publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

L'interruption medicale de grossesse - IMG : Par quels moyens ?

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (04. février 2015)

Il n'y a pas de seuil réel pour choisir une méthode plus qu'une autre. Jusqu'au début du second trimestre, deux solutions sont possibles : par médicaments, ou de façon chirurgicale (aspiration ou dilatation/extraction). A partir de la 18ème semaine d'aménorrhée, cet avortement est déclenché de façon médicamenteuse. L'anesthésie foetale est recommandée à partir de 22-24 semaines d'aménorrhée. Mais ce choix s'effectue aussi en fonction de critères médicaux : utérus cicatriciel (comme un antécédent de césarienne), la localisation du placenta...

En fonction du moment où est effectuée cette interruption médicale de grossesse, différentes méthodes d'analgésie sont utilisées. Un contrôle de la douleur est assuré grâce aux médicaments morphiniques. En cas de curetage, une anesthésie générale peut être effectuée. Une péridurale est généralement proposée pour des âges gestationnels assez élevés. Des femmes demandent à ne pas être « consciente » au moment de la ponction... Une anesthésie générale peut-être envisagée.

Ensuite, la surveillance de la femme sera assurée médicalement dans le service de gynécologie de la même façon qu'après un accouchement normal. La montée de lait – possible – devra être stoppée. La difficulté vient du fait que le couple et plus particulièrement la femme demande à sortir rapidement de la maternité. Puis, une rééducation périnéale pourra être aussi recommandée. Mais c'est surtout le soutien psychologique qui est important.


publicité