publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Être enceinte après 40 ans : Les risques pour le foetus

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (14. juillet 2010)

Les risques de malformation chez l’enfant augmentent peu avec l’âge de la mère, sauf pour ce qui concerne la trisomie 21. On estime les risques d’ accoucher d’un enfant trisomique 21 à 1 sur 1500 à 20 ans, et à 1 sur 100 à 40 ans. A 20 ans, on ne pensera pas systématiquement à un dépistage, alors qu’après 40 ans, il paraîtra évident.

Heureusement, la trisomie 21 se détecte assez facilement par échographie au 1e trimestre (la maladie est suspectée au niveau de la nuque - plus épaisse - du fœtus), par le tri-test (un dosage sanguin), ou par amniocentèse

L'amniocentèse

L’ amniocentèse consiste à prélever du liquide amniotique à travers la peau du ventre de la mère. Cela se fait à l’aide d’une fine aiguille. Ce n’est pas plus douloureux qu’une piqûre intramusculaire. La ponction se fait après repérage, et sous contrôle échographique. L’intervention permet d’établir un caryotype du bébé (la carte de ses chromosomes).

Attention : le problème de l’amniocentèse est qu’elle peut provoquer une fausse couche. On estime à 1 % le risque de fausse couche due à l’amniocentèse. Et cela n’est pas sans conséquence chez la femme de plus de 40 ans, à qui il faudra encore un certain temps pour être à nouveau enceinte.

A savoir : L’amniocentèse est (pour l’instant) remboursée par la sécurité sociale, à partir de 38 ans.

Voir aussi cette vidéo :

Amniocentèse : comment ca se passe ?


publicité