publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Draupadi

Réduire

publicité

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Draupadi






    Bonjour Draupadi,

    Je cherche un kinésiologue exerçant en France...un bon évidemment.
    Je vis en franche comté (nord est) mais je peux me déplacer partout en france (en suisse et en allemagne aussi).
    Les soins sont destinés à mon pére (54 ans/myelome multiple réfractaire en rechute...assimilé mnt à une leucémie myeloide)
    Merci de me conseiller un praticien pas trop éloigné de chez moi car mon père est tres affaibli.

    gypsia


  • Bonjour gypsia !



    excuse-moi pour le retard, je n'ai pas été très dispo ce WE...
    Pour que je puisse te trouver une adresse, il faut que tu me donnes ton n° de département (ou départements avoisinants...).

    Je peux te conseiller qq'un de très très bien dans le département 77, mais ça risque de faire loin...
    En revanche, pour les kinésios dans ta région, je ne les connais pas en personne, mais je peux te dire que s'ils sont agrées par la fédération, c'est qu'ils sont sérieux...
    Il n'y a pas encore énormément de kinésios formés en France, donc, il y a encore beaucoup de sérieux quant aux formations et aux praticiens !


    Sinon, va voir comme te disait Cha sur askinesio.com (comme ça, tu verras de quoi il s'agit vraiment), ou sur ffks.org (c'est l'adresse de la fédération française de kinésio).


    Gros biz à toi et plein de bonnes pensées à ton papa !

    Commentaire


    • Bonjour gypsia !
      Re-moi !



      Après quelques recherches, je me permet de te faire part de qqs éléments de psycho-énergétique concernant les maladies de la moëlle osseuse...

      Je ne sais pas si tu connais cette approche symbolique du corps humain et de ses pathologies, personnellement, je l'utilise beaucoup et je la trouve très parlante...
      D'autant qu'il suffit souvent que le malade prenne simplement conscience de ce qui se joue symboliquement en lui pour qu'il y ait déjà une amélioration...

      Ce qui est d'ailleurs un des principes de la kinésiologie : prendre conscience de... pour ne plus subir mais devenir acteur de son devenir !


      Alors...

      Les maux de la moelle épinière nous montrent notre empêchement à traduire nos idées ou nos pensées dans la réalité.
      Ils expriment notre difficulté à agir et même à réagir, c'est à dire sans rélexion par rapport à un contexte donné.
      Ils nous parlent enfin de notre refus de laisser la vie et la joie de vivre s'exprimer par nos actes et nos réactions.
      Les maladies de la moelle nous empêchent d'agir ou de réagir, de "faire" et, par conséquent, de nous tromper, de commettre des erreurs...


      Si cette approche te parle, j'ai d'autres choses sur le myélome... il est cancéreux celui de ton papa ?

      à

      Commentaire


      • Re-moi !
        Merciiiiiiiiii






        ...infiniment de m'avoir répondu!
        Oui je suis très interessée par tout ce ke tu voudras bien me dire sur cette maladie.

        Oui il s'agit d'un cancer, pour lequel il n'y a pas de traitement curatif mais seulement des traitements qui permettent une rémission plus ou moins longue.(chimio/allo ou autogreffe/thalidomide/radiation)
        Mon pere a déja eu la plupart de tous ces traitements...et maintenant on ne lui propose plus qu'un chimio sachant que sa maladie a énormément progressée ces derniers temps.
        Son corps répond peu maintenant.
        Sa moelle osseuse est infiltrée à 80% de cellules cancéreuses. Il doit etre transfusé chaque semaine et ses défenses immunitaires sont si faibles qu'une simple infection l'entraine dans une aplasie.(plaquettes et globules blancs très bas)
        Il tient encore debout mais il se dégrade vraiment trop vite...je suis sur qu'un travail sur le corps va l'aider (il a rapettissé de plusieurs centimetres suite au tassement de ses vertebres, conséquences de sa maladie).

        Nous vivons en haute saone (70) et il est suivi au CHU de besançon par un hématologue.

        Je vais essayer d'en apprendre le plus possible sur la kinésiologie, notamment en allant sur le site conseillé par Cha.

        merci encore!

        Gypsia

        Commentaire


        • Merciiiiiiiiii
          Une précision






          Le myelome est un cancer de la moelle osseuse et pas de la moelle épiniere (meme si effectivement sa moelle épiniere a été infiltrée par les cellules cancéreuses).
          Au stade ou en est mon pere, sa maladie s'apparente à une leucémie myeloide (dixit son hématologue).

