publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

La date limite de l'IVG

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (01. mars 2016)

© Jupiterimages/iStockphoto

L'IVG est très fréquente (plus de 210 000 chaque année, en France). Aujourd'hui, quatre femmes sur dix ont ou auront recours à un avortement. Pour pouvoir effectuer une IVG, la date limite est la première préoccupation que se pose la femme lorsqu'elle ne souhaite pas poursuivre sa grossesse. 

La date limite d'une IVG (interruption volontaire de grossesse) représente le délai légal permettant à une femme de procéder à un avortement.

Bon à savoir : Auparavant, afin de bien pouvoir respecter cette date limite, un délai de réflexion de sept jours était obligatoire entre la première visite auprès du médecin et l'IVG. Cependant, ce délai de réflexion a été supprimé en 2015.

Le rendez-vous se fait dans un centre d'orthogénie, ou chez un médecin de ville (qui doit avoir signé une convention avec un établissement de santé - la liste des médecins habilités est disponible au centre de planification et d'éducation familiale près de chez vous). La femme peut également contacter un médecin d'un Centre de planification et d'éducation familiale - CPEF. Dès la première consultation, le médecin va dater l'avancement de la grossesse (par une analyse biologique, une échographie).

En France, pour effectuer une IVG, la date limite globale est de : 12 semaines de grossesse (ou 14 semaines d'aménorrhée - SA). Mais en fait, la date limite pour avorter dépend de la méthode d'IVG qui est pratiquée. En effet, l'IVG peut se faire :

  • en prenant des médicaments (pour les toutes premières semaines de la grossesse) : IVG médicamenteuse,
  • par voie chirurgicale (par aspiration quand la grossesse est plus avancée) : IVG chirurgicale (ou IVG instrumentale).

La date limite pour appliquer la solution médicamenteuse ou chirurgicale varie également en fonction du procédé envisagé pour réaliser l'intervention. Dans tous les cas, avant de pratiquer une IVG, la femme signe un consentement.

 Notre conseil : si vous avez dépassé les 5 semaines de grossesse (7 semaines sans règles - 7 SA), il est conseillé d'aller directement dans un centre d'orthogénie (hôpital ou clinique), car même si l'IVG médicamenteuse est proposée, la prise du 2ème médicament doit se faire obligatoirement à l'hôpital. 

IVG médicamenteuse

Selon le mode d'intervention, la date limite de l'IVG médicamenteuse varie. L'avortement médicamenteux peut être pratiqué :

  • jusqu'à la fin de la 5e semaine de grossesse (7 semaines d'aménorrhée) sans qu'une hospitalisation soit nécessaire.
  • jusqu'à 7 semaines de grossesse (soit 9 semaines d'aménorrhée) dans un centre d'orthogénie (hôpital ou clinique). L'avortement médicamenteux nécessite de prendre 2 médicaments à 48 heures d'intervalle. Dans ce cas, le deuxième comprimé doit être obligatoirement pris à l'hôpital car il peut être responsable de douleurs du bas ventre et de saignements nécessitant une surveillance médicale.

Pour une IVG médicamenteuse, la prise de deux produits pharmaceutiques est nécessaire. Le deuxième médicament, le misoprostol, doit être obligatoirement pris entre 36 h et 48 h après le premier médicament, le mifépristone.

>> Pour en savoir plus, lire notre dossier complet sur l'IVG médicamenteuse.

 


publicité