, en vain. Je ne peux plus bouger, mes mains sont liées par un cordon ou quelque chose de similaire.
                      Je répète, nous ne vous voulons aucun mal, jouez avec nous, ce nest quun jeu

                      Jessaie de me calmer un peu. La voix est toujours autoritaire, mais nest nullement agressive. Je décide de faire semblant dentrer dans ce jeu de rôles dont je ne connais pas les règles et dont la direction ne mappartient pas.
                      Un parfum léger et subtil parvient à mes narines. Lhomme nest pas seul, la belle inconnue qui laccompagne est dans la pièce ou y était il y a peu, jen suis persuadé.
                      Mais aucune voix ne me permet de laffirmer, la seule présence que je ressens, cest cet homme invisible et autoritaire, qui maintenant me pousse devant lui. Je progresse lentement guidé comme un aveugle, à petits pas, à travers la pièce.
                      Mes tibias rencontrent soudain un obstacle que jidentifie comme étant le lit.
                      Mettez-vous à genoux
                      Je mexécute tant bien que mal et me voilà à présent sur une couche douillette et chaude, comme si un corps avait reposé là quelques minutes auparavant.
                      Allongez-vous et ne bougez plus
                      Mes liens dans le dos ne facilitent pas lopération, mais je mallonge.
                      Je vais vous retirer les cordelettes momentanément, ne bougez surtout pas
                      Mes mains de nouveau libres, ça me rassure un peu, mais pas complètement.
                      Restez allongé et écartez les bras
                      Un peu plus calme jobéis à cette nouvelle injonction. Je constate rapidement que mes deux bras écartés sont à nouveau immobilisés de part et dautre de la tête de lit. Cest en tout cas limpression que jen ai.
                      Quelquun môte mes chaussures, mes chaussettes puis rapidement des mains saffairent sur la ceinture de mon pantalon, baisse la fermeture Éclair. Nouvel ordre :
                      Levez les fesses !
                      Je lève mon postérieur et je sens mon jean glisser le long de mes jambes. Je ne dois pas présenter un spectacle très suggestif, ainsi exposé !
                      Le silence se fait à nouveau, aucun bruit, même pas de respiration. Que font-ils ? Je suis à présent persuadé quils sont deux, je hume parfaitement le capiteux parfum de la belle inconnue.
                      Je me détends un peu plus, le jeu me parait sans danger, ou alors je me trompe, mais ce couple espiègle ne semble pas en vouloir à mes petites économiestout au plus à mes bourses !
                      Jessaie de tendre loreille et didentifier les mouvements autour de moi, en vain.
                      Une main se pose sur mon slip au moment où je ne my attendais plus du tout ! Des doigts me pétrissent sans ménagement à travers le tissu. Je recommence à bander sous cette espèce de caresse dénuée de tendresse, mais il mest totalement impossible de dire si cette amabilité est féminine ou masculine. Cette dernière éventualité me procure un petit frisson que je ne saurais définir précisément.
                      Le jeu des doigts sur ma hampe se fait plus précis, plus insistant, mais aussi plus doux paradoxalement. Je bande franchement et la sensation dêtre livré ainsi nest pas désagréable du tout. Alors que la caresse sur le tissu de mon slip se fait encore plus câline, une deuxième main sest posée en haut de ma cuisse. Une main fraîche et douce quil mest cette fois facile didentifier, cest une main de femme. La main progresse lentement, sarrête à lélastique, simmisce dessous et vient semparer avec délicatesse de mes bourses
                      Mes boursesils vont me piquer mes bourses !


                      ..... à suivre

                      Commentaire


                      • "l'inconnue de rouge vêtue" - 4ème partie
                        Toujours



                        aussi passionnant... et amusant

                        Franchement, simple lubie d'écrivain ou fantasme (réalisé, réalisable...) ?

                        Commentaire


                        • Il me semble



                          qu'une suite bien chaude nous permettrait d'affronter les frimas!!!

                          nalar

                          Commentaire


                          • Il me semble
                            L'inconnue de rouge vêtue - 5éme partie



