publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

L’avortement par aspiration : tout savoir

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (02. mars 2016)

© Jupiterimages/Digital Vision

En France, environ une femme sur trois a recours à un avortement au moins une fois dans sa vie. Il peut être réalisé par des médicaments, ou bien quand la grossesse est à un stade plus avancé, de façon chirurgicale, par aspiration.

Même si les Françaises sont les "championnes" de la contraception médicalisée, le nombre d'avortements est assez élevé. D'ailleurs : 3 avortements sur 4 concernent des femmes ayant une contraception.

Réaliser un avortement, c'est souvent une épreuve, mais c'est rarement un drame. Une étude publiée dans le New England Journal of Medicine a montré qu'il y avait moins de troubles psy après un avortement... qu'après un accouchement... 

Donc, finissons-en avec la culpabilité et la dramatisation de l'IVG (même s'il n'agit pas de la banaliser).

L'avortement par aspiration dure peu de temps : en fait, il ne nécessite pas d'anesthésie générale (sauf si on la souhaite), car il provoque relativement peu de douleurs. Cependant, avant de choisir l'IVG par aspiration, mieux vaut savoir de quoi en parle exactement. Et avant d'aller plus loin, force est d'admettre que ce terme d'avortement par aspiration n'est pas des plus élégants (pour ne pas dire davantage) !
Aussi parle-t-on aussi d'IVG instrumental, ou encore d'avortement chirurgical. Il se fait dans un centre d'orthogénie (à l'hôpital ou dans une clinique).

Il se fait dans un centre d'orthogénie

Il est vrai que depuis quelques années, l'avortement médicamenteux est souvent préféré à l'avortement chirurgical. Il semble en effet plus aisé d'absorber une pilule (en fait la femme en absorbe deux à 48 heures d'intervalle) pour faire partir l'embryon. Mais en fait, tout dépend du stade de la grossesse.

La méthode d'IVG médicamenteuse se justifie dans les tous premiers jours ou les toutes premières semaines de grossesse. Elle est autorisée jusqu'à la 7ème semaine de grossesse (9 SA). Si la grossesse est 6 ou 7 semaines de grossesse, cet avortement médicamenteux doit se faire dans un centre d'orthogénie à l'hôpital ou à la clinique. Il faut reconnaître qu'à ce stade, un avortement médicamenteux est parfois plus long, plus douloureux et plus hémorragique qu'un avortement chirurgical par aspiration. C'est pour cette raison que l'avortement par aspiration peut être proposé dès la 5ème semaine de grossesse (7ème semaine d'aménorrhée), la date de 14 SA ne devant pas être dépassée.

Alors si vous êtes à 5 semaines de grossesse ou plus, il est préférable de contacter directement un centre d'orthogénie (dans un hôpital ou une clinique).

A lire aussi notre dossier complet sur l'IVG médicamenteuse !


   


publicité