publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Hépatite .......et traitement homéopathique

Réduire

publicité

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Hépatite .......et traitement homéopathique



    Voici une info prise sur le site :

    http://www.ctanet.fr/vaccination-information/bull0
    22e.htm

    Dans notre bulletin de mars 2000, nous avions publié un article intitulé "Le retour des grandes épidémies est-il pour demain ?"
    Cet article avait attiré l'attention du Dr A.S qui nous avait adressé un texte contestant en particulier l'affirmation "qu'il n'y a pas de traitement à l'hépatite C".

    Pris par une actualité envahissanenvahissante et une charge de travail de plus en plus grande, nous n'avions pas, jusqu'à présent, pu publier ses remarques. C'est chose faite ci- dessous..
    Nous laissons bien entendu l'entière responsabilité du contenu à son auteur, la Ligue se devant de rester en dehors de toute querelle d'école et de doctrine en matière médicale. Chacun en tirera les enseignements qui lui seront utiles.

    Dans l'ordre des calamités qui submergent depuis quelques lustres notre beau pays de France, la DESINFORMATION occupe une place de choix.

    Un célèbre journaliste, dont la verve éprise de vérité ne manque jamais de piquant, ne disait-il pas récemment : "Tous menteurs, truqueurs, tricheurs, magouilleurs, manipulateurs, profiteurs" ?
    Tous les niveaux de la société en bénéficient y compris celui de la hiérarchie médicale. Sinon, comment expliquer qu'à son sommet, l'un de ses représentants n'hésite pas à dire qu'en matière d'hépatite C, il n'existe pas de traitement ?

    Heureusement, le dogmatisme de l'école officielle est contredit par les faits. Lorsque l'hépatite est déclarée, il existe non pas une, mais deux possibilités de traitement que l'on tait, bien entendu, car ça n'intéresse pas le "big business" : l'HOMEOPATHIE et BELJANSKI. En ce qui concerne l'homéopathie (traitement curatif et sans danger aucun), un tube de 80 granulés (12 Francs) est largement suffisant pour obtenir l'efficacité.

    Du point de vue de la dépense à faire, il n'est pas sans intérêt de comparer ce coût modeste à celui de la vaccination, qui n'est pas curative mais simplement, d'après les officiels, préventive. La série des 4 vaccins (première injection et 3 rappels) coûte 489,20 F. Le tout, pour une action préventive dont l'intérêt reste souvent à démontrer mais dont les séquelles, parfois gravissimes, sont hélas bien réelles et de plus en plus fréquentes depuis que les médecins ont décidé d'écouter beaucoup plus les doléances de leurs patients que les incantations des laboratoires. (1)

    D'un côté 12 francs, de l'autre 489,20 F. On commence à comprendre le pourquoi des campagnes en faveur de la vaccination anti-hépatite B ...

    Cependant, avant de franchir éventuellement le pas de cette épreuve vaccinale, il convient de bien réfléchir aux conséquences possibles dont parle "Votre Santé" de novembre 2000.

    Je laisse la parole à son rédacteur :
    "La vaccination contre l'hépatite B : une vaccination à hauts risques. La vaccination anti-hépatite B fait courir aux vaccinés des risques considérables.

    Voici les effets indésirables signalés par le laboratoire SMITHKLINE pour son vaccin ENGERIX B :