          Voici un copier coller sur ce qu'est le myelome:

          1. QU'EST-CE QUE LE MYÉLOME MULTIPLE ? COMMENT LE CORPS PEUT-IL ÊTRE AFFECTÉ ? Le myélome multiple est un cancer de la moëlle osseuse. Plus précisément, une croissance excessive des cellules du plasma (partie fluide du sang). Plus fréquent chez les personnes âgées, on retrouve cependant de plus en plus de jeunes gens atteints de la MALADIE. Les cellules plasmatiques sont essentielles au système immunitaire du corps. Elles sont manufacturées dans la moëlle osseuse pour ensuite être transportées dans le flot sanguin. La moëlle osseuse est la manufacture du corps produisant les cellules plasmatiques ainsi que les autres cellules sanguines. Chez les adultes, la moëlle osseuse la plus active est concentrée dans le bassin, la colone vertébrale et le crâne ainsi que dans les os le longs des bras et des jambes. Normallement, les cellules plasmatiques vont générer une très petite portion (moins de 5%) des cellules de la moëlle osseuse. Les personnes atteintes d'un myélome multiple ont une croissance démesurée de cellules plasmatiques. Ainsi, on retrouve chez eux un plus grand nombre de cellules plasmatiques dans leur moëlle osseuse (plus que 10% et parfois au-dessus de 90%). Vu leur grand nombre, elles sont visibles au microscope lors de l'étude d'une biopsie de la moëlle osseuse comme de larges groupes de cellules plasmatiques. Les cellules plasmatiques malignes sont monoclonales ; leur origine : une seule cellule défectueuse et le cycle d'une tumeur cancéreuse incontrôlable commence. Les tumeurs de cellules plasmatiques se retrouvent par masses que l'on appelle plasmacytomes. Les plasmocytes peuvent apparaître autant à l'intérieur de l'os (intramédullaire) qu'à l'exétrieur (extramédullaire). Les patients atteints d'un myélome multiple peuvent avoir un ou plusieurs
          plasmocytes, mais les patients présentant des plasmocytes peuvent ou non avoir un myélome multiple. Un plasmocyte solitaire (une seule tumeur localisée) est considéré comme un signe avant coureur que le patient risque de développer un myélome multiple. Le myélome multiple est caractérisé par de multiples plasmocytes/lésions lytiques sur l'os et/ou une prolifération diffuse de cellules plasmatiques à travers la moëlle osseuse. Les cellules plasmatiques produisent des cytokines appellés facteurs activants de l'ostéoclaste (FAO). Le FAO stimule l'activité/croissance des ostéoclastes qui, en quantité suffisante , dissoudront l'os (résorption de l'os i.e disparution progressive totale ou partielle). Lorsque plus de 30% de l'os a été détruit, le dommage apparaîtra soit en une ostéoporose sévère ou en une lésion lytique (point foncé) donnant l'apparence de trous dans l'os lors d'une radiographie. Ces trous peuvent affaiblir l'os et causer des fractures pathologiques (reliées à la maladie). Des douleurs à l'os et/ou des fractures pathologiques sont souvent les premiers symptômes apparents d'un myélome multiple. Lorsque les cellules plasmatiques prolifèrent de cette manière et que l'os est détruit, elles peuvent déranger l'équilibre chimique du corps : * Les cellules plasmatiques sécrètent des protéines communément appelées anticorps qui sont un élément-clé du système immunitaire. La surabondance des protéines secrétées par les cellules plasmatiques malignes peuvent causer une attaque ou une insuffisance rénale résultant d'un dangeureux épaississement du sang. Des fragments de ces protéines anticorps aussi appelés chaînes légères ou Bence Jones peuvent aussi apparaître dans l'urine. De ce fait, on diagnostique le myélome multiple chez plusieurs patients suite à un test de routine de sang ou d'urine démontrant un niveau élevé de ces protéines. * Lorsque l'os est dissout, le calcium est libéré, résultant souvent en une haute concentration de calcium dans le flot sanguin. Cette condition est connue sous le nom d'hypercalcémie. L'hypercalcémie non contrôllée peut causer des effets secondaires sérieux tel que des dommages rénaux pouvant aller jusqu'à l'insuffisance totale de la fonction des reins. * La surabondance des cellules plasmatiques, de calcium et un excédant de protéines dans le sang peuvent endommager les cellules rouges et blanches conduisant à l'anémie et la fatigue. Il se peut que le système immunitaire soit affaibli ce qui rend le patient fragile à l'infection. Il est aussi fréquent que la diminution des plaquettes trombocytopéniques (diminution de la capacité de coagulation du sang) puisse entraîner des saignements.

