publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Sorties poches mars 2007

Réduire

publicité

publicité

X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Sorties poches mars 2007



    Bonjour!

    Voici quelques-unes des nouveautés poches du mois de mars 2007, un bon cru!


    --- Littérature francophone ---

    La reine nue, Anne Bragance, Babel, 272pages, 7,50euros.
    Le jour où Giulietta Padovani décide de ... ses souvenirs à qui payera pour lécouter, les sept enfants Padovani salarment. Cette fois, létat mental de leur mère demande une surveillance quotidienne. Un tour de garde sorganise alors dans la Villa où la vieille romancière ne parle plus que par bribes et par gestes, donne du "monsieur" et du "madame" à ses propres fils et filles, se dénude sous leurs yeux quand il fait froid, semmitoufle quand il fait chaud. Ses monologues décousus réservent aussi des surprises : Giulietta aurait-elle eu un huitième enfant ? De quel homme ? Enfin, quel autre secret cache le petit journal que Marietta, laînée, a réussi à lui subtiliser ? Le clan saffole et ne vit plus quau rythme des frasques et des crises de celle qui mit au monde, de sept hommes différents, "sept péchés capitaux" plus un.
    *Extrait :http://www.actes-sud.fr/ficheisbn.php?isbn=978274-2744404


    Le carnaval des monstres, Anne-Sophie Brasme, Le livre de poche, 192pages, 5,50euros.
    arica Barbier est une jeune femme dune vingtaine dannées qui mène une vie parisienne solitaire et banale. Mais Marica nest pas comme les autres : sa bouche difforme la rend définitivement laide à ses yeux et la condamne à la solitude. Jusquau jour où elle répond à une petite annonce : Photographe cherche personnes à particularités physiques et rencontre ainsi Joachim Kellermann, un quadragénaire tourmenté et fasciné par les monstres . Marica devient son modèle, puis sa maîtresse et se consacre avec délice à cette histoire étrange, où se mêlent le sexe et leffroi et le monstre nest bien sûr pas celui quon croit.
    * Critiques : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/?l=9492-
    * L'avis de Tatiana: http://yansor.blogs.psychologies.com/fig_tree/2005-/08/index.html


    Insecte, Claire Castillon, Le livre de poche, 160pages, 5euros.
    Ma fille est ma meilleure amie ;
    mon père nest pas méchant, maman ;
    arrange-toi, tu es déguisée ;
    ma mère est bête ; ma fille est idiote ;
    jaime encore mieux que mon mari me trompe avec notre fille ; ma fille est née
    dans une rose mais périra dans le chou ;
    ma mère a un cancer, elle ménerve ;
    ma mère se laissait tellement aller
    quelle est morte.
    Quand les tête-à-tête entre mères
    et filles deviennent autant de raisons
    de vivre ou de mourir.
    * Critiques : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/?l=1144-1
    * Critique de Laure: http://lesjardinsdhelene.over-blog.com/article-241-4360.html


    La petite fille et la cigarette, Benoît Duteurtre, Folio, 208pages, 4,60euros.
    Dans un monde qui ressemble à ce que sera bientôt le nôtre, un quadragénaire essaie de survivre. Il remonte une avenue du Président-Bush. Son chien s'appelle Sarko. La monnaie qu'il utilise est l'eurodollar. La ville, plombée par une pollution folle, est le territoire des cyclistes et des piétons écolos. Dans la rue, l'homme n'ose plus sourire aux enfants, les vrais maîtres, de peur d'être pris pour un pervers. Au bureau, il se cache aux toilettes pour fumer une cigarette prohibée.
    Aux prises avec cet univers, l'individu se révolte à sa manière, dérisoire. Il n'y résistera pas.
    La fable, dans la lignée de Swift ou de Kafka, humour compris, prend la défense d'une créature menacée, l'homme. Aux moindres faux pas, le voilà devenu un monstre, chargé d'expier plusieurs siècles de péchés. La nouvelle Inquisition lui collera tout sur le dos, dans l'antichambre des bûchers.
    * L'avis de Lilly: http://lillyetseslivres.canalblog.com/archives/200-6/11/12/index.html