                            La douce main na pas de vilaines intentions et masse la base de mon sexe et mes testicules avec dextérité, alors quà lextérieur, lautre, qui me masturbe plus fermement, amplifie ses mouvements. Je ne tarde pas à présenter un profil plus que convenable.
                            La double caresse dure et dure encore, cest le cas de le dire. Je ne vais pas résister longtemps à pareil traitement et quelques spasmes avant coureurs indiquent à mes gentils branleurs quil est grand temps de cesser lagréable torture.
                            Jai bien failli cochonner bêtement mon slip.
                            Soudain et sans préavis, le tissu qui recouvrait encore ma virilité retrouvée, glisse jusquà mes chevilles et mest enlevé. Je suis à présent cul nu la ... à lairla ... en lair.
                            Jai lesprit amusé par ce petit jeu de mot stupide, au moment où quelque chose dhumide et chaud se pose sur mon sexe puis soudain, entoure mon glandune bouche vient de me gober le bout de la verge. Comme pour la main quelques instants auparavant, je suis incapable de dire si cette bouche est féminine ou si cest le type qui me fait ce début de fellation timide.
                            Puis les lèvres habiles progressent sur toute la longueur de ma hampe, la langue masse et lèche de plus bellejessaie de me raisonner : Non ! Un homme ne doit pas, ne peut pas faire ça de façon aussi douce et adroite ! Je suis indécis et dubitatif, mais me laisse aller au plaisir qui menvahit lentement.
                            Je sais, mes souvenirs sont là pour me le rappeler, quun homme est tout à fait capable de prodiguer ce type de caresse buccale. Certains savérant parfois plus experts que beaucoup de femmes.
                            La fellation se poursuit aussi intense. Je perçois le bruit des succions des joues qui se creusent, pour en extirper le jus qui commence à bouillonner en moi. Les premiers spasmes sont radicalement tués par une main autoritaire qui mempoigne les bourses et les serre à la limite de la douleur, ma tension décroît.
                            Comme pour se faire pardonner cette violence inattendue, une deuxième bouche, la première sactivant toujours sur mon gland, vient remplacer la main qui ma torturé et tenter de faire oublier cette douleur. Mes testicules sont gobés simultanément et une la langue magique les fait rouler avec délice.
                            Les deux complices sactivent sur leur proie, mon bassin se porte à la rencontre de leurs bouches. Je vais jouir, jai envie déjaculer entre les lèvres qui tètent mon gland voluptueusement, je naspire quà déverser mon foutre en longues saccades dans cette bouche inconnue. Quelle soit féminine ou masculine ne mimporte plus guère, je veux me soulager immédiatement de toute cette tension qui me bloque les reins, à me faire mal.
                            Les deux bouches mabandonnent au bord de la giclée. Le silence est total. Je ne perçois plus quun mouvement sur le lit, de part et dautre de mon visage, puis une chaleur qui lirradie.
                            Jai comme limpression que les deux personnes ont la tête posée de part et dautre de la mienne et quelles observent mon comportement.
                            Progressivement, mes narines sont titillées par une agréable odeur que jidentifie immédiatement. Lodeur dun sexe féminin en état dexcitation avancée, se fait de plus en plus prégnante. La belle inconnue a dû placer sa vulve odorante au dessus de mon visage et ce sont ses cuisses dont je sens la chaleur près de mon visage. Je regrette vraiment de ne pouvoir me délecter du spectacle qui doit être offert.
                            Je sens soudain une masse douce et chaude qui se pose sur le bout de mon nez, presse un peu plus pour que celui-ci sinsinue entre les petites lèvres ourlées de son sexe. La mouille de linconnue me trempe le nez. Elle descend plus bas pour mhumecter les lèvres, je sort la langue pour y goûter.
                            Le bassin posé sur mon visage, débute ainsi un lent mouvement davant en arrière. Elle se masturbe, utilisant mon appendice nasal comme un petit godemiché. Heureusement pour ce qui est du nez, je suis admirablement bien pourvu !
                            Toujours aucun son.

                            Commentaire


                            • "l'inconnue de rouge vêtue" - 3ème partie
                              Un grand merci



                              j'en veux encore!!!

                              Commentaire


                              • Un grand merci
                                "l'inconnue de rouge vêtue" - 6ème partie



                                Avec gourmandise, je tends mon visage, sort davantage la langue comme pour une communion.
                                Devant cette supplique muette, la belle inconnue consent à se laisser lécher et offre son fruit juteux à ma gourmandise. Je lape par quelques petits coups de langue rapides, puis la pénètre au plus profond. Jai la bouche et le nez collés au sexe chaud. Jai un peu de mal à respirer. Je mactive tant et tans que, soudain, je perçois très nettement des contractions, un écoulement plus abondant. Les cuisses, prises de tremblement, resserrent leur étreinte autour de ma tête.
                                La belle inconnue vient de jouir, en silence
                                Alors que mon visage est toujours prisonnier, une bouche sempare à nouveau de ma verge, jusquici laissée au repos.
                                Nouvelle fellation.
                                Décidément, mes deux inconnus sont polyvalents !

                                Cette fois, le doute nest plus permis. Cest lhomme qui me suce aussi divinement ! Ou alors, et contre toute attente, la belle inconnue fait preuve dune souplesse hors du commun.
                                Que ce type me suce ne me met absolument pas mal à laise, bien au contraire. Comme disait lami Georges : la bandaison papa, ça ne se commande pas ! . Cest même très stimulant et terriblement excitant ! Moi lhétéro de toujours, je prends mon plaisir dans une bouche mâle, qui leu crut ? Les lèvres sont agréables, me massent sur toute la longueur, aspirent le gland, la langue lèche autour et recueille le liquide qui sécoule du méat, elle fait parfois mine dy pénétrer. Je soupire dextase, complètement à la merci de cette divine caresse.

