publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Pilule abortive : quelles démarches à suivre ?

Publié par : rédaction Onmeda (24. mars 2016)

© Jupiterimages/Polka Dot Images

Vous venez d’apprendre que vous êtes enceinte, et vous ne pouvez ou ne souhaitez pas poursuivre votre grossesse : vous envisagez de recourir à une IVG (interruption volontaire de grossesse). Cet article détaille les modalités pratiques concernant l'utilisation de la pilule abortive.

Décider de faire une IVG suscite forcément des interrogations, avec de nombreux questionnements et, bien sûr, des interrogations d’ordre médical : à qui s'adresser pour faire une IVG ? Quelles options et méthodes s'offrent à vous (vous avez entendu parler de pilule abortive, RU 486, IVG par aspiration ...) ? Et puis, comment se passe une IVG exactement, quels en sont les risques ? Et les dates limites

Les questions se bousculent dans la tête, et en même temps il est important d'agir rapidement afin de respecter le délai légal pour une IVG. Car en effet, qu'il s'agisse d'une IVG par médicament (pilule abortive) ou d'une IVG  par aspiration, la pratique de l’interruption volontaire de grossesse est strictement réglementée en France, si bien que plusieurs étapes doivent être respectées, et ce dans des délais déterminés. 

Dans notre dossier, vous trouvez des informations détaillées sur les différents types d'IVG, les démarches à suivre et les délais à respecter selon la méthode d'IVG « choisie ».

 

La pilule abortive : quelles démarches sont à suivre ?

Lorsque vous avez décidé de faire une IVG, la première chose à faire est de contacter un Centre d'interruption volontaire de grossesse, appelé aussi Centre d'orthogénie. Même si un certain nombre ont malheureusement fermé, il en reste encore beaucoup. On en compte au moins un par département et souvent plus. Exemple : dans la Nièvre, il en existe 2.

L'autre solution est de s'adresser chez un médecin de ville (si le médecin a signé une convention avec un établissement de santé, et qu'il est habilité à la pratiquer - la liste des médecins habilités est disponible au centre de planification et d'éducation familiale près de chez vous). La dernière solution est de s'adresser à un Centre de planification et d'éducation familiale - CPEF, et au médecin qui lui est attaché.

En consultation

En consultation, vous formulerez votre demande d’interrompre votre grossesse.

Le médecin vous posera les questions habituelles d’une consultation classique : la date de vos dernières règles, vos antécédents médicaux, vos allergies, si vous en avez. Puis il procédera à un examen clinique, et fera des examens pour dater exactement la grossesse.

Ensuite, votre médecin vous présentera les différentes techniques d'IVG qui peuvent être utilisées ainsi que leurs éventuels risques et effets secondaires.

En fait, le choix de la méthode d'IVG dépendra de plusieurs facteurs dont : 
- votre âge, 
- votre état de santé général,
- et surtout de l'avancée de votre grossesse, comptée en semaines d'aménorrhées (SA). 

En effet, en fonction de votre terme, vous avez deux choix d’IVG : la pilule abortive (IVG médicamenteuse) ou IVG chirurgicale (par aspiration) :

> Enceinte de moins de 9 SA (7 semaines de grossesse) :
Le médecin pourra vous proposer une IVG médicamenteuse (pilule abortive).
Celle-ci peut être pratiquée jusqu'à 9 SA, mais nécessite une hospitalisation au-delà de 7 SA. Avant 7 semaines d'aménorrhée, en principe l'IVG médicamenteuse peut être réalisée à domicile (le 2ème comprimé pouvant être pris chez soi).
Si vous souhaitez néanmoins une IVG chirurgicale, vous pouvez en parler avec le praticien (généralement à partir de 7 SA).

> Enceinte de plus de 9 SA et de moins de 14 SA (12 semaines de grossesse) :
Le médecin sera amené à vous proposer une IVG chirurgicale. Elle peut cependant être proposée un peu plus tôt si la femme le demande ou si le médecin le propose.

> En France, au-delà de 14 SA (12 semaines de grossesse), une IVG ne peut être pratiquée.

Le médecin doit proposer également une consultation avec un psychologue ou un assistant social (obligatoire si la femme est mineure).

A la fin de cette consultation, si la femme est décidée, un consentement éclairé d'IVG est signée par elle, et il est mis dans la dossier.

Le délai de réflexion autrefois obligatoire, n'existe plus. si bien que la première pilule abortive (car il faudra prendre 2 comprimés) peut être prise dès la première consultation. Et en fonction de la date de la grossesse, on pourra vous donner un deuxième comprimé à prendre chez vous... ou alors vous devrez revenir à l'hôpital pour prendre ce deuxième comprimé.


publicité