publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Le livre des femmes : la femme sauvage peut nous aider !

Réduire

publicité

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Le livre des femmes : la femme sauvage peut nous aider !



    Mon livre-fétiche, ma Bible à moi, c'est "Femmes qui courent avec les loups" de Clarissa Pinkola Estés : psychanalyste de renommée internationale et conteuse par tradition, elle met en scène à travers des contes magnifiques et porteurs de sens - qu'elle interprète merveilleusement, tout ce qui se joue dans la psyché féminine, l'inconscient féminin ; elle parle de la Femme Sauvage qui est en chacune de nous, et que nous avons oubliée, alors qu'elle seule, "La Lloba" ("celle qui sait"), peut nous aider à vivre notre vie de femme, à effectuer les taches nécessaires à notre liberté et notre bonheur, à éviter les pièges, remonter la source, la clarifier, repérer nos blessures et les soigner ... je vous livre ici quelques extraits qui j'espère vous donneront envie de le lire ; j'ajoute qu'il est très facile à lire, à la portée de tout le monde ; Clarissa parle la langue de la Femme Sauvage, nous le connaissons toutes au fond de nous ...

    Extraits du livre de Clarissa Pinkola Estès « Femmes qui courent avec les Loups »


    « Chaque femme porte en elle une force naturelle riche de dons créateurs, de bons instincts et d’un savoir immémorial. Chaque femme a en elle la Femme Sauvage. Mais la Femme Sauvage, comme la nature sauvage, est victime de la civilisation. La société, la culture la traquent, la capturent, la musellent, afin qu’elle entre dans le moule réducteur des rôles qui lui sont assignés et ne puisse entendre la voix généreuse issue de son âme profonde.
    Pourtant, si éloignés que nous soyons de la Femme Sauvage, notre nature instinctuelle, nous sentons sa présence. Nous la rencontrons dans nos rêves, dans notre psyché. Nous entendons son appel. C’est à nous d’y répondre, de retourner vers elle dont nous avons, au fond de nous-mêmes, tant envie et tant besoin. […] La femme qui récupère sa nature sauvage est comme les loups. Elle court, danse, hurle avec eux. Elle est débordante de vitalité, de créativité, bien dans son corps, vibrante d’âme, donneuse de vie.
    Il ne tient qu’à nous d’être cette femme-là. »

    « Elle doit comprendre […] qu’être soi-même peut la mettre à l’écart des autres et que se conformer aux désirs des autres peut l’éloigner de ce qu’elle est. La tension est terrible, mais il faut la supporter. Et il n’y a aucun doute sur le choix à faire. »

    « Les femmes qui tentent de dissimuler leurs sentiments profonds s’étouffent. Le feu s’éteint. »

    « Beaucoup de femmes guérissent de leur complexe « toute gentille », qui les faisait réagir avec une extrême douceur quels que fussent leurs sentiments et la personne qui les agressait. Si elles souriaient aimablement le jour, elles grinçaient horriblement des dents la nuit […]. »

    « Que dire […] de la femme qui a vraiment vécu une expérience destructrice avec sa mère dans son enfance ? Il est bien sur impossible d’effacer cette période, de l’adoucir, mais on peut y remédier un peu, la reconstruire solidement. »

    « Les mauvaises portes sont celles qui vous font vous sentir à nouveau en exil. […] La femme qui, pour adoucir son exil, adopte une conduite compulsive répétitive – reproduisant sans cesse un comportement qui ne lui apporte aucune satisfaction et l’affaiblit – cause des dommages beaucoup plus grands encore, car en agissant ainsi, elle laisse béante sa blessure originelle et l’aggrave à chaque tentative. […] Si ces femmes prenaient le temps de s’interroger, elles verraient qu’elles éprouvent au fond d’elles-mêmes le besoin de voir leurs talents, leurs dons, leurs limites reconnus et acceptés. […] Qu’elles regardent leur blessure en face : elles connaîtront par là même le bon remède. Ce n’est pas celui qui se trouve à portée de main, celui qui remplit le vide. C’est celui qui rend plus forte. Il se reconnaît à cela. »