    La petite trotteuse, Michèle Lesbre, Folio, 208pages, 5,10euros.
    D'un geste machinal, j'avais mis la montre en marche. Le tic-tac avait surgi avec une violence inattendue. J'avais cru ne pas survivre à ce bruit presque imperceptible, cette course inexorable de la petite trotteuse qui me donnait le vertige. Trente ans après sa mort, mon père me quittait de nouveau. La douleur était entrée en moi d'un seul coup.
    Depuis qu'elle a retrouvé cette montre, la narratrice s'est elle-même mise en mouvement : suivant une impulsion implacable, elle visite des maisons, comme pour retrouver le lieu d'un rendez-vous manqué. Alors qu'elle est au bout de son improbable quête, le présent se substitue de plus en plus souvent au passé, et peu à peu se construit, sous nos yeux et presque à l'insu de la narratrice, un magnifique et subtil roman des origines.
    Jamais Michèle Lesbre n'est allée si loin dans l'entrelacement de son expérience intime et de la fiction, et jamais elle n'a montré de manière si lumineuse le pouvoir rédempteur des mots, qu'elle tisse comme un enchantement.
    *Critique:http://www.critiqueslibres.com/i.php/sea-rch/?x=trotteuse&livreok=1&auteurok=1&userok=1&suje-tok=1&go.x=0&go.y=0


    Un couple ordinaire, Isabelle Minière, Le livre de poche, 192pages, 5,50euros.
    Elle: elle confond lamour et le pouvoir, le couple et la hiérarchie; sa beauté
    ny change rien: faire lamour
    avec elle est devenu un supplice
    Lui: à force de compromis quotidiens, et toujours à sens unique, il sest comme vidé de lui-même; le seul soleil de sa vie, cest sa petite fille La menace den être séparé le maintient muselé, enchaîné.
    La grâce dune lecture lui ouvre enfin
    les yeux, le guide, le bouleverse:
    il entre en dissidence.
    Avec un humour grinçant, Isabelle Minière dessine le portrait incisif dun couple bancal, où le pouvoir tient lieu damour; elle dépeint le désarroi dun homme
    qui, à la moindre rébellion, se voit accusé
    de machisme; elle montre comment
    la lecture dun livre peut changer la vie et, ce faisant, rend hommage à Plutarque.


    Mon grand appartement, Christian Oster, Minuit Double, 256pages, 7,50euros.
    De ce grand appartement, il n'en est pas vraiment question, sinon pour faire la rencontre de son propriétaire, Gavarine, qui ayant perdu les clefs, ne peut plus y pénétrer. Tout cela n'est qu'un prétexte pour que l'auteur nous entraîne à la suite de son héros dans une rêverie éveillée, pleine de poésie, à la rencontre d'amours passées, de femme enceinte dans une piscine, d'émerveillement devant le miracle toujours renouvelé d'une naissance. Un roman à la fois pince-sans-rire et profondément touchant.
    * Les premières pages : http://www.leseditionsdeminuit.com/f/index.php?sp=-liv&livre_id=2526
    * Critiques : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/?l=3387-


    Dans la luge dArthur Schopenhauer, Yasmina Reza, Le livre de poche, 96pages, 4,50euros.
    Quatre monologues se croisent, se répondent en échos et tissent ainsi une sorte de tragi-comédie où alternent, comme y excelle Yasmina Reza, le tragique profond de l'existence et la bouffonnerie du quotidien.
    Un couple, un ami de ce couple, et la psychiatre qui écoute tour à tour le mari et sa femme, forment la trame de ce bref texte. Lui est un professeur de philosophie, spécialiste de Spinoza et disciple d'Althusser. Il est flanqué d'une épouse épuisée moralement et tentée de devenir la maîtresse de leur ami commun.
    Les vertiges de la vieillesse se font déjà sentir chez ces quinquagénaires qui n'espèrent plus rien et sombrent dans l'ennui et le pessimisme. Tous semblent en route vers le pire et Reza nous le donne à voir et à comprendre avec cette cocasse lucidité qui était déjà la marque d'Adam Haberberg.
    * Critique : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/?l=9537-