          2. COMMENT PEUT-ON CONFIRMER LE DIAGNOSTIC ? COMMENT PEUT-ON ÉVALUER LA PROGRESSION DE LA MALADIE ? On peut découvrir cette maladie de plusieurs façons. Composition chimique anormale du sang ou de l'urine, douleur aux os ou fractures sont les signes ou les symptômes les plus courants permettant de dépister le myélome multiple lors d'un test. Pous confirmer le diagnostic du myélome multiple au moins deux des items suivants sont requis : * Un échantillon de moëlle osseuse présentant plus que 10% (habituellement >20-30%) de cellules plasmatiques et qui, généralement, s'avèrent monoclonales. * Une série de radiographies du squelette entier (vue d'ensemble métastique de l'os) démontre des lésions lytiques au moins à trois os diff é r e n t s . * Un échantillon d'urine ou de sang démontrant un niveau anormalement élevé d'anticorps (immunoglobuline) ou des protéines Bence Jones (secrétées par les cellules plasmatiques et détectées en utilisant un processus appellé électrophorèse. * Une biopsie démontrant une tumeur des cellules plasmatiques (plasmocyte) à l'intérieur ou à l'extérieur de l'os. Les patients sont soupçonnés de présenter une seule tumeur des cellules plasmatiques (plasmocyte solitaire) si : * Une biopsie chirurgicale démontre une tumeur d'une seule cellule plasmatique à l'intérieur ou à l'extérieur de l'os. * Aucune prolifération des cellules plasmatiques (plus élevée que 10% du total des cellules de la moëlle) ou des lésions lytiques détectées au-delà du site de la tumeur. Les patients présentant un plasmocyte solitaire peuvent aussi avoir des protéines-M dans leur sang ou leur urine au moment de la découverte de la t u m e u r. Si aucune protéine-M ne peut être détectée après que la tumeur ait été enlevée et/ou traitée par radiation, le diagnostic du plasmocyte solitaire est confirmé. Tout porte à croire que le plasmocyte solitaire est le stade préliminaire du myélome multiple. Les faits confirment qu'un large pourcentage de ceux qui ont eu un plasmocyte solitaire vont éventuellement développer un myélome multiple. Le risque est plus élevé pour les patients ayant eu des tumeurs intramédulaire (tumeurs à l'intérieur de l'os). Une question majeure demeure toujours sans réponse : dans combien de temps apparaîtront les symptômes ? Certains patients dont les tests de sang ou d'urine démontrent un niveau anormal de protéines peuvent démontrer aucun autre symptôme. Cette condition est appelée GMSI (Gammopathie monoclonale de source indéterminée). Ces patients peuvent éventuellement développer un


          myélome multiple, mais la GMSI par elle-même n'est pas dangereuse et ne requiert aucun traitement. Lorsqu'on diagnostique le myélome multiple chez un patient, il est important d'évaluer le statut de la maladie. Les médecins se posent généralement deux questions ? * Q U E L EST LE TAUX DU MYÉLOME MULT I P L E ? Le taux du myélome multiple est reflété par le pourcentage des cellules plasmatiques dans la moëlle osseuse, l'étendue et la gravité des lésions de l'os et le taux de protéines dans l'urine et/ou le sang. Le taux du myélome multiple est un indicateur de la progression de la maladie. Généralement plus il est élevé, plus le dérèglement est grave pour la composition chimique normale du corps et le fonctionnement du système immunitaire. Plus le taux du myélome multiple est élevé, plus le risque de symptômes pernicieux augmente et plus il est urgent de traiter le patient afin de réduire le myélome multiple. * QUEL EST LE DEGRÉ D'AGRESSIVITÉ DU MYÉLOME MULTIPLE ? Dit plus simplement, à quelle vitesse les cellules du myélome multiple se multiplient-elles ? Les tumeurs se développent quand les cellules malignes qui les composent se reproduisent via une mitose. La mitose est le processus par lequel une cellule reproduit son A D N (gènes) se divisant en deux cellules identiques. L'agressivité de la maladie est généralement mesurée par des techniques avancées comme l'étiquettage indexé. Cette technique mesure le pourcentage de cellules en processus de reproduction. Plus élevé est le pourcentage, plus rapidement le taux de myélome multiple se developpera. Cette mesure est cruciale puisqu'elle permet une meilleure perspective dans l'évaluation du taux du myélome multiple. Un taux important de myélome multiple à croissance lente est moins menaçant qu'un large myélome multiple à croissance rapide. De la même façon, une croissance rapide exige un traitement urgent secondé et un suivi à court terme très attentif, même si le myélome multiple est de petite taille. Ces questions sont aussi importantes parce qu'elles peuvent aider à prévoir les taux de succès des différentes approches de traitements. Par exemple, certaines approches de traitements travaillent mieux avec un myélome multiple plus agressif. La phase et l'agressivité du myélome multiple font tous deux partie d'un tableau marqueur mesurant l'effet du traitement. Si les deux peuvent être diminués pendant le traitement, c'est un pas dans la bonne direction. Il existe une foule d'autres facteurs indicatifs qui aident à prédire de quelle façon le patient répondra au traitement ou encore de quelle manière la maladie semble progresser. Par exemple :

