publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Pudeur et milieu médical

Réduire

publicité

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Pudeur et milieu médical



    Bonjour,

    Dans le but de réaliser une enquête, je cherche des témoignages d’homme et de femmes ayant d’une façon ou d’une autre été confronté à un défaut d’intimité en milieu médical. N’hésitez pas à me faire part de votre expérience, de vos sentiments lors d’un tel vécu, et ce qui aurait pu être fait pour vous préserver.
    Vous pouvez également m’envoyer directement vos témoignages à deborah.laval@caramail.com si vous le préférez.

    Merci.

  • Au cours d'un stage



    je n'ai pas moi-même été confrontée à un défaut de respect de l'intimité en milieu hospitalier... ou peut-être quand j'avais 7 ans, lors d'une opération du rein, mais je n'en ai pas souvenir ! cependant, j'ai fait un stage en hôpital, secteur de gériatrie, en avril 2000. Et je dois dire que j'étais été énormément choquée de la façon dont étaient considérées les personnes âgées du service pour qui subir une dépendance quotidienne vis-à-vis de l'équipe est déjà un mal dans leur intégrité !
    Il est vrai que des adultes valides confrontées à une hospitalisation voient svt leur pudeur non respectée, mais pour des personnes âgées, c encore pire ! Tt ce qu'il reste de leur intimité propre est véritablement mis à nu, autant pour les hommes que pour les femmes !... des soins effectués porte ouverte, donnant sur le couloir, un vulgaire pyjama parfois trop petit ou bien trop grand quand il était difficile, de par la lourdeur de la personne ou ses peines à se mouvoir, de lui remettre ses propres vêtements ! en ce qui me concerne, j'essayais le plus possible de respecter leur intimité, étant svt reléguée aux tâches ménagères, j'avais l'avantage d'avoir plus de temps à leur accorder que des infirmières ou des aide-soignantes qui passaient outre sur ce qui se détachait des soins purement médicaux !

    j'ai le souvenir, une fois, d'avoir été dans la même chambre d'un patient dont on faisait la toilette au lit. le pauvre homme redoutait cette période de la journée où il "s'affichait" complètement devant deux soignantes qui ne s'étaient axées que sur l'érection qu'il avait eu à ce moment-là ! je l'ai senti mal à l'aise, et j'ai eu de la peine pour lui !... un manque total d'intimité ! ce genre de choses peut faire sourire, voire rire à la pause café ! quoique... mais certainement pas devant le malade lui-même qui je pense, considère cette étape de sa vie comme une lente et progressive déconsidération de sa personne !

    Commentaire


    • Lors d'un examen...



      Il y a quelques temps, j’ai du subir un examen radiologique particulièrement gênant, et c’est à ce moment que je me suis rendu compte à quel point les femmes pouvaient être mal à l’aise durant un examen gynécologique ! Je m’explique sommairement : j’ai du passer une sorte de scanner de la vessie, qui nécessitait que l’on me pose une sonde urinaire ainsi qu’une aiguille qui allait à travers le pubis directement dans la vessie. Je me suis pointé à l’hôpital le matin, complètement paniqué par ce qui m’attendait. Premièrement, personne n’a rien fait pour me rassurer, j’ai donc pris sur moi. Ensuite, il a fallu qu’une infirmière me rase entièrement le bas-ventre, je peux vous assurer que c’est très gênant. Pourquoi, si on me l’avait dit, n’aurais-je pas pu le faire tranquillement moi-même à la maison ? Surtout qu’après, j’ai eu le droit de remettre mon pantalon et mon slip et d’attendre presque une heure en salle d’attente. Lorsque le moment était venu, ils m’ont installé en radiologie. J’ai du me déshabiller intégralement dans une cabine, et à aucun moment j’ai eu quoique ce soit pour me couvrir entre la cabine et la table d’examen ; il y avait trois personnes ! Une infirmière, un radiologue et le médecin. Toujours allongé à poil, l’infirmière m’a désinfecté le bas-ventre puis le médecin m’a posé une sonde urinaire (c’est franchement pas agréable, même s’ils mettent un gel anesthésiant) et la sorte de perfusion à travers la vessie. L’humiliation finale, c’est quand ils remplissent la vessie de liquide (d’ailleurs j’ai cru qu’elle allait exploser !) et qu’ils contrôle si elle est bien ‘tendue ‘. Chez l’homme (comme il n’y a pas de vagin pour l’examen des organes internes…), ce contrôle se fait par toucher rectal. Le pire, c’est qu’ils ne vous disent même pas ce qu’ils vont faire, vous prenez votre humiliation comme elle vient ! J’avais trop honte, le radiologue et l’infirmière qui me tiennent chacun une jambe, moi à poil et mon sexe totalement épilé, et le médecin qui s’acharne dans mon derrière… A ce moment, vous regardez ailleurs et vous attendez vivement que ça s’arrête. Enfin…

      Commentaire

      Publicité

      Forum-Archive: 2002-01

      publicité

      Chargement...
      X

      publicité