publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Les méthodes de préparation à l'accouchement : le yoga

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (04. mai 2016)

À qui s’adresse le yoga ?

Le yoga, ou « jonction » en sanscrit, évoque l’idée d’unification intérieure de la personne.
C’est une méthode millénaire d’origine indienne destinée à aider les êtres humains à trouver le bien-être grâce à une harmonie entre leur corps et leur esprit par un travail mêlant le physique et le psychique. Il s’adresse aux femmes enceintes angoissées ou stressées qui ont besoin d’être rassurées, et qui préfèrent les méthodes douces.

En quoi consiste-t-il ?

On peut commencer le yoga au début de la grossesse, mais c’est à partir du 4ème mois qu’on envisage généralement de suivre des cours, à raison d’une ou deux séances par semaine, d’une durée d’environ une heure chacune. On peut continuer après l’ accouchement.

Nul besoin d’avoir pratiqué le yoga pendant plusieurs années pour suivre la préparation. Les débutantes peuvent s’y mettre, et il y a des cours spécifiques pour les femmes enceintes. Relaxation, concentration, écoute de son corps et équilibre entre le physique et le mental : cette pratique douce permet de soulager les maux classiques liés à la grossesse (problèmes circulatoires, douleurs dorsales et lombaires, nausées, anxiété), et de préparer aussi à l’accouchement.

La future mère apprend ainsi à bien gérer sa respiration, si importante pendant les contractions et au moment de l’expulsion de l’enfant, et à améliorer la souplesse du périnée. Elle pratique également des exercices d’étirements, notamment pour s’assouplir et tonifier les muscles, et d’autres pour savoir bien positionner son bassin.

>> Visionnez un cours de yoga prénatal, avec le Dr Bernadette de Gasquet :

En quoi consiste la préparation à l'accouchement avec le yoga prénatal ? Dans cette interview, le Dr Bernadette De Gasquet revient en détail sur l'intérêt de cette préparation et sur la façon dont elle est effectuée.

Droits musique : Monokle - Bear and Mug.
Plus d'informations sur le site du Dr Bernadette De Gasquetwww.degasquet.com

En savoir plus

Les bienfaits
Grâce aux séances de yoga, la future mère, préparée dans le calme et la sérénité, se libère des tensions, pour être prête physiquement et mentalement pour la naissance de son enfant.

Les inconvénients
Le yoga implique une réelle aptitude à la concentration, voire à la méditation. Le père est le bienvenu aux séances, sauf pour celles qui sont consacrées au périnée. Les séances sont remboursées à condition d’avoir été prescrites par un médecin et d’être pratiquées par des sages-femmes spécialement formées (et non par des professeurs de yoga).

Les contre-indications
Elles sont possibles pour les femmes ayant eu des fausses couches, ou risquant un accouchement avant terme. Il faut toujours respecter les conseils du gynécologue ou de l’obstétricien, ou de la sage-femme. Un certificat est de toute façon nécessaire pour suivre cette préparation par le yoga.

L’avis de Karina, 41 ans, professeur des écoles :
« Parce que ma grossesse tardive était considérée « à risque », j’ai été très suivie par mes médecins. Le côté médicalisé de ma grossesse m’angoissait et j’ai voulu ajouter une touche plus « naturelle » en suivant quelques séances de yoga. Cela m’a permis de dédramatiser l’événement et surtout d’avoir l’impression de reprendre un peu le contrôle de la situation. Je voulais me sentir active dans tout ce processus. Même si mon fils est né par césarienne, je ne regrette pas du tout ces cours de yoga. Ils m’ont permis d’arriver beaucoup plus sereine à la maternité. Et je me suis même réinscrite quelques temps après la naissance pour remettre en place mon bassin et apprendre à porter correctement mon bébé sans me faire mal au dos ».

Renseignements
> Fédération nationale des enseignants de yoga : www.lemondeduyoga.org
> Conseil national de l’ordre des sages-femmes : www.ordre-sages-femmes.fr

A lire aussi nos dossiers :
> Le yoga post-natal
> Les différents types de yoga : trouvez le vôtre !


publicité