    Réaction anaphylactique (allergie subite et totalement imprévisible, souvent mortelle en l'absence de moyens de réanimation intensive sur place)
    Fatigue, fièvre, malaise, syndrome pseudo-grippal
    Vertiges, céphalées, paresthésies
    Nausées, vomissements, diarrhées, douleurs abdominales
    Anomalies des tests fonctionnels hépatiques (hépatite réelle déclenchée par le vaccin...)
    Douleurs articulaires et musculaires
    maladie sérique (genre de leucémie)
    Rash, prurit, urticaire
    Syncope, hypotension
    Paralysie, neuropathie
    Névrite y compris syndrome de Guillain-Barré (hémiplégie droite de cause inconnue)
    Névrite optique (on devient aveugle)
    Sclérose en plaques
    Encéphalite, encéphalopathie, méningite
    Arthrite
    Symptômes évocateurs de broncho-spasmes (étouffement, asthme, décès)
    Å’dème de Quincke
    Erythème polymorphe (forme d'urticaire plus ou moins grave, parfois mortelle)
    Vascularite
    Lymphoadenopathie (ganglions infectieux avec Å“dème)".
    Il convient de compléter ce réjouissant tableau par l'annonce de 20.000 cas de séquelles neurologiques dont 2.000 estropiés à vie (vaccin hépatite B) rapportés par "Vérités Santé Pratique" de septembre 2000. Mais ce n'est pas tout puisqu'il faut encore ajouter les révélations d'un médecin américain, le Professeur Bart CLASSEN : en 1988, une vaccination massive anti-hépatite B en Nouvelle-Zélande a entraîné une élévation de 60 pour cent de cas de diabète insulino-dépendant. Ce résultat serait la conséquence de la libération d'interférons, provoquée par cette vaccination (référence : Sylvie Simon – Choisir – novembre 1999).

    Quant au traitement issu des recherches du Professeur BELJANSKI, il est hélas beaucoup plus cher à cause des démêlés scandaleux, dont a été victime ce savant français, aussi génial que modeste, mais qui a eu le tort impardonnable de trouver des remèdes souvent très efficaces tout en étant naturels, non toxiques et spécifiques (c'est-à-dire qui ne s'attaquent qu'aux cellules malades tout en respectant parfaitement les saines) en matière de SIDA, de cancer, de leucémie, d'hépatite et autres maladies gravissimes résultant d'une altération du système immunitaire. Voyons d'abord le traitement curatif de l'hépatite par l'homéopathie.

    Cinq auteurs et non des moindres sont d'accord sur la même thérapeutique :

    a) Dans la matière médicale "Homéopathie, connaître la matière médicale" des Docteurs Denis DEMARQUE, Jacques JOUANNY, Bernard POITEVIN et Yves SAINT JEAN (1988), on peut lire :
    "Hépatite virale : la similitude des symptômes cliniques, biologiques et anatomopathologiques de l'intoxication aigue par le phosphore, avec ceux de l'hépatite virale fait de PHOSPHORUS le médicament essentiel de cette affection. Prescrire en 15CH deux fois par jour jusqu'au retour à la normale du taux de transaminases. Continuer le médicament à la même dilution, une fois par jour jusqu'au rétablissement complet du malade."
    Il faut savoir que les dilutions basses (5CH par exemple) peuvent, au contraire, aggraver le malade et qu'il faut administrer PHOSPHORUS seul, en unitaire, jamais en complexe. Mais il convient parfois, en raison du psychisme du patient, de son terrain particulier et de ses signes caractéristiques, d'ajuster la pre...ion en fonction de ces données. ARSENICUM ALBUM peut alors mieux convenir à la même dilution. D'autres remèdes sont possibles pour les mêmes raisons, mais plus rarement. Malheureusement, les hépatites très graves peuvent avoir une évolution irréversible, quelle que soit la thérapeutique.

    b) Le Docteur JOUANNY, dans son livre "Notions essentielles de matière médicale homéopathique" (1984) nous tient le même langage.
    "Les hépatites virales : PHOSPHORUS en est le médicament spécifique car les atteintes histologiques de l'hépatite virale sont exactement superposables à celles d'une atteinte aigue du parenchyme hépatique par le phosphore. Prescrire PHOSPHORUS 15CH une dose le matin à jeun et vers 18 h (en raison de l'aggravation horaire des symptômes pathogénétiques) pendant 10 jours consécutifs. On voit généralement le taux des transaminases revenir très vite à la normale. Si besoin, prescrire encore une dose quotidienne, pendant 10 à 15 jours, suivant le taux des transaminases."

