publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Anorexie : je sors de l'hôpital

Réduire

publicité

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Anorexie : je sors de l'hôpital



    Bonjour,

    Depuis que je lis les forums de ce site, j'ai, de nombreuses fois eu l'occasion de trouver des mots, des appels au secours, des question émanant de personnes en prise aux troubles du comportement alimentaires. Je souffre moi-même d'anorexie/boulimie depuis plus de 12 ans et j'ai connu de multiples traitements, quasi tous avortés ou ayant eu des effets uniquement à court terme.
    Le 15 mai de cette année, je suis entrée pour la 4 ème fois en service hospitalier spécialisé mais, cette fois-ci, j'ai accepté de suivre l'intégralité du protocole et de ne ressortir que sur avis médical positif. J'en vois le bout : je quitte les murs blancs le 2 septembre.

    Flash back : 15 mai 2002
    Voilà quasiment deux mois que j'erre d'unités hospitalières en services d'urgences médicales. Malaises, problèmes cardiaques, déshydration, bilans sanguins dramatiques... Je pèse moins de 34 kilos pour mon mètre 60 et je suis physiquement et moralement au bout du rouleau. Je ne dors plus, je ne ris plus, je ne vis plus. J'ai cessé de travailler, je n'en ai plus la force.
    Vitesse de croisière :
    L'hospitalisation n'est pas une sinécure, loin de là. Je signe des contrats au fil des semaines. Toute liberté est à payer... durement acquise n contrepartie de kilos pris. Tous est contrôlé. Bien sûr, ce que j'avale (à la calorie près) mais ce que je fais aussi (activités, exercice...).
    Chaque jour, je remplis des fiches alimentaires où je note mes ressentis, mes difficultés. Je monte sur la balance trois fois par semaine et c'est le chiffre qui s'affiche qui décide de ce que j'aurai le droit de faire dans la journée.
    Oui, c'est comme dans les films.....
    Je n'ai pas le droit de sortir. Je reçois une visite de 2H par semaine.
    Mes lettres envoyées et reçues, mes appels téléphoniques sont comptés et limités.
    La carotte pourrait-on dire... sans comparaison excessive....
    Il y a des hauts et des bas. Des petites joies, des déceptions, des coups durs, des plaisirs... une vie particulière... je manque de lâcher, je reste.
    La balance penche vers la droite... doucement puis trop rapidement... je ne contrôle plus, j'ai du mal à me laisser faire... mais ai-je le choix ? A trop avoir voulu contrôler ma vie, je me suis détruite.
    Mes vêtements rétrécissent au fil des semaines passées enfermée. Coups au moral. C'est dur, très dur.

    Accostage/
    Depuis lundi 13 août, j'ai atteint le poids requis. Un calcul médical bête et méchant, BMI=20. J'ai pris plus de 16 kilos. Je ne me reconnais plus. Je ne me connais pas. Je n'ai jamais pesé ce poids là. Soit.
    J'ai de nouveau le droit de sortir, de prendre des repas dehors. Je dois en faire le compte rendu. Si je perds du poids et que je descends en deça du seuil limite fixé par les médecins, je suis de nouveau contrainte de rester entre les murs blancs jusqu'à que la balance remonte en conséquence. Depuis 11 jours, je maintiens. J'oscille un peu mais je reste dans "la fourchette requise".
    Je sors dans 10 jours, je vais mieux mais je ne vais pas bien. On ne guérit pas de l'anorexie en un coup de baguette magique.
    J'ai décide de "ne plus vivre avec" alors j'oeuvre dans ce sens. Ma rémission, si tant est que l'on puisse espérer qu'elle existe, sera le fruit d'une rigueur quotidienne, d'un suivi rigoureux et d'une lutte permanente contre des démons toujours bien présents.

    J'ai bientôt 27 ans et je ne veux plus revivre ces années de cauchemar.
    J'ai gâché des années, j'en suis consciente. J'ai abîmé mon corps... j'en ai des séquelles notamment au niveau osseux et dentaires. On ne répare pas, on panse....

    Le chemin est long mais j'ai le sentiment qu'il vaut la peine. je découvre des sentiments, des sensations que je ne connaissais pas.
    Je ne m'accepte pas encore mais la vie est plusz simple... j'admets déjà cela...
    Quoi que je vive par la suite, ca sera difficilement pire alors j'essaie...

    merci de m'avoir lue.

    sandrine

  • Ce petit message...