    --- Littérature étrangère ---



    Désert américain, Percival Everett, Babel, 320pages, 8,50euros.
    Professeur à l'université de Los Angeles, marié et père de famille, et convaincu, à l'heure des funestes bilans de la quarantaine, de n'être qu'un loser, Théodore Larue est en route vers son suicide quand un camion, le heurtant de plein fouet, projette son corps à travers le pare-brise, le laissant fort proprement décapité. Certes dépossédé de l'ultime initiative de son existence, l'ex-candidat au suicide est cependant bien mort, conformément à ses vux. De diligents services funéraires, soucieux d'en faire un cadavre présentable prêt à devenir l'objet de dignes funérailles, recousent tête et corps à la va-vite, mais voici qu'au beau milieu de la cérémonie Ted se redresse et s'assied dans son cercueil...
    Face à ce mort encore vivant, une terreur sacrée s'empare de la petite famille de Ted, cernée de toutes parts par le brasier des fantasmes collectifs qu'attisé une hystérie médiatique à son comble. Bien que passablement traumatisé lui aussi, Ted trouve des avantages à sa nouvelle et monstrueuse situation : il se sent plus puissant, plus aimant, plus généreux, les sens et l'esprit bien plus aiguisés que naguère.C'est alors que, quelques jours seulement après son retour au foyer, Ted est enlevé par les sbires de l'inquiétante secte chrétienne dirigée par Big Daddy, qui voit en lui l'incarnation du diable. Si, fort de ses nouveaux pouvoirs, Ted parvient à s'échapper, ce n'est que pour mieux tomber entre les mains des services secrets américains qui l'incarcèrent dans les tréfonds d'un laboratoire du Nouveau-Mexique afin que son étrange cas soit examiné par les plus éminentes autorités scientifiques...
    *Ecouter un extrait : http://www.actes-sud.fr/ficheisbn.php?isbn=9782742-758821
    *L'avis de Flo: http://meslectures.over-blog.com/article-1661204.h-tml


    La famille Lament, George Hagen, 10/18, 8,50euros.
    L'arrivée tonitruante d'une nouvelle voix dans la littérature américaine ; un auteur d'ores et déjà comparé à John Irving et à Jonathan Franzen. Un roman-fleuve, épique et picaresque, porté par une écriture lumineuse, poétique et subtile. En Afrique du Sud, dans les années 50, Howard rencontre Julia, lui est chercheur dans les valves, elle est peintre sur un pont. Très vite, ils se marient ; très vite, elle est enceinte. Le destin des Lament est en marche. Suite à une série d'aventures rocambolesques, les jeunes parents perdent leur bébé. Mais en gagnent un autre : Will, orphelin au cur fragile, farouchement attaché à la vie et à ses nouveaux parents. La famille s'agrandit avec l'arrivée de jumeaux. Et, parce que " les Lament voyagent ", comme se plaît à le répéter Howard, toute la maisonnée part à l'aventure, rêvant de paysages somptueux et de découvertes éblouissantes. De la Rhodésie au New Jersey en passant par l'Angleterre ; de l'insouciance de l'après-guerre à l'explosion des années 70 ; de rencontres en fâcheries, d'espérances en désenchantements, d'histoires d'amour en drames, les Lament voyagent encore et toujours, en quête d'un endroit où ils auraient enfin leur place.
    * Critiques : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/?l=9646-
    * Critique de Sophie: http://lecturesdesophie.blogs.psychologies.com/mon-_weblog/2006/01/la_famille_lame.html


