publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Je regrette et je veux retourner en arrière

Réduire

publicité

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Je regrette et je veux retourner en arrière



    Il y a environ 1 an, je suis tombée enceinte, je n'avais que 19 ans et j'étais angoissée. comment l'annoncé, que faire?
    Je l'ai alors annoncé à mon petit copain avec qui je suis toujours. Il m'a rassurée et m'a dit que tout allais bien se passer. Je n'étais encore qu'un étudiante et cela faisait à peine 2 mois que nous étions ensemble.
    cette nouvelle m'a vraiment bouleversée. Je ne voulais pas décevoir ma mère, mon entourage, le regard des autres me faisaient peur d'avance.

    A cette époque j'avais directement senti que mon corps avait changé. Mes seins me faisaient mal et mes dernières règles remontaient à 5 semaines, javais un dégout de certaine chose qui m'était apparu du coup, j'avais pris du poids. C'est à ce moment j'ai senti que je portais un petit bout en moi. Mais d'autre part jespérais que je me faisait des films.

    Je me suis rendu dans un centre de planning familial pour faire un teste et être suivi. Quand le résultat s'est affiché, je me suis écroulée, je ne savais pas trop quoi faire, quoi dire, à qui en parler, où aller, ce qu'allait devenir mon avenir. j'avais peur.

    Mon copain m'avait rassurer que peu importe mon choix il serait là à mes coté, et il a tenu sa promesse. Aujourd'hui cela fait 15 mois que j'ai avorté et je me sens encore plus mal qu'avant. j'aimerais avoir un enfant, j'en ai tellement envie.
    Aujourdhui je me sens coupable davoir ôter la vie! je prend la pilule tous les jours correctement mais je vous assure qu'à certain moment j'hésite. Pour moi j'ai fait une erreur.
    Combien de femme pleurent et sacrifie leur argent, leur temps et perd même patience pour avoir des enfants et moi je met fin à la vie d'un trésor! j'ai envie de me racheter et si je pouvais je retournerais en arrière pour tout changer!
    Si vous avez des conseils j'en ai réellement besoin, merci d'avance!

  • Courage



    Bonjour Lesley,

    Je n'ai pas connu du tout ce que tu as vécu mais il est vrai que l'IVG a des conséquences psychologiques qui peuvent être difficiles à vivre.
    Je pense que le mieux serait que tu ailles en parler à quelqun afin de faire le deuil petit à petit et ne plus te sentir coupable. www.sosbebe.org par ex ? peut etre peuvent ils te conseiller ?
    Un jour tu donneras la vie, c'est sur, mais ce sera quand tu seras prete. La tu te sentais encore trop jeune, trop fragile et c'est humain.
    Ce que tu ressens est normal.

    Il faut quand meme que tu trouves la bonne personne à qui parler car j'ai lu une fois ds le bouquin d'une psy la théorie que la douleur psychique liée à l'IVG était liée exclusivement à la perte de l'enfance et non à la perte de l'enfant : bref, un truc assez bizarre.

    Bon courage.

    Maguie.
    PS:
    ci dessous un petit extrait du rapport de lInspection générale des affaires sociales (IGAS) sur lévaluation des politiques de prévention des grossesses non désirées, rendu public en février 2010 à la demande du ministère de la Santé.
    "Des psychiatres et des psychologues étudient le sujet depuis plusieurs années. Dans son livre Quel âge aurait-il, le tabou des grossesses interrompues paru en 2006, le docteur Stéphane Clerget décrit les symptômes de lIVG chez certaines femmes, jeunes et moins jeunes. Lors dun colloque organisé le 7 mars 2011 sur lIVG à Paris, le docteur Sophie Marinopoulos, psychologue et psychanalyste plaidait pour une prise en charge de la douleur psychique chez les femmes ayant vécu une IVG. Interrogée par le magazine La Vie le 2 mars 2011 avant ce colloque sur la souffrance post IVG, Sophie Marinopoulos précise: Elle ne se voit pas, ne sentend pas, nest pas rationnelle. Pourtant elle sexprime ! Sur le mode somatique, comportemental, relationnel, à travers des maux de ventre, de tête, des pleurs, ou une certaine irritabilité. Les femmes en souffrance sont tristes ou se replient sur elles-mêmes, longtemps parfois après une IVG. Il ne faut pas banaliser ces symptômes, mais au contraire mettre ces maux en mots .
    "

    Commentaire


    • Moi je ne suis pas d'accord



      J'ai moi même fait une ivg et je ne le regrette pas, comme toi j'étais jeune à ce moment et honnêtement qu'est ce que tu veux offrir à un enfant au bout de deux mois de relation avec le papa etc... Certaines le font et je le comprend vraiment. Mais avorter c'est avoir le courage de choisir quand et avec qui et il me semble que c'est deux questions fondamentales.