    « La femme écrivain dont l’inspiration se tarit sait que la seule solution, c’est d’écrire pour contrer cette sécheresse. Mais si elle est prise dans la glace, elle ne peut écrire. Il existe des peintres qui meurent d’envie de peindre mais se disent : « Laisse tomber. Ton œuvre est moche et franchement bizarre. » […] La solution ? Imiter le petit canard. Aller de l’avant, se battre. Prendre la plume, la poser sur le papier et cesser de gémir. Ecrire. Prendre le pinceau et se mettre à peindre. Mettre son justaucorps, attacher ses cheveux et laisser aller son corps. Danser. Artistes de toutes disciplines, théâtre, musique, poésie et autres, cessez de parler, enfermez-vous et pratiquez votre art. Ce qui bouge ne peut en général geler. Alors, bougez. »

    « On n’a jamais tort de chercher ce dont on a besoin, jamais. »

    « La psyché sauvage peut supporter l’exil, malgré ses aspects négatifs. L’exil nous fait désirer la libération de notre véritable nature et l’environnement naturel qui va de pair. Et ce désir même nous fait avancer. Si nous ne pouvons découvrir le contexte culturel qui va nous encourager, alors nous décidons de l’édifier. C’est une excellente chose, car si nous l’édifions, d’autres un jour frapperont mystérieusement à notre porte, disant qu’ils cherchaient cela depuis toujours. »

    « […] les loups, même malades, même acculés, même seuls ou effrayés, vont de l’avant. […] Ils donneront toutes leurs forces pour se traîner si nécessaire d’un endroit à l’autre, jusqu’à ce qu’ils aient trouvé un bon endroit pour guérir et pour revivre.
    La nature sauvage va de l’avant. Elle persévère. »

    « Après avoir frôlé la mort, le petit canard ignore ce qu’il va advenir de lui et c’est là le moment le plus important de l’histoire : le printemps arrive, une vie nouvelle s’éveille, l’existence peut prendre un autre tour. Il faut tenir bon, envers et contre tout, pour votre vie créatrice et pour votre vraie vie, car telle est la promesse de la nature sauvage : après l’hiver vient toujours le printemps. »

    bises.
    Myna.

  • Merci myna



    Je vous remercie pour votre message, j'ai lu votre texte avec beaucoup de plaisir.

    Merci encore ... et bonne fête

    Commentaire


    • Ah oui! merci myna!



      J'ai ce livre en anglais et je l'ai lu en 1995. Ton post m'a donné envie d'aller le chercher et de le relire. En effet, il est excellent, bien écrit, profond, et il retourne aux sources dans beaucoup de domaines - même dans le domaine étymologique.

      Encore une fois, merci d'être venue en parler sur ce forum.

      Kit

      Commentaire


      • Merci à vous aussi



        vos messages m'ont fait plaisir ! bonne lecture !

        bises et bonnes fêtes.
        myna.

        Commentaire


        • Ah oui! merci myna!
          Idem kit,



          après mon post de l'autre jour, je suis allée le reprendre dans ma bibli,
          Merci à toi


          Commentaire


          • Intéressant



            et motivant !
            Toutes ces heures passées à se lamenter vont, grâce à ce livre, être balayées. Loin derrière le passé. Avançons, bougeons tels sont les mots d'ordre pour un avenir stimulant et encourageant. Merci beaucoup Myna, je vais chercher ce livre à la bibliothèque, s'il n'y est pas je l'achéterai.
            Merci encore et gros bisous.
            Cha.

            Commentaire


            • Mille mercis...



