publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

L’avortement par aspiration : la douleur et l’anesthésie

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (02. mars 2016)

Pour une IVG par aspiration, on peut imaginer que de ne rien voir et ne rien entendre, peut être plus facile pour tout oublier par la suite.
Ce n'est pas si évident ! Il n'y a pas de règle. Tout dépend de vous et de votre manière d'aborder la situation. En effet, certaines femmes ont envie que les choses se fassent « sans elles », en quelque sorte. On s'endort et au réveil, tout est fini. On se retrouve dans la situation de départ, avant la grossesse non désirée.

D'autres femmes au contraire considèrent qu'il est important de vivre totalement ce moment, pour en faire plus facilement le « deuil ».
Et entre ces deux situations extrêmes, tout existe...

En fait, le choix de l'anesthésie dépend plus de la situation psychologique dans laquelle vous vous trouvez que d'un impératif médical. Même sous anesthésie locale, une IVG chirurgicale est peu douloureuse et ne dure pas longtemps.

A vous de savoir où vous en êtes avec cette décision que vous avez prise. L'avantage d'une anesthésie locale, est de vous éviter par la suite un vécu fantasmé de cet avortement, voire la création d'un fantasme de l'embryon.

Sachez que vous avez le choix. Vous pouvez prendre quelques jours pour réfléchir à l'anesthésie qui vous conviendra le mieux. Cela dit, tous les établissements (centres d'orthogénie) ne proposent pas forcément les deux types d'anesthésie. Renseignez-vous bien avant.

La douleur

Ce que vous allez ressentir au moment d'un avortement par aspiration, ressemble beaucoup à ce que vous sentez lors de vos règles, quand elles sont un peu fortes. N'oubliez pas que de toute façon, vous êtes anesthésiée localement.

L'appréhension peut augmenter la sensation douloureuse. Encore une fois, l'avortement, le geste abortif, est chargé de fantasmes. Cette inquiétude, cette angoisse souvent additionnées d'une certaine culpabilité rendent la sensation plus inconfortable. D'où parfois l'usage de gaz Meopa à base d'azote (gaz "hilarant") pour vous détendre...

Dans les jours qui suivent l'avortement chirurgical, vous aurez des saignements. Comme de grosses règles.


publicité