    Melancholia, Ryu Murakami, Picquier Poche, 8,50euros.
    Yazakli se confie à Michiko, une journaliste japonaise installée à New York. Pourquoi a-t-il été SDF ? Quelle est la nature de la passion jalouse et dévorante qui a lié à Reiko et dont il prétend avoir réussi à guérir ? Quel rôle a joué sa rencontre avec Johnson, un autre sans-logis, qui, en phase terminale d'un sida, finit par se suicider ? Réflexion sur les métaphores du désir, de la jouissance et de la souffrance, Melancholia décrit le lent processus de fascination exercé par le récit de Yazaki sur Michiko. Mais sous l'apparente sincérité des propos de Yazaki se cache la possibilité d'un nouveau piège, l'occasion d'un jeu pervers redoublé, comme en témoigne le coup de théâtre des dernières pages qui plongent brutalement le lecteur dans l'horreur. On ne souffre réellement, comme on ne jouit d'ailleurs, que de son imagination, semble le leitmotiv de ce second volet de la trilogie - avec Ecstasy paru en mars 2003 et Thanatos à paraître en 2004 - regroupée par Murakami sous le titre " Monologues sur le plaisir, la lassitude et la mort "


    Retour à Coal Run, Tawni ODell, 10/18, 416pages, 8,50euros.
    Au cur d'une cité minière de Pennsylvanie, le retour au pays d'un homme déchu, hanté par les drames et les secrets de son passé.
    Un roman magistral, porté par une écriture puissante et sensuelle. Un mélange brut de suspense et d'émotion. Pourquoi, il y a seize ans, Ivan Zoschenko a-t-il quitté Coal Run ? Star du football adulée, fils et frère choyé vivant dans le souvenir d'un père qu'il chérissait, son départ a-t-il été motivé par l'accident qui a brisé sa carrière ?
    A moins que la profonde crise sociale faite de violence, d'alcool et de désespoir qui ronge sa communauté l'ait poussé à fuir vers d'autres cieux.
    Pourtant, une lettre anonyme suffit pour le décider à rentrer chez lui. Face à ceux qu'il n'a jamais pu chasser de sa mémoire, tiraillé entre désir de vengeance et culpabilité, Ivan n'a plus d'autre choix que d'affronter, enfin, son tragique passé.
    * Critique : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/?l=1064-9
    * L'avis de Solenn: http://carnetdelectures.over-blog.com/article-6054-71.html


    Loin de Chandigarh, Tarun Tejpal, Le livre de poche, 704pages, 8,50euros.
    LInde du nord à la fin des années 1990.
    Depuis quinze ans, un journaliste et son envoûtante femme Fizz vivent une intense passion amoureuse entre Chandigarh et Delhi. Mais une étrange découverte dans leur vieille maison, accrochée aux contreforts de lHimalaya, fait basculer leur couple. Soixante-quatre épais cahiers reliés de cuir livrent les secrets de Catherine, une intrépide aventurière américaine et précédente propriétaire de la maison. Subjugué par la lecture de ces carnets très intimes, le narrateur séloigne peu à peu de Fizz. Le journal de Catherine lentraîne à Chicago, Londres et Paris au tournant du XXème siècle, puis dans le tourbillon de lhistoire de lInde à la veille de son indépendance. Il lui apporte aussi les clefs des énigmes de lalchimie du désir et de lamour.
    Porté par une écriture forte et incantatoire, sans concession pour les nostalgies de lorientalisme, et traversé par un érotisme puissant, Loin de Chandigarh fait de Tarun J Tejpal lécrivain le plus important de sa génération.
    * Critiques : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/?l=9840-
    * L'avis de Sylvie : http://passiondeslivres.over-blog.com/article-3364-362.html


    Partir en hiver, Goran Tunstrom, Babel, 256pages, 7,50euros.
    Et nous avons marché. Le brouillard, boudeur, ne voulait pas se lever, mais il résonnait de trompettes, de cornes et de tambours, et nous avons fini par rencontrer une procession quittant un mariage ou un enterrement, nous avons marché le long des rizières, à travers des forêts hérissées de termitières et peuplées de geais bleus, et au bout de quelques heures sommes arrivés à un fleuve. Des femmes y lavaient du linge, les buffles se baignaient, le courant était fort et large. Linus est resté debout au beau milieu du bras le plus profond, avec de leau jusquà la taille, des poissons argentés autour de ses jambes, des papillons noirs au-dessus de ses bras tendus en lair. Et, au moment où je le soulevais pour le porter vers des coins moins profonds, le soleil a percé.(Extrait)
    Ce qui frappe, chez Tunström, cest sa parfaite connivence avec les lieux, les gestes, les gens. Dans la mémoire de plusieurs séjours en Inde et au Népal, il semble composer son livre au gré des rencontres, au hasard des interrogations. Mais un impressionnisme subtil ordonne ce récit qui, avec une feinte nonchalance, et à travers une foule de notations, à jamais simprègne des visages et des mentalités.
    * Extrait : http://www.actes-sud.fr/ficheisbn.php?isbn=9782868-692917


