publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

J'attends des jumeaux ! : Interview du spécialiste

Publié par : Clémentine Fitaire (14. août 2009)

Entretien avec le Pr Jean-Claude Pons*, Professeur des Universités, praticien hospitalier au CHU de Grenoble.

Quelle est la part de l'hérédité dans la gémellité monozygote ?

L’hérédité est bien sûr un facteur de risque. Si tous les membres de votre famille sont des jumeaux, les risques (ou les chances) d’en avoir sont élevées. Ainsi, les femmes jumelles ont deux fois plus de jumeaux que la population générale. Par ailleurs, les groupes sanguins A et O sont plus fréquents chez les jumeaux dizygotes.

Peut-on avoir de faux jumeaux de deux pères différents ?

La superfécondation est définie par la fécondation quasi synchrone par deux pères différents de deux ovocytes ovulés en même temps.
Le problème de la superfécondation a été soulevé par le naturaliste français Buffon en 1774 donnant comme explication possible à la naissance, en Louisiane, d'un enfant blanc et d'un enfant noir. Quelques années plus tard, la première thèse de médecine soutenue aux Etats-Unis, en 1810, rapportait un cas identique : l'un des enfants était blanc et l'autre métisse. L'arbre généalogique et l'histoire de la mère était largement en faveur de la thèse de la superfécondation.
Cinq études bien documentées ont été publiées dans lesquelles l'analyse des groupes sanguins et des groupes tissulaires HLA permettent d'affirmer que deux jumeaux dizygotes ont deux pères différents. La réalité rejoint la fiction et le mythe d'Amphitryon.

Est-ce qu'une grossesse gémellaire est encore considérée comme une grossesse à risques ?

Oui. Pour les bébés, le risque principal reste la prématurité. Pour la mère, c’est l’hémorragie.

Existe-t-il maleureusement un risque de mort in utero d'un des jumeaux ?

La mort d'un jumeau malheureusement est une éventualité non exceptionnelle au cours de la grossesse. Les causes peuvent être les mêmes qu'en cas de grossesse unique : hypertension artérielle maternelle, anomalies placentaires. Il existe aussi des causes spécifiques liées à la gémellité : syndrome transfuseur-transfusé, enroulement des cordons en cas de grossesse monoamniotique.
Quelle que soit la qualité du suivi de la grossesse, on dispose de peu de moyens pour prévenir l'éventuelle mort in utero d'un jumeau.
En cas de souffrance fœtale chronique, une surveillance attentive peut permettre de réaliser une césarienne si nécessaire. Toutefois cette césarienne entraîne une naissance prématurée du jumeau en danger qui peut être parfois sauvé. Mais cette naissance prématurée peut être préjudiciable à l'autre jumeau qui ne présentait pas de souffrance fœtale chronique.

À lire aussi sur Santé AZ :
> Devenir maman pour la première fois.
> Etre enceinte après 40 ans.
> Je risque d'accoucher avant terme...
>
Témoignages : J'ai mal vécu ma césarienne

Pr Jean-Claude Pons

Pr Jean-Claude Pons


publicité