publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

J'attends des jumeaux ! : Causes des grossesses gémellaires

Publié par : Clémentine Fitaire (14. août 2009)

On ne peut affirmer avec certitude qu’il existe des « familles » à jumeaux. C’est vrai pour la gémellité dizygote, pas pour les monozygotes.

Cependant, il existe des facteurs multiples entraînant des grossesses multiples.

Les traitements contre l'infertilité
Ces dernières années, de nombreux traitements inducteurs d’ ovulation, ont vu le jour. Qu’il s’agisse de stimulation hormonale pour avoir une surproduction d’ovules ou de fécondations in-vitro (FIV), les grossesses multiples sont fréquentes. Notez cependant que dans le cas de FIV, le risque de monozygotie n’est pas exclu puisque l’œuf peut également se diviser après avoir été replacé dans l’utérus !

Les hormones
L’ovulation est sous la dépendance de plusieurs hormones (FHS, LH, œstrogène, progestérone). Or le taux élevé de certaines hormones peut entraîner des ovulations nombreuses, et par conséquent : plusieurs fécondations, donc une grossesse gémellaire.

L'alimentation
Les produits laitiers augmentent la concentration d’une hormone de croissance appelée IGF (Insuline Like Growth Factor), laquelle joue un rôle dans l’ovulation. Les femmes Africaines ont naturellement un taux élevé d’IGF. Il a été constaté que certains légumes (telles que les patates douces : les yams) contiennent une substance ressemblant aux oestrogènes, hormones nécessaires à l’ovulation. Leur consommation en grande quantité par certaines femmes en Afrique, entraînerait aussi un taux élevé de grossesses gémellaires.

L'âge
Après 35 ans, les poly-ovulations sont fréquentes chez les femmes. Mais les anomalies de développement sont aussi fréquentes, d’où un taux de fausse couche un peu plus élevé. Résultat : la fréquence des grossesses gémellaires dizygotes augmente jusqu’à 37 ans puis diminue.

La parité
La parité est le nombre d’enfants qu’une femme a eu. Lorsqu’elle n’en a pas, on parle de nullipare, puis au fur et à mesure des accouchements, on parle de primipare (un enfant), deuxième pare (deux enfants), etc. Plus une femme a d’enfants, plus elle a de chances (ou de risques, selon l’angle où vous vous situez) d’avoir des jumeaux.

La luminosité
En théorie, il se pourrait que la lumière ait une influence sur une glande hormonale située dans le cerveau, laquelle entraînerait des ovulations multiples. C’est la raison avancée pour expliquer le nombre plus élevé de naissances gémellaires entre janvier et avril (donc une fécondation au cours des mois les plus lumineux). C’est aussi l’hypothèse en faveur des grossesses multiples dans les régions scandinaves, où le soleil de minuit (des étés aux très courtes nuits), pourrait induire une poly-ovulation.

Les origines ethniques
Les Asiatiques sont celles qui ont le moins de grossesses gémellaires : 3 pour 1000 naissances, contre 8 pour 1000 chez les Caucasiennes, et 16 pour 1000 chez les Africaines. Ceci est certainement dû au taux d’hormones, responsable d’une poly-ovulation et de la qualité de la nidation au niveau de l’utérus.

>> Peut-on choisir d'avoir des jumeaux ?

Peut-on choisir d'avoir des jumeaux ?

Non, il est inutile d’aller vivre tout un été en Suède pour bénéficier des 6 mois de luminosité, de vous concocter un régime à base de lait, fromages, yaourts et de patates douces ou d’attendre d’avoir 42 ans pour avoir vos enfants, car l’efficacité de ces mesures n’est pas garantie du tout !

Il n’existe pas un, mais plusieurs facteurs déterminant une grossesse gémellaire. Il n’y a donc aucun moyen de vous programmer des jumeaux, même si vous en avez très envie.

Par ailleurs, la maîtrise du nombre d’ embryons est plutôt difficile. Et le problème des médecins, en cas de traitement de PMA ( procréation médicalement assistée) est surtout d’empêcher ou de limiter au maximum la survenue d’une grossesse gémellaire qui reste une grossesse à risques.


publicité