    Moi, Charlotte Simmons, Tom Wolfe, Pocket, 10,90euros.
    Dupont University, l'Olympe de la connaissance, abrite la crème de la jeunesse américaine derrière ses flèches gothiques aux reflets rosés et ses pelouses impeccables qui perpétuent la tradition depuis plus d'un siècle... Du moins est-ce ainsi qu'elle apparaît aux yeux de la très jolie Charlotte Simmons, une studieuse étudiante de première année au regard innocent, originaire d'une modeste famille des Montagnes Bleues, en Caroline du Nord, et admise dans le saint des saints sur la seule qualité de son brillant cursus de lycéenne.
    Mais, en faisant la connaissance des parangons de cette élite, Charlotte tombe de haut. Et découvre avec désarroi que le temple du savoir semble surtout celui du sexe, de la débauche et de l'alcool.
    Il y a Beverly, sa colocataire, écervelée prétentieuse et friquée qui poursuit de ses assiduités, et elle sait s'y prendre, les joueurs de crosse. Jojo Johanssen, le seul joueur blanc de l'équipe de basket vénérée de Dupont dont le poste de titulaire est menacé par un jeune prodige noir. Le si séduisant Hoyt Thorpe, trop beau pour être honnête, dont la soif de domination sociale vient d'être sérieusement écornée par une bagarre avec un garde du corps du gouverneur de Californie. Adam Gellin, rédacteur du journal indépendant de l'université et qui se considère en tant que tel comme le seul garant de l'esprit intellectuel sur ce campus en proie à la frénésie du sexe, de la dépravation et des bacchanales estudiantines arrosées de bière...
    Il y a entre eux des histoires de pouvoir, d'ambition, d'humiliation mais aussi de sentiments. Des joutes, des jeux : sociaux, intellectuels, sexuels, amicaux, amoureux... Candide et pleine d'illusions, la petite provinciale des Montagnes Bleues n'en maîtrise guère les règles. Mais le tourbillon de sa première année va se charger de la déniaiser. Charlotte Simmons apprend vite : elle n'est pas tout à fait la blanche colombe qu'elle croyait être...
    * Critiques: http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/?l=1254-8
    * Critique de Flo: http://meslectures.over-blog.com/article-2441636-6-.html



    --- Policiers ---

    Tokyo, Mo Hayder, Pocket, 6,60euros.
    Quand Grey débarque à Tokyo sans argent ni bagages, elle a beaucoup à prouver et encore plus à cacher... Obsédée par un passé tumultueux, elle a quitté son Angleterre natale dans le seul but de retrouver un vieux film disparu. Ces images seraient l'unique témoignage visuel des atrocités commises par les Japonais à Nankin en 1937. Un seul homme pourrait aider Grey. Un survivant du massacre, professeur à l'université Todai. Mais ce dernier, méfiant, refuse de répondre aux questions de la jeune femme. Perdue dans une ville étrangère où elle ne connaît personne, Grey accepte un emploi d'hôtesse dans un club de luxe fréquenté par une clientèle d'hommes d'affaires et de yakuzas. Parmi eux, un vieillard en fauteuil roulant entouré de personnages terrifiants, et qui doit, paraît-il, sa longévité à un mystérieux élixir, qui suscite bien des convoitises... Sous la plume de l'auteur de Birdman, Tokyo est à la fois une métropole futuriste regorgeant d'obscurs secrets et un thriller littéraire de haute volée, où la tension monte crescendo, jusqu'au vertige.
    * Critiques: http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/?l=9568-