    c) Le Docteur HORVILLEUR est encore plus précis dans son ouvrage "101 conseils pour vous soigner par l'homéopathie" (1977).
    Sous le titre "Contre l'hépatite virale, le Phosphore", il écrit en substance :
    "En clinique, le malade atteint d'une hépatite virale voit ses symptômes s'amender rapidement. Il fait une hépatite la moins inconfortable possible. Il déjaunit très vite. Il a peu ou pas de séquelles. En biologie, critère objectif de ce qui se passe à l'intérieur de l'organisme, les examens de laboratoire se normalisent rapidement (8 jours pour les transaminases)."

    Expérimentalement, on sait créer une hépatite chez le rat et la guérir ensuite par l'homéopathie.

    Voici les résultats de ces travaux cités dans la thèse de J. BILDES, effectués sous la direction de R. QUILICHINI,

    Professeur de pharmacie galénique et de pharmacologie à l'Université de Bordeaux II.

    "On intoxique les rats avec du tétrachlorure de carbone, ce qui provoque chez eux une hépatite expérimentale. On leur injecte alors PHOSPHORUS 7 CH.
    Un deuxième lot de rats est imprégné de tétrachlorure de carbone mais ne reçoit pas d'injection de PHOSPHORUS.
    Un troisième lot est également préparé au tétrachlorure de carbone mais bénéficie d'une injection de PHOSPHORUS 15 CH (et non plus 7 CH). On observe alors dans le premier lot qui a reçu l'injection de PHOSPHORUS 7CH un taux de transaminases inférieur de 40 pour cent à celui qui n'a reçu aucune injection de PHOSPHORUS (les transaminases sont les témoins de la destruction des cellules hépatiques).
    Quant au troisième lot qui a reçu PHOSPHORUS 15CH, on constate une protection nettement améliorée par rapport au premier lot qui a reçu PHOSPHORUS 7CH, protection qui n'était déjà pas négligeable mais qui, dans le cas de la 15CH, ne montre pas de différence significative avec un parenchyme hépatique normal.
    Dans les états de dégénérescence hépatique, les travaux du Professeur QULICHINI, des Docteurs DEMARQUE et AUBIN à la Faculté de Médecine de Bordeaux ont donc prouvé l'action thérapeutique remarquable de PHOSPHORUS 15CH en matière d'hépatite".

    Abordons maintenant le traitement curatif de l'hépatite par les remèdes issus des recherches du Professeur BELJANSKI.

    Dans le PAO PEREIRA (arbuste brésilien), il a découvert un alcaloïde, la flavopéreirine, qui a la vertu d'agir sur l'enzyme appelé tran...ase inverse, empêchant la multiplication des virus à ARN (virus du tabac, HIV, FEV, virus de l'hépatite C) ainsi que celle des virus à ADN (bien que dans une moindre mesure) celui de l'hépatite B.
    Cette molécule détruit les particules virales comme l'ont confirmé spectaculairement les chercheurs de Berne sous la direction du Professeur D. JACHERTZ.
    Le traitement est simple. Une gélule par 10 kg de poids/jour. Un homme de 60 kg devra donc prendre 6 gélules/jour. Par ailleurs, la flavopereirine n'induit pas de résistance au cours de traitements prolongés, ni d'effets secondaires. Le détail de ces travaux remarquables, reconnus dans le monde entier (sauf en France) se trouve dans dix des 132 publications scientifiques internationales notées à la fin du livre du Professeur BELJANSKI "La Santé confisquée" (livre impossible à rééditer en France...) mais facile à obtenir auprès de : EVI LIBERTY CORP, 214 EAST 52nd Street (3rd FLOOR – NEW YORK – NY 10022 – USA. Prix : 120 F).