    ... pour te dire que ton témoignge m'a beaucoup émue.
    Courage
    Steda, une anonyme qui pense à toi

    Commentaire


    • Bonjour sandrine



      Juste quelques mots pour te dire que ton récit m'a émue. Je n'ai jamais souffert d'anorexie mais je connais un peu cette maladie car plusieurs copines de classe en ont souffert. Je te souhaite de t'en sortir et de t'habituer à tes kilos en plus et aussi de profiter de la vie pleinement!!!
      Bises

      Allegra

      Commentaire


      • Sandrine



        je ne connais heureusement personne qui souffre de ce mal autour de moi, ni amies ni famille

        je te souhaite bon courage, continue ton combat c'est très bien sois courageuse

        il faut penser à l'avenir avec optimisme tu as encore beaucoup de belles années à vivre et tu auras ta revanche

        si tu craques, écris nous on t'aidera

        sylvie

        Commentaire


        • Bravo sandrine!



          Pour ce beau parcours semé d'embuche et en passe d'être surmonté (si tant est qu'il puisse l'être définitivement un jour). Je te souhaite une vie longue et heureuse.

          Christine

          Commentaire


          • Ton témoignage



            m'a émue...

            moi j'ai été boulimique (sauf que je ne me faisais pas vomir). Je m'en suis sortie mais j'ai du mal a accepté mon corps dorénavant.
            ma thérapie a été d'aller vivre loin de mes parents, surtout de ma maman (que j'adore plus que tout mais qui est très étouffante). Depuis, je vais beaucoup, beaucoup mieux. Je n'ai plus de crise mais j'ai ces kilos en trop et que j'ai du mal à perdre ! mais je ne désespère pas j'y arriverai !

            bon courage à toi pour la suite car la vie est devant toi !

            bises

            Commentaire


            • Très bouleversant...



              J'ai vécu la même chose étant adolescente. perte de connaissance à plusieurs endroits, à plusieurs moments. Et par la suite, la boulimie à prit le dessus. Après le stress de mes pauvres parents, après la boulimie qui a suivit, j'ai compris les séquelles que mon corps subissait à me faire vomir. J'ai donc arrêtée. Je me suis mise à engraissée. Quelques années plus tard, on m'a suivit afin de bien m'apprendre un nouveau mode alimentaire (que je n'ai jamais eu le droit d'appeller régime!). J'ai reperdu plusieurs kilos. J'étais rendue à 24 ans.
              Évidemment, même aujourd'hui, à 28 ans, je vis "normalement" avec un poid très "normal", mais je sais que cete foutue balance dnas ma tête ne partira jamais. Aussitôt qu'un morceau de nourriture touche mes papilles, je m'imagine grossir à chaque fois.
              Il faut être forte ma belle, et apprendre à s'aimer, penser à demain, car notre corps à besoin d'être aimé suffisament afin de bien fonctionner.
              Bonne chance
              Tout ça pour dire que non, on ne guéri pas de ce mal de la nourriture. Ma mère croit que ça vient de loin, alors que j'étais bébé, elle a du arrêtée de m'allaiter. Il y a même des enfants qui sont anorexiques snas le savoir.

              Commentaire


              • Magnifique...



                témoignage...Je suis émue!
                Et dire qu´on se plaint pour des betises...
                Je te souhaite de continuer sur le meme chemin que tu viens de prendre et de pouvoir profiter d´une vie heureuse et remplie!

                Commentaire


                • Ton témoignage
                  Comme toi



                  Je te répon carolyne, car je me reconnai ds ton post.Moi aussi je sui boulimique(san me faire vomir).G d fringales pa possible depui 3 an(jen ai 22) et il ya d jours ou je reste chez moi,pa lavée, a errer entre le frigo et le cannapé,avc d passages au supermarché pr me procurer ma "dose".Je sor plu,et jévite mes amis.Parfoi je ne px pa refuser les invitations (annif,crémaillere) ms ca me coute de mhabiller,me maquiller tt ça,mm si je sui pluto jolie,dit on.Je me trouve tp moche,difforme.Je pren et perds 20 kg en qqs moi et mon humeur oscille au rhytme de mes transformations morphologiques.
                  G commencé ma thérapi il ya 1 an et demi.Je compren d choses,ms c encor tres obscure.Parfoi jarriv a me controle pdt qqs semaines et je rechute de belle.
                  Comme toi je projette de méloigner de ma mère,mai a la différence de toi, on ne senten pa du tt(voir post "ma psy et moi" rubrique "santé")
                  répon moi si tu vx et je te donnerai mon mail.
                  Gro bisou
                  Evidemmt jen parle a personne,sauf a ma psy bien sur.Ds la ru,jenvi les gen,jme di kils on lespri libre,serein,kils ne se demandent pa ce kils pourrai bien manger.