      Je comprend tes regrets mais c'est pas parce qu'aujourd'hui tu as ce désir que tu dois regretter, avant tu ne l'avais pas ce désir, comment tu aurais pu savoir que allais rester avec le papa etc?

      Moi aujourd'hui je veux un bébé et on a ce projet mais ça ne me fait pas regretter mon ivg (bien que parfois j'y pense) mais faut vivre avec et surtout se rendre compte que ta décision tu l'as prise parce que tu avais les pieds sur terre et c'est une belle preuve de maturité et de stabilité. Ai confiance en cette décision passée, elle fait partie de ta vie et elle ne t'empêche pas d'avoir un nouveau projet et de vouloir un bébé, au contraire donc ne t'encombre pas et vie ce que tu veux vivre.

      J'ai une amie qui comme toi est tombé enceinte (à 16 ans pour elle) et avec un garçon avec qui elle était depuis 2 mois aussi, contrairement à moi elle l'a gardé, aujourd'hui elle a 20 ans et une fille qui va sur ces 4 ans.

      Il s'avère que le papa est limité un déséquilibré qui à l'age de 26 ans sort avec des filles de 16 ans. Elle a été trompée etc et elle est partie avec sa fille.

      Aujourd'hui elle reprend des études parce que sa vie professionnelle n'est pas encore construite du coup, donc voilà la galère avec sa petite...
      Pour ce qui est de sa vie sentimentale elle est mise entre parenthèse elle aussi.
      Financièrement elle s'en sort pas et vie grâce aux aides comme le rsa les apl etc.

      Donc voilà elle fait de son mieux et aime sa fille mais c'est vraiment pas l'idéal. Elle a eu plein de problème avec le papa et n'as ps vu sa fille de 2 longs mois.

      Alors bien sur pour toi cela aurais pu être merveilleux ou le contraire, et sans le savoir moi je n'aurais jamais pris le risque, j'ai eu une enfance assez malheureuse et je veux mettre toute les chances de mon côté pour mettre au monde un enfant né d'un amour long et fort, d'un désir qui date et pas d'une lubie, et au bon moment comme se doit de le faire un parent équilibré et sain.

      Bon avec l'horloge biologique qui se met en route dure d'attendre que tout soit parfait mais sans que ça soit idéal que ça soit juste le bon moment. Alors ne regrette pas ton choix, et vie ce que tu as loupé, mais ton futur enfant ne sera jamais celui que tu as perdu et il arrive dans des conditions bien meilleur donc courage

      Commentaire


      • Je rajoute aussi



        Que c'est pas parce que certaines souffrent de ne pas avoir d'enfant qu'on a pas le droit d'avorter quand ce n'est pas le moment, en pointant deux extrêmes tout à toujours l'air affreux mais c'est pas comme ça qu'il faut voir la vie, surtout si on veux faire les bons choix pour nous

        Commentaire


        • Courage



          L'avortement n'est pas une affaire banale et il y a forcément des regrets. Je n'ai pas eu à le faire mais une amie y a eu recours plusieurs fois lorsqu'elle était jeune. Par la suite lorsque sa situation matrimoniale et financiere a été meilleure elle a eu 5 enfants et forme une famille unie. Tu as pris une décision pour ton avenir ne la gache pas, il sera toujours temps de fonder une famille lorsque tu sera prête et non parce que tu as des regrets. IL faut penser à tes futurs enfants, ils ne doivent pas naitre à la place du premier. Inscrit toi dans un groupe de parole sur le net ou mieux dans un groupe chez un psy afin de partager tes sentiments avec d'autres femmes qui ont eu le même parcours. PS garde ton ami il semble etre quelqu'un de bien. Courrage.

          Commentaire

          Publicité

          Forum-Archive: 2012-052012-08

          publicité

          Chargement...
          X

          publicité