publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

La cicatrisation

Publié par : Elide Achille (09. mars 2015)

© Jupiterimages/iStockphoto

La cicatrisation est le phénomène physiologique qui permet aux tissus de se reconstituer après une plaie (blessure, brûlure, intervention chirurgicale, traumatisme, etc.). Le processus de cicatrisation suit une lente évolution, quelque fois imprévisible, qui peut durer jusqu'à deux ans...

La guérison des tissus cutanés peut être douloureuse, ou peut laisser des problèmes inesthétiques. Après une opération chirurgicale, une blessure ou une brûlure, on a souvent du mal à accepter d'en garder pour toujours une cicatrice. Que faire pour l'effacer, ou la rendre moins visible les signes disgracieux qui restent sur notre peau ?

Le processus de cicatrisation commence dès les premières minutes après le début de l'agression. Dans tous les cas de figure, la cicatrisation cutanée va suivre la même évolution. Ce qui va changer selon les cas, est la longueur des phases de cicatrisation.

La formation du caillot sanguin
Quand on se blesse, dans un premier temps on saigne. Peu après, le processus de coagulation sanguine va commencer. La perte de sang va être stoppée par un caillot sanguin qui va jouer le rôle de matrice extracellulaire provisoire : une espèce de « air bag » physiologique qui remplit la blessure avec un ensemble de molécules formant la base du nouveau tissu cutané.

Phase réactionnelle : inflammation et exsudation
La plaie va commencer à exsuder, en émettant un liquide transparent. Beaucoup de patients pensent qu'il s'agit de pus et qu'il y a une infection en cours : en réalité c'est normal que la plaie coule, ce liquide la nettoie et lui apporte un tas d'éléments indispensables à la cicatrisation. Ces substances ont un rôle vaso-actif, elles vont limiter le saignement et commencer à déterger la plaie. Cette phase dure de deux à quatre jours.

Ensuite, pendant trois à sept jours, des cellules conjonctives vont migrer sur le site de la cicatrice. Le tissu conjonctif est la substance fondamentale de nos tissus. En cas de plaie, on va avoir un apport massif de cellules conjonctives, qui permettra la reconstitution des tissus. Les cellules qui ont commencé par digérer tous les tissus altérés, vont elles-mêmes être détruites.

Puis à ce stade de la cicatrisation, il y aura une néo-vascularisation des micro-vaisseaux (c'est-à-dire la création de nouveaux vaisseaux), et la construction du squelette collagénique va démarrer. Cela va servir de support à la construction de tissus. Le tissu de granulation va commencer à proliférer de la profondeur vers la superficie de la plaie, et va progressivement remplir la blessure.

Phase de l'épidermisation
Le phénomène de reconstitution des tissus va continuer. Une grande quantité de cellules collagéniques vont commencer à tisser des fibres de collagène. Elles se mettront en place dans un premier temps de façon un peu rapide et désorganisée. Les vaisseaux vont eux aussi continuer à se remettre en place, en créant une revascularisation progressive du site. En ce moment-là de la cicatrisation, les cellules épithéliales provenant des bords de la blessure vont former un tissu épithélial très fin et fragile qui a déjà la fonction protectrice de l'épiderme. Cette phase va durer 10 à 15 jours.

Phase de résolution de cicatrisation
Le phénomène de la cicatrisation toutefois ne s'est pas terminé. Tout ce qui s'est passé jusqu'à maintenant dans l' urgence a permis à l'organisme de fermer et protéger la plaie. Le tissu de granulation qui s'est créé très vite pour fermer la plaie, va progressivement diminuer sous l'effet d'enzymes. Les fibres de collagène vont progressivement s'orienter dans les sens des plis de tension de la peau. Le réseau vasculaire va continuer à s'organiser.
La plaie va se rétracter un peu et la résistance à l'étirement et la rupture va s'accroitre. Globalement, on peut considérer qu'à six semaines, une cicatrice est solide. Généralement, la cicatrice a terminé son évolution après un an.



publicité