                  Jaimerai bcp discuter avc toi,si tu le vx bien.Pr q tu me fasse partager ton expérience.

                  Commentaire


                  • Soit forte !



                    Bravo sandrine !

                    la vie est si belle...
                    profite des meilleures instants
                    l'avenir t'appartient.
                    amicalement, tilouloutte

                    Commentaire


                    • Le chemin ...



                      vaut la peine. le vie est belle.
                      courage.
                      bises.
                      maryn.

                      Commentaire


                      • Ton post m'a touchée



                        énormément, et m'a fait prendre conscience d'une chose qui pourrait peut-être arrivé, alors là, j'ai besoin d'être éclairée!

                        ma fille de 7 ans et maigre, elle mange ce qu'on lui donne dans son assiette mais depuis environ 3 ans c'est la guerre. elle refuse de manger que ce soit des haricots verts ou frites.
                        en fait elle a des périodes ou on ne se bat pas de trop, elle finit rapidement, mais malheureusement le plus souvent elle prend beaucoup de temps. certaines fois aussi, elle a faim, je lui demande ce qu'elle voudrait que je prépare, et arrivée devant son assiette, c'est fini, elle n'a plus faim, elle donne même en cachette sa nourriture au chien, qui n'attend que ça!!

                        nous sommes déjà aller voir un médecin qui nous a dit qu'elle faisait de l'anorexie, mais à son age ce n'était pas grâve car on pouvait la contrôler.

                        comment détecter plus tard, une anorexie?
                        est-ce que les symptômes que tu avais, ressemble à ceux de ma puce?

                        merci pour ta réponse

                        bisous et bon courage

                        tisseme

                        Commentaire


                        • Ton post m'a touchée
                          Merci



                          à toutes pour vos réponses...
                          que dire ??? je ne sais pas.
                          Oui, c'est un long combat qui va outre l'acceptation d'un poids, d'un physique, d'un chiffre, d'une taille de vêtement... c'est une route vers l'acceptation de soi tout simplement et pourtant si difficilement.. retrouver une confiance, un goût de vivre sans se soucier de ces kilos...
                          la difficulté est quotidienne et d'autant plus exarcerbé que ce corps est nouveau.
                          il y a eu des nouvelles entrantes cette semaine dans le service et je ne les envie pas car je sais que cette lutte pour conserver un poids en dessous de la normale est vaine, elle est vouée à l'échec, un jour ou l'autre il faut regrossir, c'est vital... pourtant il y a toujours cette espèce de fascination devant ces corps dépourvus de formes, androgynes, fragiles... qui témoignent d'un mal-être... pas besoin de parler, il suffit de montrer.
                          Il faut pourtant trouver un autre moyen de communication que cela, dire "j'ai mal, j'ai peur" avec des mots et sans ces os qui pointent.
                          on ne peut pas vivre en ascète des années durant et pourtant... c'est parfois si tentant...
                          paradoxe...
                          le cercle vicieux et trop connu menace au détour de chaque petit pas en arrière... ne plus manger suffisamment, se restreidre en quête de quelques kilos en moins et se mettre en danger... voir revenir les crises de boulimie qui n'attendent qu'une frustration, un moment d'angoisse pour revenir au galop... pas le droit à l'erreur...
                          il faut trouver une voir, celle du juste milieu mais ce n'est pas aisé... je ne m'accepte pas du tout comme ça et pourtant je sais que lutter contre ce poids médical c'est peut-être rechuter... ce n'est pas le paradis mais ce n'est plus l'enfer...
                          tout est confu...
                          l'hospitalisation semble être une solution nécessaire quand tout devient impossible mais elle n'est pas comme une baguette magique, elle permet de commencer quelque chose, de retrouver un état qui aide à affronter les pbs masqués par la maigreur...