          Page 7
          7 * Les classifications des cellules du myélome multiple et les protéines qu'ellels secrètent (IgG, IgA, IgE, chaînes lourdes, chaînes légères, kappa ( ) / lambda ( ) * Des nivaux variés de cytokines qui sont des agents chimiques secrétés par le corps et qui affectent la croissance de différentes cellules (Interleukin 6, Interleukin 2, beta 2, microglobuline, CRP) * La réponse au traitement surveillant à quelle rapidité le myélome multiple se réduit et si il demeure des symptômes résiduels ou détectables de protéines M. Dans certains cas, ces prognostics fournissent une vision additonnelle sur l'agressivité du myélome multiple. En d'autres cas, les raisons sont encore inconnues, mais il existe une évidence clinique qui démontre qu'ils sont des prévisions réelles. En conséquence, les patients avec un myélome multiple devront subir une myriade d'examens pour mesurer le myélome multiple et son degré d'agressivité, pour mesurer la pertinence des prognostics et évaluer les e ffets de la maladie sur les fonctions vitales du corps avant même de prendre une décision quant au traitement. 3. QUEL R É S U LTAT DEVRIONS-NOUS ATTENDRE DU TRAITEMENT ? Si l'on ne connaît aucune cure, que devrions-nous attendre d'un traitement ? Les traitements pour le myélome multiple ont quatre objectifs : * La stabilisation - parer aux dérèglements néfastes de la chimie de l'organisme et du système immunitaire qui peuvent se produire avec le myélome multiple. * Les palliatifs - soulager l'inconfort ainsi augmenter la capacité du patient à fonctionner. * Le déclenchement de la rémission - diminuer la gravité des symptômes, réduire ou stopper temporairement la progression de la maladie. * La guérison - parvenir à une rémission permanente. (Ceci a été très rarement, sinon jamais, réussi et confirmé.) Pour s'exprimer en d'autres termes, le traitement administré pour permettre au patient de se sentir mieux et fonctionner mieux. Il est aussi possible qu'il contrôle les effets de la maladie en permettant au corps de fonctionner normalement, qu'il ralentisse la maladie ou la freine temporairement. Une rémission peut durer plusieurs mois et même des dizainnes d'années. Plusieurs patients qui parviennent à la rémission meurent éventuellement de causes différentes. Les traitements expérimentaux visent tous la guérison quoique aucun n'ait été encore confirmé.