    Monstres invisibles, Chuck Palahniuk, Folio policiers, 6euros.
    La vie de Shannon ressemble à un conte de fées pour adolescentes : mannequin jeune et jolie, elle se partage entre son petit copain et Evie, sa meilleure amie, mannequin comme elle. Un jour, au volant de sa voiture, une balle perdue lui brise la mâchoire inférieure. À jamais défigurée, tellement laide que son entourage fait semblant de ne pas la voir, Shannon est projetée dans un monde invisible dont elle devient un monstre emblématique.
    [] Roman déroutant d'une noirceur assumée, Monstres invisibles surprend par sa forme élaborée et par le désespoir de son propos. Qui sont ces Monstres invisibles si ce n'est cette partie secrète de nous-mêmes qui triche sans cesse avec la réalité pour mieux coller aux apparences ?



    --- Jeunesse ---

    7 à 9ans

    La soupe aux fraises, Isabelle Bonameau, Ecole des loisirs (Mouche), 7euros.
    Yvette et Jules, les petits poulets, se sont échappés du pré pour aller faire les fous dans la forêt et ses cabanes aux mille trésors. Là-bas, dans les arbres, tout est vraiment fantastique, on peut même compter les étoiles avant de sendormir. Alors, quand un renard passe une tête à la fenêtre de leur petit paradis, ils ne savent plus quoi penser. Les yeux du renard brillent-ils de gourmandise ou de bonheur de les rencontrer ? Doit-on se méfier de tous les renards, même des renards à la retraite ? La vie leur réserve encore de grandes surprises


    Les fées du camping, Susie Morgenstern, Ecole des loisirs (Mouche), 8,50euros.
    Après avoir expérimenté les vacances les plus variées, Club Magimerveille, séjour à New York, croisière en Méditerranée, les parents et les deux grands frères de Xavier ont enfin décidé de lui faire plaisir en choisissant lété de ses rêves à lui : camping en Écosse ! Hélas, la veille du départ, Xavier attrape une varicelle carabinée. Pas question de sortir pendant huit jours. Sa famille indigne décide de partir sans lui et le confie à un étudiant au pair trouvé sur Internet. Seul chez lui, entouré de sa panoplie complète de parfait campeur, avec un MacBidon refroidi pour tout dîner, au lieu des marshmallows au feu de bois dont il rêvait, Xavier déprime et narrive pas à dormir. Et sil plantait sa tente au milieu du salon ?


    Linvention de la chaise, Catherine Valckx, Ecole des loisirs (Mouche), 60pages, 7euros.
    Fitgi quitte son terrier en forêt pour sinstaller dans une vraie maison avec une porte et une fenêtre. Heureux et fier, il invite son ami Burno à déguster une bonne purée de racines et tous deux sassoient sur la table le seul meuble de la maison. Mais voilà que la jolie Maggie passe par là et vient semer le trouble. Elle affirme quune table est faite pour poser des choses dessus, et que, pour sasseoir, il faut une chaise. Une chaise ? Mais quest-ce quune chaise ? sinterrogent les deux amis un peu confus.


    9 à 12ans

    Le garçon de toutes les couleurs, Martin Page, Ecole des loisirs (Neuf), 92pages, 8euros.
    Clémence rêve dabandonner son existence monotone de collégienne pour vagabonder à travers le monde, comme ses parents voleurs, et, surtout, pour ne jamais cesser de cambrioler lennui. Avec Oscar, son tuteur très particulier, elle est gâtée en étrangeté. Lui aimerait bien fuir son corps avec ses bourrelets embarrassants et ses angoisses paralysantes de fantôme. Chez eux, on samuse à traquer le silence avec un fusil de chasse.Jusquau jour où un bonheur écurant de sérénité sinstalle au collège avec larrivée dun nouveau venu, Simon. Tout le monde veut lui parler, le connaître, laimer. Avoir les yeux posés sur lui. Car Simon nest pas un garçon comme les autres. Son visage et son corps se couvrent chaque jour de nouvelles taches de couleurs, des couleurs vives et changeantes. Certains lappellent même le garçon arc-en-ciel. Un jour, Clémence fait un pas vers Simon. Pas pour être son amie, non, elle préférerait se faire mordre par un chien. Mais par curiosité. Elle voudrait juste savoir doù lui viennent ses couleurs. Ce qui, daprès lui, ne la regarde pas. Mais Clémence est bien décidée à percer son secret.