    Après avoir lu tout ce qui précède, on ne peut qu'être frappé par la publicité qui est faite pour le mode préventif de la maladie hépatique, c'est-à-dire la vaccination et l'absence TOTALE d'information pour la thérapeutique existante, lorsque l'hépatite est déclarée. C'est cette atteinte au droit à l'information que le Docteur PRADAL a stigmatisée dans l'introduction à son "Dictionnaire critique des médicaments", édition 1978/1979, en ces termes :
    "La scandaleuse situation de sous-information au sujet des médicaments est d'un coût extrêmement élevé pour notre société. Mal prescrit ou mal utilisé, ce qui revient pratiquement au même, le médicament tue, aujourd'hui en France autant que la route et est responsable de centaines de milliers d'atteintes irréversibles à l'intégrité physique ou psychique des individus". N'oublions pas : c'était en 1978/1979... que dirait-il aujourd'hui ?
    Comment se fait-il, en effet, que les officiels qui proclament à cor et à cri leur préoccupation de protéger les populations lorsqu'il s'agit de vacciner, s'en désintéressent totalement dès qu'il ne s'agit plus de vacciner mais de soigner?

    S'il est vrai que seule la santé des individus est prise en considération, on devrait voir la publicité pour les vaccinations, côtoyer celle des traitements de la Maladie installée par voie homéopathique ou BELJANSKI. Une telle attitude serait d'autant plus compréhensible qu'il y a belle lurette que l'homéopathie, dans ce domaine comme dans beaucoup d'autres d'ailleurs, propose des traitements efficaces et sans danger, comme nous venons de le voir précédemment.
    Il n'en a malheureusement jamais été ainsi. Pire : les organismes officiels qui se targuent d'éthique professionnelle, n'hésitent pas à déclarer "qu'en l'absence actuelle d'un traitement spécifique, le seul moyen de lutter contre cette maladie reste la prévention reposant sur l'hygiène et la vaccination".

    Voilà pour le mutisme officiel concernant le traitement de l'hépatite par homéopathie. Reste le silence impressionnant à propos de thérapeutique de la même affection, par les produits BELJANSKI.

    Il faut savoir que les novateurs sont indésirables surtout lorsqu'ils sont arrivés à faire de fantastiques découvertes avec des moyens dérisoires, comparés à ceux des grandes structures officielles. Un tel crime de lèse-majesté ne pouvait pas rester impuni et tout a été fait pour éliminer M. BELJANSKI car ses traitements naturels, non toxiques (pas d'intoxication, pas de pathogénésie, pas d'aggravation, pas de métastases à craindre) risquaient de créer un préjudice aux grands laboratoires.

    Comment voulez-vous que ceux qui déclarent à propos du vaccin par génie génétique de l'hépatite B, qu'il est "hautement purifié" et par conséquent "particulièrement sûr" (A. AUFRERE, Docteur en Pharmacie à Pasteur Vaccin) pendant que BELJANSKI précise qu' "au contraire, il est beaucoup plus contaminé par la TdT que les vaccins conventionnels et s'avère être très dangereux car la protéine (terminal desoxynucleotidyl Transferase) qu'il contient provient d'un virus ayant servi à préparer ce vaccin et peut entraîner des mutations génétiques", puissent accepter une vérité qui va à l'encontre de leurs connaissances et intérêts ? "Une vérité est un très lourd fardeau qui ne peut être délivré qu'avec parcimonie. Il n'y a que le mensonge qui ne connaisse pas d'entrave" (Professeur BELJANSKI).

    Le Docteur DONATINI, dans son livre "L'intox. Quelques vérités sur vos médicaments" nous le confirme : "L'intérêt des malades passe, pour les multinationales, bien après leur propre intérêt financier. On cache aux malades et aux médecins certains effets indésirables (...). Nous sommes en réalité les cobayes d'une industrie qui s'enrichit à nos dépens".