          4. QUELS SONT LES TRAITEMENTS DISPONIBLES ? Ici il faut comprendre que le mot « traitement » est utilisé en terme de soulagement des symptômes. * L A CHIMIOTHÉRAPIE qui tue les cellules plasmatiques malignes a pour but de déclencher une rémission ou la guérison de la maladie. Cela implique l'administration d'une drogue anti-cancéreuse administrée soit par injection ou oralement. Le régime de chimiothérapie (ou programme de traitements) s'étire sur une période de plusieurs mois. Plus souvent qu'autrement, ils sont administrés à des patients traités en externe. Les médicaments sont administrées par cycle, permettant ainsi au système immunitaire et aux cellules de la moëlle osseuse affaiblis par le traitement de récupèrer entre les cycles de traitements. En détruisant les tumeurs malignes, la chimiothérapie peut aussi soulager plusieurs symptômes de la maladie incluant l'anémie, l'hypercalcémie, la destruction des os, et rétablir le niveau anormal de protéines dans le sang ou l'urine. La chimiothérapie est aussi reconnue pour son efficacité à réduire le niveau anormal de protéines de cellules plasmatiques observé dans la moëlle osseuse. On peut considérer que ce traitement est un succès même si il ne déclenche pas une rémission complète mais uniquement un retour à des niveaux normaux. Il existe plusieurs options de chimiothérapie ayant recours à différentes combinaisons et dosages de médications administrés en utilisant différents protocoles (programmes de traitements, examens diagnostiques et décisions pour les traitements à venir). * L A THÉRAPIE PAR RADIATION est typiquement utilisée localement où il y a destruction de l'os et de la douleur. La radiation est aussi utilisée pour stériliser la région où le plastocyte a été retiré par intervention chirurgicale. La région affectée est alors exposée à des doses controlées de radiation. Le traitement par radiation élimine les tumeurs malignes plus promptement que par la chimiothérapie et présente moins d'effets secondaires. Celui-ci est donc utilisé pour parvenir à contrôler la douleur plus rapidement, de même que les graves dommages fait à l'os et aussi pour les patients incapables de tolérer le programme de la chimiothérapie. La thérapie par radiation peut aussi être utilisé conjointement avec la chimiothérapie. Un traitement de radiothérapie est généralement administré 5 fois par semaines sur une période de plusieurs semaines ou de plusieurs mois. Les traitements sont normalement administrés en clinique externe. Les décisions concernant la thérapie par radiation concernent le dosage, la région a être traîtée et la durée du traitement. * L A MAINTENANCE PAR A L P H A INTERFERON est généralement utilisée après que les patients aient reçu de la chimiothérapie ou une transplantation de la moële osseuse. Interferon aide à prolonger la rémission et est administré par injection. Il est présumé limiter la

          croissance d'une tumeur maligne, mais il n'est pas efficace dans le cas d'une croissance rapide de cellules. Comme résultat il retarde la rechute mais ne la prévient pas. Interferon est administré 3 fois par semaine par le patient lui-même.
          * L A T R A N S P L A N TATION DE LA MOËLLE OSSEUSE (TMO) ET LA T R A N S P L A N TATION DE SOUCHE DE CELLULES DU SANG PÉRIPHÉRIQUES (TSCSP) I.E. A U TO - T R A N S P L A N TATION OU U T I L I S ATION DE LA MOËLLE DU PATIENT EN TRAITEMENT. C e s transplantations sont évaluées par des essais cliniques comme alternative aux traitements conventionnels et comme cure potentielle pour le myélome multiple. Cependant aucun type de transplantation n'est encore définitvement associé à la guérison du myélome. La transplantation implique d'extrêmes hautes doses de chimiothérapie et quelquefois une thérapie par radiation du corps en entier. Cette thérapie est tellement puissante qu'elle détruit entièrement la moëlle osseuse du patient. Sans la moëlle osseuse, il n'y a pas de système immunitaire et une incapacité à produire de nouvelles cellules dans le sang et donc le patient ne peut survivre. La transplantation de la moëlle osseuse remplace celle qui est détruite secourant ainsi le patient. De ce fait, la procédure de transplantation est un moyen d'administrer de fortes doses qui autrement s'avéreraient fatales. Il est présumé qu'en détruisant la moëlle, toutes les cellules malignes du myélome seront aussi détruites. La moëlle tranplantée est prélevée chez un donneur génétiquement compatible (transplantation allogénique) ou chez le patient lui-même (auto-transplantation). Lorsqu'on utilise la moëlle appartenant au patient, elle est souvent purgée en utilisant des produits chimiques ou des anticorps désignés pour supprimer les cellules malignes avant la transplantation. Une transplantation de la moëlle et une transplantation de souche de cellules nécessitent un régime préparatoire de chimiothérapie plus que souvent administré sur une période de plusieurs mois. La transplantation elle-même implique un séjour à l'hôpital s'étalant sur une période de plusieurs semaines à plusieurs mois, suivi d'une période de convalescence où les activitées seront réduites. La transplantation est de loin le programme de traitement le plus agressif et aussi le plus risqué. Les décisions à prendre concernant une transplantation de moëlle osseuse impliquent l'utilisation d'un membre de la famille ou d'un donneur compatible versus l'utilisation de la moëlle du patient lui-même et concernant les traitements préparatoires de chimiothérapie et de radiation et les mesures anti-rejets. Pour une auto- transplantation, des décisions sur la manière de purger la moëlle doivent aussi être prises. Pendant que les chercheurs s'efforcent à comprendre l'impact de la transplantation sur la vue globale de la survie du patient ainsi que sa place précise dans l'arsenal contre le myélome multiple, la transplantation demeure un sujet de contreverse.

