publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Être enceinte après 40 ans : Tomber enceinte

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (14. juillet 2010)

Il y a 20 ans, vous étiez 8 000 à faire un bébé après 40 ans ; aujourd’hui, vous êtes 27 000. Ce sont les femmes des années 80 qui ont privilégié leur carrière, et reporté le bébé à plus tard. Ce sont aussi parfois toutes celles qui ont refait leur vie, qui ont de grands enfants et qui veulent un nouveau bébé avec un nouveau compagnon... pour ne citer qu'elles.

Nos conseils :
> Au-delà de 40 ans, si vous désirez avoir un enfant, sachez qu'il sera plus difficile de tomber enceinte et que vous risquez davantage de présenter des problèmes de santé au cours de la grossesse.

> L'objectif n'est cependant pas impossible. Grâce aux années passées, à votre expérience... vous êtes devenu plus responsable, et vous saurez accepter d'éventuelles contraintes, et d'éventuels traitements.

A lire aussi nos dossiers :
> Les étapes de la FIV en vidéo.
>
Enceinte : des soins pour être belle.

C'est plus difficile

> Avant de tomber enceinte, adoptez une hygiène de vie saine en arrêtant bien sûr la cigarette (qui fait baisser la fécondité).

> Faites souvent l'amour avec votre partenaire mais sans stress... car l' anxiété diminuerait les chances de fécondité.

> Si au bout de six mois environ rien ne se passe, consultez votre gynécologue. Il pourra vous prescrire des examens complémentaires (à vous et à votre partenaire) et envisager un traitement, comme une stimulation ovarienne.

A lire aussi nos dossiers :
> Pourquoi je n'arrive pas à être enceinte ?
> Stimulation ovarienne, mode d'emploi.
>
Don d'ovocytes : comment ça se passe ?

Risque de fausse couche

Non seulement il est difficile d’avoir une grossesse après 40 ans, mais il est également plus difficile de mener cette grossesse à son terme.

En effet, les risques de fausse-couche au cours du premier trimestre augmentent de manière significative : un quart des femmes enceintes de 40 ans et plus feront une fausse-couche (on estime ce risque entre 12 et 15 % chez les femmes d’une vingtaine d’années). En cause : le mauvais fonctionnement ovarien et les risques accrus d’anomalies chromosomiques.

Lire aussi notre dossier :
> Retrouver confiance après une fausse couche.


publicité