    Avant de conclure, laissez-moi vous raconter une anecdote significative. Il s'agit de Barbara MAC-CLINTOCK. Cette généticienne américaine publie en 1931, à 29 ans, un article fondamental qui confirme la base chromosomique de la génétique. Treize ans plus tard, en 1944, à l'âge de 42 ans, elle est nommée membre de l'Académie Nationale des Sciences. En 1945, elle devient Présidente de la Société Américaine de Génétique.
    Malheureusement, exactement comme pour BELJANSKI avec Monod, ses pairs n'apprécient pas qu'elle remette en question le dogme central de la biologie moléculaire, selon lequel l'information ne peut circuler qu'à partir de l'ADN vers l'ARN. Et c'est la dégringolade, la mise à l'écart de cette femme aux "conceptions échevelées". En 1951, la présentation de ses nouvelles découvertes sur les "gènes sauteurs" (les gènes ne sont pas toujours stationnaires sur les chromosomes. Ils peuvent "sauter" et changer de place) ne fait que creuser encore davantage le fossé qui la sépare de ses confrères moins inspirés.
    Ses travaux, menés en solitaire et avec des moyens dérisoires comme BELJANSKI, ont abouti pourtant à une série de découvertes d'une portée sans précédent dans l'histoire de la génétique cellulaire.
    Puis le temps a passé, qui a permis à la biologie de mettre en évidence l'existence des fameux "gènes sauteurs", appelés aujourd'hui "transposons". Alors, mais alors seulement, les esprits fermés de la veille se sont enfin ouverts pour reconnaître son génie et lui décerner, 33 ans après, le Prix Nobel. Les découvertes qui lui avaient valu d'être déconsidérée pendant longtemps, devinrent précisément celles qui lui permirent cette distinction.

    Barbara MAC CLINTOCK a attendu l'âge de 82 ans pour être honorée de son vivant. BELJANSKI n'aura pas eu cette chance.

    Mais il y a mieux, ou pire selon les avis : en 1978, les états membres de l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) se sont réunis à ALMA ATA pour définir un P.E.V. (programme élargi de vaccinations). Quels en sont les instigateurs ? VAN DEN HOVEN, Jonas SALK, Robert MC NAMARA et Leopold SEDAR SENGHOR.

    VAN DEN HOVEN : il n'est ni médecin, ni scientifique, mais ... PDG d'Unilever, multinationale de l'alimentation.
    Jonas SALK est le patron de l'institut SALK dont un département au moins travaille sous contrat avec le Pentagone. En 1988, il a signé un contrat avec l'armée américaine de 32,3 millions de dollars pour la production de vaccins et de réactifs biologiques (réf : Wall Street Journal 5 avril 1988).

    Robert MACNAMARA est un ancien président de la Banque Mondiale, ancien secrétaire d'état aux USA. Il est l'auteur d'une déclaration explosive et mortifère : "Il faut (dit-il) prendre des mesures draconiennes de réduction démographique CONTRE LA VOLONTE DES POPULATIONS. Réduire le taux de natalité s'est avéré impossible ou insuffisant. Il faut AUGMENTER LE TAUX DE MORTALITE. Comment ? par des moyens naturels : LA FAMINE ET LA MALADIE" (réf : Sida, tristes chimères", Rolande Girard – Editions Grasset).
    Devant ce sombre tableau mis en place à notre insu, ne jamais oublier que c'est la faiblesse des bons qui fait la force des méchants. Il faut donc résister pour vaincre en faisant partie d'associations créées pour défendre notre liberté.

    (1) Ces séquelles pourraient, peut-être, ne pas exister si on prenait la précaution de faire AVANT et APRES vaccination un typage lymphocitaire complet.
    Ce T.L.C. est basé sur le système H.L.A (Human Leucocyte Antigens). Le système HLA est constitué par l'ensemble des molécules d'identité se trouvant sur les globules blancs (les Leucocytes). Ce sont elles qui sont responsables des problèmes d'incompatibilité. Certaines de ces molécules ne sont normalement présentes que sur les cellules du système immunitaire. Toutes ces molécules HLA sont codées par des gènes propres à chaque individu et sont donc représentatives d'un seul et unique individu.
    Tout ceci est très clairement expliqué dans le livre du Professeur agrégé Michel GEORGET "Vaccination – Les vérités indésirables".
    Dr. A.S.