    Ted et Bill, Brigitte Smadja, Ecole des loisirs (Neuf), 8euros.
    Jacob déteste tout cette année. La plage, les vacanciers, sa petite sur et même ses grands frères, qui le délaissent pour des histoires de filles. Trouville, cest nul, il ny a rien à y faire, cest plein de vieux, de maisons décrivains morts et de vitrines dantiquaires avec des pichets moches. Sa mère passe son temps à lire un pavé sur la vie de Néfertiti, son père à étudier la guerre en Israël dans le journal. Pourtant, Jacob espère quil va se passer enfin quelque chose. Et un matin, très tôt, son rêve se réalise. Au bout de la jetée, au pied du phare rouge, un garçon contemple lhorizon. Il porte un pull marin, un short long écossais et des sandales en cuir ; il a quatorze ans, un sourire triste et un drôle daccent. Il est pressé, il est mystérieux, il sappelle Bill. Jacob a le sentiment que ce garçon détient des secrets extraordinaires et il est prêt à tout pour mieux le connaître. Ça tombe bien : Bill a besoin de son aide.


    Adieu mes 9 ans, Valérie Zenatti, Ecole des loisirs (Neuf), 8,50euros.
    Dans quelques jours, Tamara aura 10 ans, et rien ne sera jamais plus comme avant. Car, selon elle, il existe trois âges clés dans la vie dun être humain : 1 minute, 10 ans et 100 ans. Et juste avant 10 ans, on se met à sinterroger, à sintéresser à tout, à regarder les infos, à sétonner, à prendre conscience de ce qui va de travers : le pôle qui fond, la guerre qui tue Tamara est inquiète et révoltée. Comment faire autrement ? Dans son cahier de Trucs Indispensables et Secrets, elle écrit : Devenir Présidente de la République dès que possible. Ça urge. Mais, daprès ses calculs, il va falloir attendre 2022. Cest loin. Le temps presse.Tamara doit trouver autre chose


    12 à 16ans

    Sors de ta chambre, Karine Reysset, Ecole des loisirs (Medium), 103pages, 9,80euros.
    Clara a tout accepté depuis la mort de sa mère. Elle na pas fait dhistoires quand son père lui a annoncé quil se remariait avec Géraldine. Elle na émis aucune protestation lorsque les photos de sa mère ont disparu des murs et que ses objets personnels ont été relégués à la cave. Elle na rien dit quand sa nouvelle belle-mère a refait la décoration de lappartement sans égard pour les souvenirs des jours heureux. Elle a répété quelle comprenait, alors quelle nen pensait pas un mot. Elle a serré les dents. Elle sest parfois retenue de vomir. Mais trop cest trop ! Laisser son père ... la Marotte, leur maison de vacances et son coin de jardin, lendroit sacré où les cendres de sa mère ont été dispersées ! Ça, Clara ne peut laccepter. Sa famille lui reproche de vivre enfermée dans ses souvenirs ? Elle va la prendre aux mots et vivre enfermée au milieu de ses chers souvenirs


    On irait, Mona Thomas, Ecole des loisirs (Medium), 159pages, 9,20euros.
    On lappelle Flo. Elle-même sappelle Flore lempotée, la cramoisie, la face de ketchup. On la trouve plutôt jolie. Dans son miroir, elle ne voit que le reflet dune jeune fille minable, nulle, qui se tartine de fond de teint pour cacher ses rougeurs. Un jour normal, elle vit le calvaire dune timide chronique. Un jour cata, comme celui où elle se retrouve à quelques mètres du garçon qui lui plaît, elle peut faire semblant de défaillir, écarlate, ou se retrouver à linfirmerie du collège Au point de trouver cela insupportable. Au point de se donner des gifles. Au point de laisser un capitaine beugler des ordres dans sa tête. Au point de les exécuter. Au point de senfermer dans la salle de bains avec une paire de ciseaux. Clac ! clac !