                          tissème, l'anorexie chez l'enfant est fort différente de celle qui débute à l'adolescence ou plus tard. elle est moins entretenue par des standards physiques et pas motivée par des soucis exthétiques. cependant, elle témoigne sans aucun doute d'un mal-être chez l'enfant.
                          je ne sais pas comment l'on peut traiter ta fille, cependant il est impératif de le faire avant que la maladie ne s'installe et ne fasse des ravages par la suite.
                          il y a déjà chez elle des signes qui ne trompent pas. outre la restriction alimentaire et la maigreur, il y a une manipulation et une conscience acquise... elle ne veut pas manger=elle se débarrasse sciemment de la nourriture via le chien.
                          bien souvent c'est un appel au secours, une manière de dire au travers de son refus de s'alimenter des choses qu'elle ne parvient pas à exprimer oralement.
                          je te conseille vivement de consulter avec elle un pédopsychiatre, ils sont aujourd'hui de plus en plus formés aux troubles du comportement alimentaire vu leur recrudescence et leur apparition de plus en plus précoce...
                          surtout ne pas ignorer...
                          ne pas laisser faire... quel que soit l'age c'est toujours grave et si tu as encore aujourd'hui un regard sur l'alimentation de ta fille, cela ne pourra pas durer, elle va grandir et si cela n'est pas résolu, c'est plus que risqué...
                          il faut tenter de comprendre ce qu'elle dit à travers ses refus de manger...

                          je vous embrasse

                          sandrine

                          Commentaire


                          • Merci
                            Merci à toi sandrine



                            ton premier passage m'a encore beaucoup émue, et je n'arrive pas à trouver de mots pour te dire à quel point je t'admire, j'admire ta force, ta volonté, ton combat...
                            bravo pour cette leçon de courage.

                            je te remercie aussi pour les conseils que tu m'as donné par rapport à ma fille. j'ai déjà consulté le cmpp de chez nous, qui considère que ma puce n'a pas besoin d'aide, alors...
                            son malaise n'est pas compliqué à deviné, je sais ce qu'elle pense, elle voudrait réaliser une chose qui jamais ne pourra se faire. revivre avec son père et sa mère!!! nos relations avec son père se passe bien, seulement il habite en corse et nous dans l'yonne. et plein d'autres choses reliés à la séparation, remariage, d'autres enfants...
                            son message est passé, nous en avons déjà parlé, malgré qu'elle ne dit rien, elle garde tout pour elle.
                            bon voilà, maintenant il ne me reste plus qu'à attendre et peut-être qu'avec l'âge tout s'arrangera. sinon, je reviendrais te demander conseils.

                            merci pour tout encore et continue tu es senssasssssssssssssssssss

                            bisous

                            véro

                            Commentaire


                            • Je voudrais ajouter...
                              Mellechloe



                              mirene8@caramail.com

                              jattds de t newz.biz!

                              Commentaire


                              • Courage



                                je te souhaite du courage, et je pense que c'est bien parti. Je ne suis pas touchée par ce problème, et c'est pour ça que j'ai lu le livre de Vanessa (je ne me souviens plus de son nom), pour essayer de comprendre un peu, meme si je pense que lorsqu'on est pas passé par la on ne peut pas savoir ce que la personne ressent.
                                Bon courage pour la suite.

                                Sandrine

                                Commentaire


                                • Sand!



                                  tellement contente d'avoir de tes nouvelles!
                                  Courage pour ce qui va venir, dehors.
                                  Tu y arriveras, petit pas après petit pas. Toute cette souffrance DOIT servir à qq chose, ça peut pas être pour rien.
                                  Toujours dans mes pensées
                                  Sabrina

                                  Commentaire


                                  • Belle leçon de courage



                                    Sandrine,

                                    Ton message est beau et courageux. Il me touche sincèrement car ma soeur de 44 ans est anorexique depuis l'age de 30 ans. Elle pèse 35 kg pour 1.62.

                                    Elle s'abime et avance dans l'age et rien ne s'arrange. Elle est suivie mais ... rien. Dès qu'elle prend 500 g c'est l'angoisse elle va voir dans la glace et se trouve énorme. Elle ne sort plus, ne voit pratiquement plus personne, est toujours épuisée. Je pense qu'elle ne veut pas en sortir. De plus ,nous avons perdu notre père auquel elle était très attachée et elle a beaucoup regressé à ce moment là.

                                    Toi tu as eu le courage de voir la bout du tunnel, c'est sur qu'on ne guérit pas d'un coup de baguette magique, mais tu te diriges vers le soleil et ça c'est une démarche importante.


                                    Dis toi qu'avec le poids que tu as acquis tu ne seras plus fatiguée,tu croqueras la vie et je souhaite qu'après ta période de rémission tu sois en guérison car vraiment à 27 ans tu as beaucoup de choses à découvrir et à faire donc il faut être en forme et anéantir cette saleté de maladie.


                                    Bisous à toi

                                    Commentaire

                                    Publicité

                                    Forum-Archive: 2002-08

                                    publicité

                                    Chargement...
                                    X

                                    publicité