publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Le déni de grossesse : Justice et déni de grossesse

Publié par : Clémentine Fitaire

Depuis 1994, la notion d' « homicide volontaire sur mineur de moins de 15 ans » est passible de la perpétuité. Pour un déni de grossesse avec décès du nouveau-né, des femmes ont été condamnées à plusieurs années de prison.

Beaucoup de personnes dont les membres de l'Association française pour la reconnaissance du déni de grossesse (Afrdg), dénoncent un traitement complètement inadapté de la justice.
En effet, trop souvent la justice ne croit pas à l'irresponsabilité de ces femmes et les punit donc comme des meurtrières d'enfant. Le déni total n'est pas encore reconnu comme une vraie pathologie, et l'Afrdg se bat fermement pour qu'il le soit enfin. Cette mobilisation a pour objectif de faire changer les mentalités sur ce sujet encore peu connu ou mal perçu.

Dans le cas de l'affaire Courjault, cette question du déni de grossesse avait été évoquée, puis écartée par les experts psychiatres. Impossible de ne pas avoir entendu parler de cette affaire qui a défrayé la chronique. Véronique Courjault, 38 ans, a été mise en examen et incarcérée le 12 octobre 2006 pour un triple infanticide. Dans l'appartement qu'elle occupait à Séoul en Corée, deux nouveaux-nés avaient été retrouvés dans un congélateur.

 

A lire aussi : 
> Symptômes de grossesse : les signes qui ne trompent pas
> Tout savoir sur lIVG
> Blues et grossesse : le baby-blues, c'est qoui ?

Pour en savoir plus :
L'association française pour la reconnaissance du déni de grossesse : www.afrdg.info


publicité