          * L A PLASMAPHÉRÈSE est utilisée quand les niveaux de protéines dans le sang sont dangereusement élevés et qu'il est nécessaire de les diminuer rapidement. La procédure consiste à brancher le patient à une machine qui filtre les protéines hors du sang en les remplançant par un fluide.

          * LES AUTRES SOINS PA L L I ATIFS incluent l'administration de certains médicaments pour contrôler l'hypercalcémie, la destruction des os, la douleur et l'infection. *Bisphosphonates (ex : Aredia) peut réduire les dommages à l'os de manière significative tout en procurant un s o u l a g e m e n t . Les antibiotiques et les vaccins (ex : Pneumovax) peuvent jouer un un rôle dans la prévention et le combat contre les infections opportunistes. L'érythropoietin est administré pour soulager l'anémie et les symptômes qui l'accompagne (ex : fatigue). La chirurgie peut être utilisée pour diminuer ou éliminer les tumeurs ou réparer les os endommagés et/ou réduire la douleur. Un vaste éventail de médicaments et de procédés (ex : bloc d'anesthésie locale) sont disponibles pour soulager la douleur. Avec les différentes stratégies courantes disponibles, aucun patient devrait souffrir inutilement. Plusieurs centres ont maintenant des équipes spécialisées dans le contôle de la douleur.
          * LES AUTRE MÉDICAMENTS et suppléments devraient être pris avec prudence lorsqu'un patient est traité pour un myélome multiple. Idéalement, aucune médication ou supplément additionnels ne devraient être pris sans l'avis du médecin qui est entièrement familier avec l'état médical et le programme de traitement du patient. Par exemple, un anti- inflammatoire disponible en vente libre en pharmacie tel que l'Ibuprofen peut provoquer des dommages aux reins chez certains patients présentant un myélome multiple dont la fonction rénale est compromise.




          NB: les symptomes les plus courant de cette maladie sont:
          la douleur des os, les fractures pathologiques, l'anémie, la fatigue et l'hypercalcémie.

          c un peu long mais ça résume bien cette maladie

          Gypsia

          Commentaire


          • En effet... il doit être épuisé...



            Coucou...

            Je te met la suite de ce que j'ai sur le myélome... je n'ai pas osé tout "balancer" ce matin... la symbolique énergétique est parfois dure à encaisser...


            myélome : tumeur de la moelle osseuse, qui, lorsqu'elle devient multiple, prend le nom de maladie de Kahler. Nous sommes en présence d'une affection de type cancéreux.

            Au delà de cela, cette atteinte cancéreuse touche la moelle osseuse, c'est à dire ce qu'il y a de profond, subtil et secret dans un corps humain (en dehors des glandes endocrines). c'est pour cette raison que la vie l'a "cachée" à l'intérieur des os. Cette moelle est proteuse de nos codes de vie les profonds. c'est pourquoi seules des greffes de moelle osseuse peuvent sauver des personnes dont la structure cellulaire a été perturbée, parasitée, bouleversée, destructurée.

            Nous sommes par conséquent ici en présence d'une atteinte qui nous crie cette perte de structure. Un vécu conscient ou non (ou une accumulation de vécus) a bouleversé nos codes intérieurs les profonds et secrets.
            Nous avons perdus jusqu'à nos croyances ou nos repères fondamentaux.
            Le désordre s'est installé dans notre âme et dans notre corps. Nous sommes sans doute nous-mêmes perdus, égarés et ne trouvons plus de sens aux axes majeurs de notre vie.


            Pour finir, je te met ce que j'ai sur le processus du cancer.
            Le cancer représente la destruction de notre programmation intérieure d'équilibre et il s'exprime particulièrement à travers la zone touchée.
            il exprime souvent des remords, des blessures qu'on ne peut ou ne veut pas cicatriser et qui sont souvent associées à un sentiment de culpabilité.
            Il s'agit d'une sorte d'autopunition qui se veut définitive, de constat inconscient d'échec face à sa vie ou à ses choix de vie.
            Qu'est-ce que j'ai raté ? de quoi est-ce que je me puniss ? qu'est-ce que je me reproche si profondément ?