              ... Myna
              Je ne connaissais pas ce livre, que je vais m'empresser de me procurer... mais j'en ai lu bien d'autres qui m'ont enfin permis de "devenir qui je suis"... souvent écrits par des femmes, d'ailleurs... comme Isabelle Filliozat ou Catherine Bensaïd et son célèbre "Aime-toi, la vie t'aimera"...
              C'est un cheminement essentiel à qui veut enfin trouver sérénité et paix intérieure... et je suis persuadée que bien des posts de ce forum disparaitraient tout naturellement, tant il est vrai que le psychique et le physique sont intimement liés et que bon nombre de nos maux viennent de notre mal-être intérieur...
              Amitiés et joyeuses fêtes de fin d'année
              lauena

              Commentaire


              • Mille mercis...
                Bravo lauena



                Tu peux nous donner les références exactes et... si tu as le temps...nous faire un résumé. Merci bien.

                Commentaire


                • Mille mercis...
                  Oui lauena, c'est vrai!



                  Ah! j'aime vraiment Isabelle Filliozat! Et si tu fais comme Cha le suggère, j'attends avec impatience que tu nous parles de Catherine Bensaïd.

                  Bien amicalement

                  Kit

                  Commentaire


                  • Bravo lauena
                    Livres...



                    ...Comme Kit, j'aime énormément Isabelle Filliozat et j'ai trouvé tous ses bouquins passionnants ( "L'intelligence du coeur", "Que se passe-t-il en moi ?" ou encore "Au coeur des émotions de l'enfant"...une aide précieuse pour toutes les jeunes mamans)
                    Mais Le Livre qui m'a permis de commencer ce long voyage intérieur est "Trouver son propre chemin" (Presses Pocket)
                    Très simple, à la portée de tous, il est ... u comme un livre guide, fait d'exercices qui nous aident à avancer, en apprenant à identifier nos peurs, nos espoirs, nos priorités. Il nous permet une réflexion sur nous-mêmes et sur notre ressenti afin de mieux nous connaître et de mieux nous accepter...
                    "Parfois, je me demande ce qui me pousse à toujours chercher plus loin, à toujours avancer... alors, je plonge en moi et je sais...je fais le choix de me réaliser et d'appartenir à ce monde. Je fais le choix d'avancer sur mon chemin, ce n'est pas toujours facile, mais c'est le chemin, le chemin de mon Etre".

                    Catherine Bensaïd est elle aussi psychothérapeute de formation, et psychiatre.
                    "Aime-toi, la vie t'aimera" (Robert Laffont Pocket) est également un livre de développement personnel, plus dense, plus touffu que le premier... mais qui nous parle, à chaque page...
                    Il nous apprend à découvrir l'origine de notre mal-être, à ne plus répéter les comportements qui nous font mal, à ne plus suivre les chemins tracés par les autres... bref, à être adulte, à écouter nos désirs, à mieux nous aimer et à nous donner enfin le droit au bonheur...
                    Par la suite, Catherine Bensaïd a écrit "Je t'aime, la vie".. plus personnel, puisqu'elle y parle longuement de la maladie et de la mort de ses parents... extrêmement émouvant et également essentiel à la connaissance de soi, car on y découvre à quel point les chocs et les épreuves de la vie peuvent nous "réveiller", nous obliger à porter un autre regard sur les autres et sur nous-mêmes. On peut alors se libérer de nos chagrins enfouis, se dépasser, et renaître en devenant vraiment acteur de sa propre vie...

                    C'est un merveilleux voyage...un voyage sans fin... qu'importe le chemin.. l'essentiel, c'est de trouver le sens de sa vie.... de trouver sa "légende personnelle"...
                    Amitiés
                    lauena

                    Commentaire


                    • Livres...
                      Merci encore lauena



                      Grâce à ta desc.ription, je vais commender les bouquins de Catherine Bensaïd à la fnac ou à amazon.fr (j'ai des lignes directes avec ces gens-là ... ou presque ...

                      Amicalement

                      Commentaire


                      • C'est le top !



                        hop

                        Commentaire

                        Publicité

                        Forum-Archive: 2002-12

                        publicité

                        Chargement...
                        X

                        publicité