    La fille qui ne digérait pas le divorce de ses parents, Ellen Willer, Ecole des loisirs (Medium), 138pages, 9euros.
    Une fleur qui se fane en accéléré. Louise ressemble à ça depuis que ses parents ont annoncé leur divorce sans ménagement. Son père sinstalle avec une autre femme, ridicule et invivable. Sa mère se met à fréquenter un homme plus jeune, Nicolas, le frère dune de ses amies. Louise a envie de vomir tout le temps. Et quand ce nest pas de vomir, cest de pleurer. Elle se sent trahie par tout le monde, son frère Étienne qui se claquemure, ses amis qui ne comprennent rien à sa douleur, son père, sa mère, la terre entière. Jusquau jour où un garçon sintéresse à elle. Un garçon plus âgé, un homme, un vrai adulte. Nicolas. Louise se sent devenir traîtresse. Et elle se met à ressembler à une fleur qui éclot


    Et en vrac :

    Le soleil des Scorta de Laurent Gaudé, déjà sorti chez Babel, paraît chez Jai lu.

    Adios Hemingway de Leonardo Padura, déjà en Suite Métailié sort en Points (6,50euros).

    Un plaisir trop bref, des lettres de Truman Capote paraît également chez 10/18 (15euros).


    Envie de lire le Wolfe, Castillon, O'Dell, Hagen... et je recommande le C. Oster.

    Alice

  • Et ..



    La touche étoile. Benoite Groulte. Livre de Poche. 5,7euros

    Le ciel t'aidera. Sylvie Testud. Livre de Poche. 5,7 euros

    Commentaire


    • Lus / à lire



      * "La petite trotteuse" : j'avais été séduite par le style, moins par l'histoire un peu fouillis à mon goût
      * "Désert américain" : bof... Voir le lien mis par Alice vers mon blog pour plus de détails
      * "Moi, Charlotte Simmons" : adoré ! Voir le lien dans le message d'Alice


      Non signalé, à moins qu'il ne soit sorti en février, "Sous un autre jour" de JC Grondhal (jamais pu le finir pour ma part mais je crois que Doriane l'a adoré !)


      Dans ma LAL :
      * "Loin de Chandigarth", un bon petit pavé

      Commentaire


      • Lus / à lire
        Sous un autre jour



        Bien aimé mais :non: pas adoré, le livre n'est pas très long mais j'ai trouvé certains passages bien bavards...
        Moi, Charlotte Simmons me tente bien !

        Commentaire


        • Lus / à lire
          Le grondhal



          est sorti en janvier. C'est un écrivain que j'hésite vraiment de lire, j'ai un bel apriori...

          Le Wolfe je le lirai certainement!

          bises Alice

          Commentaire


          • Sous un autre jour
            Oups !



            Pardon, j'ai tellement bloqué sur ce bouquin que le simple fait que tu l'aies fini m'avait laissé l'impression que tu avais adoré !

            1000 pages en poche le Wolfe ! Whaouh Je me l'achèterai sûrement pour l'avoir chez moi quand j'aurai des sous (ne serait-ce que pour la couv' :p )

            Commentaire


            • Le grondhal
              Décalage horaire !



              Ah je retarde complètement alors pour Grondahl Pour le découvrir, je te recommande sans hésiter "Bruits du coeur". Je pense que cela pourrait te plaire. C'est l'anti-thèse de "Charlotte Simmons" mais j'ai adoré les deux alors !...

              Bizz

              Commentaire


              • Bon évidement ca n'est pas aussi direct dans la vraie vie non plus
                Est-ce ton premier ?



                Je n'ai jamais pu aller au bout de "Sous un autre jour" mais j'ai aimé, voire adoré, tous les autres livres de l'auteur (pas encore lu son dernier) avec une nette préférence pour "Bruits du coeur". Cela dit, c'est un style très intimiste, intériorisé, donc si c'est à cela que tu n'accroches pas, laisse tomber !

                D'Anna Enquist, j'avais testé * me souviens plus du titre, ça avait un rapport avec la musique * et avais du abandonné pour cause de style vraiment pas à mon goût.

                F.

                Commentaire

                publicité

                publicité

                Chargement...
                X

                publicité