            Nous sommes là de toute façon en présence du dernier cri lancé par le Maître Intérieur parce que tous les autres ont échoué ou ont été étouffés...



            Toi qui connais ton père et l'essentiel de son vécu, qu'en penses-tu ?

            à

            bizzzzz

            Commentaire


            • Merciiiiiiiiii
              Adresses !



              DAMALIX Evelyne, 45 rue Charles de Gaulle, 70190 RIOZ
              03 84 91 89 85
              Psychologue clinicienne et kinésiologue.


              Je ne la connais pas, je peux juste te dire qu'elle a été formée dans la même école que moi...

              Sinon, par la fédération, j'ai trouvé ça :

              LARCHER Francis 5 rue de Madagascar 88130 CHARMES 03 29 38 03 46 (très bonne réputation... il est aussi prof dans les écoles de kinésio).

              Commentaire


              • Up si elle passe !



                zooooooou !!!

                Commentaire


                • Up si elle passe !





                  ...je suis passée hier déja mais g été si émue par ce que tu as écrit sur la signification du cancer de la moelle...qu'il m'a fallu me remettre
                  G eu l'impression de lire la vie de mon père...
                  Son cancer s'est déclaré après qu'un èvenenment grave ait touché l'un de ses enfants...un évenement qui lui a donné l'impression qu'il était responsable avec ma mère. Pour lui, ses enfants reprèsentent "le sens de sa vie"...en perdre un, par sa faute comme il l'a pensé, c'était du même coup perdre le sens de sa vie
                  Il a littéralement perdu ses repères et a plongé dans un profonde dépression...quelques mois plus tard on lui diagnostiquait un myelome avancé.
                  Tout cela me donne ènormément à réfléchir, et en même temps la justesse de tes propos me donnent de l'espoir....peut etre qu'on peut l'aider à s'en sortir même si la maladie est tellement avancé. Je vais faire tut mon possible.
                  Je contacte dans la journée les deux kinesiologues dont tu m'a donné les coordonnées.
                  Sinon j'ai vu la liste de tous les kinesiologues exerçant en france et reconnu sur le site internet.

                  Merci Draupadi

                  Gypsia qui réfléchit

                  Commentaire


                  • Oups...



                    Désolée... je ne pensais pas que ce serait si juste...
                    Quoi qu'il en soit, peut être que ça lui fera du bien que qq'un l'aide à se débarrasser de cette culpabilité et de cette pulsion de mort...

                    Comme les rdv sont souvent longs à obtenir, appuies bien sur le fait qu'il est vraiment mal et que c'est important...

                    Et pourquoi pas lui lire le texte concernant sa maladie... la prise de conscience peut déjà faire beaucoup... à moins que tu sentes qu'il n'est pas prêt... mais de toute façon, si c'est ça qui le bouffe, il faudra bien quil l'entende...

                    Mais une fois qu'il en sera débarassé, ça sera un poids en moins et une fois pour toutes !


                    Plein de bisoux plein de soleil et de vie pour ton papa...

                    Draup' émue aussi...

                    Commentaire


                    • Merciiiiiiiiii
                      Pour drapaudi



                      J'ai "surpis" ta conversation avec Gypsia et j'au vu que tu lui avais communiqué les coordonnées de deux kinesiologues.¨Pourrais-je les avoir aussi, ainsi que celui du 77 dont tu aplais dans un post. Et finalement, tu exerces aussi... et tu es dans le 91, mais où exactement ?

                      Commentaire


                      • Pour drapaudi
                        Encore pour drapaudi...



                        Grosse bebête que je suis ! Juste après t'avoir envoyé le message, j'au trouve les adresses que tu donnais à Gypsia plus bas § Bouh, ils sont lins, ces kinésiologues ! Comment en trouver un qui soit bon et pas trop trop loin ? C'est hyper-super urgent ! (Tu parles d'une fédération...)

                        Commentaire


                        • Encore pour drapaudi...
                          Va voir






                          sur www.askinesio.com , sur ce site tu as la liste et les coordonnées des kinésiologues reconnus en france. C'est cha qui m'avait donné cette adresse.

                          Gypsia

                          Commentaire

                          Publicité

                          Forum-Archive: 2002-12

                          publicité

                          Chargement...
                          X

                          publicité