publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Démarches en cas d'urgence : L'accueil soignant

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (17. juillet 2008)

La première personne qui vous accueille dans un service d'urgence est une IAO (infirmière d'accueil et d'orientation). L'accueil administratif se fera dans un second temps. Le "triage infirmier" a plusieurs buts :

> Tout d'abord, vous prodiguer les premiers soins : mise en place d'une attelle, si vous souffrez d'un traumatisme du bras ou du poignet, mise en place d'un pansement en cas de plaie...

> Ensuite, vérifier ce que l'on appelle les constantes vitales, c'est-à-dire le pouls (fréquence cardiaque) et la tension artérielle également appelés PA et TA. Selon les cas, on vous placera un brassard relié à un appareil qui mesure ces données automatiquement ou manuellement.
En fonction du motif de la consultation, le personnel des urgences peut également vérifier la température, la fréquence respiratoire, l'état de conscience (s'il paraît altéré), la saturation en oxygène (une petite lumière rouge sur une pince mesure le taux d'oxygène de votre sang), ou encore le niveau de douleur en cas de souffrance (à l'aide d'une réglette non graduée). Selon votre situation, l'infirmière d'accueil et d'orientation posera des questions sur vos antécédents médicaux et chirurgicaux. Elle pourra également interroger sur la couverture vaccinale, ainsi que sur l'existence d' allergies ou d'un traitement médicamenteux.

> Enfin, classer les patients se présentant aux urgences en plusieurs catégories selon le degré de priorité. L'objectif est de ne pas différer les soins et les gestes véritablement urgents.

Une fois ce premier tri effectué - et suivant la disponibilité des salles ou des médecins - vous serez conduit dans une salle (ou box de soin) pour une prise en charge, ou vous serez dirigé vers la salle d'attente.
Dès que la salle appropriée se libère ou que le médecin redevient disponible, le patient est alors interrogé soit par un étudiant en médecine (l'externe), soit par un interne de médecine générale ou de spécialité ou encore par un médecin urgentiste ou senior. Tous les cas de figures sont possibles et dépendent du type d'établissement.

Il n'est pas rare que le médecin qui vous a pris en charge aux urgences demande l'avis d'un confrère (ORL, ophtalmo, gynécologue, neurologue, etc.). Ici aussi, il faudra joindre ce confrère - qui est peut-être auprès d'un patient, en consultation ou au bloc opératoire puis celui-ci devra interrompre son activité pour se diriger sur les urgences. Ceci explique parfois la poursuite de l'attente après avoir vu un médecin des urgences.



publicité