                                Il se produit un mouvement autour de ma tête qui me laisse supposer que la jeune femme change de position, que me réserve-t-elle?

                                Mes lèvres sont à nouveau sollicitées par un petit bout de chair qui se présente à lentrée de ma bouche, au bord de mes lèvres. En passant la langue dessus cette excroissance, jidentifie un mamelon tendu par le désir et avide de caresses. Comment les lui refuser? Je le gobe et aspire, mordille doucement et lèche dabondance.
                                Ce qui est un peu frustrant cest que je nentends toujours aucun bruit, comme si mes deux inconnus faisaient un concours, à celui qui sera le plus silencieuxle premier qui gémit aura une tapettelalalère !
                                Ce qui fait que je ne sais absolument pas si mon aspiro-mordillo-lèchage de téton turgescent est apprécié. Mais comme le mamelon ne mest pas retiré, jen déduis que je ne me débrouille pas si mal, en fait.

                                Pendant ce temps là ma verge est à belle fête, si ça continue je ne vais pas tarder à envoyer la purée, comme on dit dans la bonne littérature !
                                Nouveaux mouvements autour de moi, toujours difficilement identifiables. Ma ... est libérée avant que je nexplose, livrée à elle-même, la tétée prend fin.
                                Une main de saisit à nouveau de mon sexe pour le tenir vertical et un manchon brûlant menserre la verge. Jai la sensation de menfoncer dans un véritable pot de miel chauffé à 37 !
                                Avez-vous essayé ? Faites lexpérience, cest divin. Par contre, si vous avez un ami apiculteur, évitez de le mettre dans la confidence, il pourrait ne pas apprécier que lon gâche ainsi le travail de ces petits insectes laborieux.
                                Je suis au comble du bonheur, la belle inconnue vient de sempaler sur moi, je suis bien, enfoncé en elle, pubis contre pubis. D'instinct, je commence à soulever mon bassin, quand une main impérieuse, posée sur moi, mintime lordre de nen rien faire, de rester immobile. Que se passe-t-il ?
                                Pour la première fois que je suis dans cette chambre, un très petit gémissement sort de la bouche de linconnue alors que, conformément à sa demande je ne bouge pas dun pouce.
                                Puis les mouvements débutent, très lentement puis saccélèrent, jessaie de me mettre à lunisson.
                                Je viens de comprendrela belle inconnue est prise des deux côtés, moi devant, son compagnon derrière. Jessaie tant bien que mal, de suivre le rythme quil nous impose et, bien que nul gémissement ne me parvienne, jentends distinctement le souffle de cette femme qui me domine saccélérer quelque peu. Elle semble beaucoup apprécier cette double pénétration.
                                Au bout de quelques minutes, le vagin de la belle se contracte à plusieurs reprises, ma ... est pressée comme par une main, je perçois cela comme une autorisation et jexpédie de violentes giclées dans lorifice qui maccueille.
                                Linconnu lui, nen a pas terminé pour autant et la samba continue, bien malgré moi. Je suis redevenu spectateur aveugle dune copulation à laquelle je ne participe plus que de manière très modeste.
                                Les mouvements se font de plus en plus saccadés, nouvelles contractions vaginales que je détecte malgré ma verge qui perd peu à peu de sa superbe, puis la belle inconnue seffondre, sur moi, ses seins trempés de sueur sécrasent contre ma poitrine. Une langue sinsinue entre mes lèvres et je reçois un doux et agréable baiser de remerciement de la part de la belle inconnue.
                                à suivre

                                Commentaire


                                • "l'inconnue de rouge vêtue" - 6ème partie
                                  Ce texte



                                  est en passe, à mon avis, de devenir un des incontournables du forum...
                                  Bravo!!!

                                  Commentaire


                                  • Ce texte
                                    Quel compliment



                                    merci helebore....
                                    très sympa ton appréciation
                                    à

                                    Commentaire


                                    • "l'inconnue de rouge vêtue" - 6ème partie
                                      Bravo....



                                      Quel talent !

                                      Commentaire


                                      • Bravo....
                                        Merci



                                        merci beaucoup
                                        ça réconforte, j'en ai besoin !!!!
                                        calinou

                                        Commentaire


                                        • "l'inconnue de rouge vêtue" - 6ème partie
                                          C'est



                                          chaud.
                                          c'est beau.

                                          nalar lecteur attentif.

                                          Commentaire

                                          Publicité

                                          Forum-Archive: 2007-01

                                          publicité

                                          Chargement...
                                          X

                                          publicité