    Ouvrages ayant servi de référence pour l'élaboration de cet article :

    Bulletin d'information de la Ligue Nationale pour la Liberté des Vaccinations.
    Vaccination / Protection : Mythe ou réalité ? par Simone DELARUE.
    Vaccination : Les vérités indésirables par Michel GEORGET.
    Dictionnaire critique des médicaments – Tome 1, par le Docteur PRADAL.
    Vérités Santé Pratique par Michel DOGNA.
    L'intox, par le Docteur Bruno DONATINI.
    La santé Confisquée, par le Professeur et Madame BELJANSKI.
    Dialogue n° 17 – "La science sacrifiée par les Mandarins" par Jacques LECOMTE
    Dialogue n° 19 du centre Oncologique et Biologique de Recherche Appliquée, par le Professeur BELJANSKI et Monique VIRETTO.
    Notions essentielles de matière médicale homéopathique, par J. JOUANNY.
    101 conseils pour vous soigner par l'homéopathie, par le Docteur Alain HORVILLEUR.
    Homéopathie – Connaître la matière médicale, par les Docteurs Denis DEMARQUE, Jacques JOUANNY, Bernard POITEVIN, Yves SAINT JEAN. Tome 1.
    Dossier d'information sur l'Å“uvre du Professeur BELJANSKI, Natural Source International, New-York.
    Vous et votre Santé et "Votre Santé". Vaccination : L'overdose – Désinformation, scandales scientifiques, imposture scientifique, par Sylvie SIMON.
    Sida, tristes chimères par Rolande GIRARD, éditions Grasset.
    Hépatite B – Vaccination : Prévention ou agression ? G.R.E.N.A.T (Groupe de réflexion et d'étude pour la non-agression thérapeutique)
    Appel pour un moratoire de la vaccination des jeunes contre l'hépatique B, l'Impatient, novembre 1996, n° 228.

    .

  • Merci !



    No comment ! c'est assez éloquent !

    Commentaire


    • Ahem...



      Qu'est-ce que l'"école officielle"? J'ai l'impression qu'en France il y a toute une "école officielle" de l'homéopathie. Le fait qu'un des grands laboratoires pharmaceutiques homéopathiques (Boiron) est français n'y est sans doute pas étranger. Hélas! Celui-ci a été pris dans des "magouilles" scientifiques dans la tristement célèbre affaire de la "mémoire de l'eau".

      Commentaire


      • Ahem...
        Cela dit...



        On n'a pas attendu Boiron pour parler de la mémoire de l'eau... Les chinois et plus près de nous Dr Bach...

        Commentaire


        • Merci cesmoi



          J'étais déjà au courant et pour moi, il n'y a aucun doute. Merci d'en faire profiter tout le monde.

          Avant de pouvoir faire un vrai choix, il faut se renseigner sur tous les sons de cloche.

          Bonne journée avec ton tit bout!

          Commentaire


          • Merci cesmoi



            et tjours vive l'homéopathie, m^me si cela dérange les grds labos ki s'en mettent plein les fouilles avec leurs médicaments allopathiques

            Commentaire


            • Merci nath !



              C'est édifiant!

              Peu de commentaires à faire si ce n'est continuons à informer !

              Honte aux crêches, garderies d'enfants et même écoles qui refusent l'in...ion des enfants non aux vaccinés et font du chantage parents.


              "c'est la faiblesse des bons qui fait la force des méchants."
              Unissons-nous donc et ne fléchissons pas devant ces dirigeants sans scrupules avides seulement de pouvoir et d'argent!

              Bisous Nath
              ysa



              Commentaire


              • Merci !
                Et hop



                Commentaire


                • Et hop



                  Commentaire

                  Publicité

                  Forum-Archive: 2003-01

                  publicité

                  Chargement...
                  X

                  publicité