publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Les méthodes de préparation à l'accouchement : l'haptonomie

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (04. mai 2016)

À qui s’adresse l'haptonomie ?

Du grec « hapsis » (toucher) et « nomos » (norme), cette « science du contact psycho tactile » comme la définit le médecin néerlandais Frans Veldman, son concepteur au début des années 80, s’adresse aux futures mères et aux futurs pères qui désirent établir le plus tôt possible une relation affective avec leur enfant à venir.

En quoi consiste-t-elle ?

L'haptonomie peut se pratiquer dès le début de la grossesse, mais surtout à partir du moment où le bébé commence à bouger dans le ventre de sa mère. Dès la 20ème semaine, il serait capable de réagir au toucher et aux légères pressions indiquées par le praticien, médecin ou sage-femme, et exercées sur le ventre de la maman par les deux parents. Ces derniers pourront alors pratiquer à la maison ces gestes, naturellement accompagnés d’une voix calme et douce, et continuer ainsi... à faire connaissance.

Cette intimité requiert des séances individuelles afin que chacun puisse profiter pleinement du lien précoce créé à travers les contacts tactiles et la parole.

L'haptonomie est aussi un bon moyen pour le père de se préparer à l'arrivée de son bébé, et de se sentir plus impliqué. Cet accompagnement doux et relaxant pour la mère facilite aussi le relâchement musculaire, toujours important au moment de l’ accouchement.

En savoir plus

Les bienfaits
L’haptonomie permet aux parents de vivre ensemble le développement de leur enfant en communiquant avec lui par le toucher. Ce contact sécuriserait le bébé avant sa naissance. Il serait conseillé d'effectuer quelques séances post-natales pour bien prolonger le lien affectif parents-enfant ainsi développé.

Les inconvénients
L’haptonomie est considérée davantage comme un accompagnement psychologique, avant et après la naissance, que comme une véritable technique de préparation à l’accouchement.

Les contre-indications
Le Centre international de recherche et de développement de l’haptonomie, dont le président d’honneur est Frans Veldman, estime que l’haptonomie « est totalement incompatible avec les méthodes qui visent à modifier le tonus musculaire et la respiration, telles que le yoga, la sophrologie, les techniques respiratoires, etc. Celles-ci, par leur caractère d’apprentissage, entraveraient l’effet libérateur de l’expression affective ». « En outre, affirme le CIRDH, toute attention portée sur la respiration ou sur une « représentation imaginaire » de l’enfant fait obstacle au contact affectif avec lui ».

Il est conseillé de consulter le médecin obstétricien, le gynécologue ou la sage-femme quand on envisage une préparation à l’accouchement, quelle que soit la méthode choisie.

L’avis de Pauline, 32 ans, assistante marketing :
« Pour la naissance de Paul, mon premier enfant, je n’avais pas suivi de préparation et j’ai senti que mon mari s’était senti un peu « mis de côté » tout au long de ma grossesse. C’est pourquoi, je me suis inscrite à plusieurs séances d’haptonomie avec lui afin qu’il noue aussi et le plus tôt possible un lien avec notre nouvel enfant. D’ailleurs, sur le conseil du praticien, nous avons également fait participer Paul afin qu’il participe aussi à l’événement. Je conseille vivement de poursuivre les exercices une fois à la maison pour ne pas rompre le contact entre chaque séance ».

Renseignements
Centre international de recherche et de développement de l’haptonomie : www.haptonomie.org.

A lire aussi notre dossier complet : L'haptonomie


publicité