publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Les cellules souches : Utilisation des cellules souches chez l’Homme

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (28. avril 2014)

A ce jour, la greffe de cellules souches (ou de cellules dérivées des cellules souches) est utilisée en pratique « quotidienne » dans des indications médicales bien spécifiques :

> La greffe de cellules souches hématopoïétiques pour le traitement des maladies du sang.
La « greffe de moelle osseuse » est pratiquée depuis plusieurs décennies pour traiter certains patients atteints de formes graves de maladies du sang, qu'elles soient malignes (exemple : leucémies) ou non (exemple : aplasie médullaire). Dans certains cas, il est également possible de recourir à une greffe de cellules souches hématopoïétiques au cours du traitement de tumeurs solides (cancer du sein, cancer du testicule, etc.).

Deux types de greffe doivent être distingués : l'autogreffe, dans laquelle les cellules greffées sont celles du patient, et l'allogreffe qui consiste à greffer les cellules d'un donneur. Les buts recherchés par ces deux types de greffe sont différents.

L'autogreffe est pratiquée chez des patients ayant reçu un traitement « intensif », c'est à dire de fortes doses de chimiothérapie (complétée ou non par de la radiothérapie). Un des effets indésirables de ce traitement est l'aplasie médullaire, c'est-à-dire une diminution très importante de la production des cellules sanguines, entraînant par conséquent un risque d'infection accru. Pour pallier ce défaut de production, des cellules souches hématopoïétiques du malade, prélevées avant le traitement intensif et conservées à très basse température (cryoconservation), sont greffées trois jours après la fin de la chimiothérapie. Les cellules souches réinjectées vont permettre la production de nouvelles cellules sanguines et donc de diminuer la durée de la phase d'aplasie. Ce type de greffe est utilisé dans le traitement de certaines maladies du sang et parfois au cours du traitement de cancers solides.

Dans le cas de l'allogreffe, le but est de remplacer les cellules malades de la moelle osseuse du patient par celles d'un donneur sain. Les cellules malades sont préalablement détruites par chimiothérapie et/ou radiothérapie, puis les cellules souches hématopoïétiques saines sont greffées. Une fois dans la moelle osseuse, elles vont donner naissance aux globules rouges, aux globules blancs, et aux plaquettes, et donc reconstituer un nouveau tissu sanguin. Les indications médicales de l'allogreffe sont donc celles relevant de maladies du sang.

Trois sources de cellules souches hématopoïétiques peuvent être utilisées :

- Les cellules souches hématopoïétiques de la moelle osseuse.
- Les cellules souches hématopoïétiques du sang de cordon ombilical.
- Les cellules souches hématopoïétiques du sang périphérique. Elles sont prélevées par une technique dite de cytaphérèse, après utilisation d'un médicament qui permet de faire passer les cellules souches de la moelle osseuse dans la circulation sanguine périphérique. Ce procédé est plus simple qu'un prélèvement au niveau de la moelle osseuse qui nécessite une anesthésie générale.

Ces trois types de greffons peuvent être utilisés dans le cadre des allogreffes.

Pour les autogreffes, ce sont les cellules souches périphériques qui sont utilisées dans la quasi-totalité des cas.

En France, plus de 3 000 autogreffes et plus de 1 500 allogreffes sont pratiquées chaque année.

> La greffe de cellules de la peau pour les grands brûlés.
Il s'agit d'une autogreffe destinée au recouvrement cutané chez les grands brûlés. La culture de kératinocytes (cellules de la peau), réalisée à partir d'un petit fragment de peau saine, permet d'obtenir des feuillets épidermiques en grande quantité, qui sont greffés sur les zones brûlées. Dans certains cas, des greffes combinées sont réalisées, associant greffe de peau allogénique et greffe de kératinocytes autologues. Ces greffes ont un intérêt vital pour les sujets brûlés sur plus de 70% de la surface corporelle.

En dehors de ces indications médicales, de nombreuses recherches sont actuellement menées pour évaluer le potentiel thérapeutique des cellules souches.



publicité