publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Le don du sang : Conditions du don de sang

Publié par : Dr. Nicolas Evrard

Voici les conditions nécessaires pour faire un don du sang en France :

> Âge : avoir entre 18 et 70 ans (entre 18 et 50 ans pour un don de globules blancs).
> Poids : il faut peser minimum 50 kilogrammes, car la loi interdit de prélever plus de 8ml/kg. Le volume minimum d'un don du sang est de 400ml. On prélève généralement entre 400 et 500 ml.
> Santé : l'état de santé général est étudié, et la prise de certains médicaments peut être une barrière au don de sang.

Un homme peut donner son sang 6 fois par an, une femme 4 fois par an, avec un délai d'au moins 8 semaines entre chaque don.

A lire plus loin (page suivante) les conditions qui excluent les personnes candidates au don de sang, comme les personnes tatouées ou percées dans les 4 mois précédents le don.

Pour les hommes homosexuels les conditions de don de sang sont en train de changer

A partir du printemps 2016, les hommes homosexuels pourront donner leur sang (avec la mise en place de règles précises pour la sécurité des receveurs). En 2015, le ministère de la Santé a en effet décidé de mettre fin à l'exclusion du don de sang en fonction de l'orientation sexuelle. Cette exclusion du don de sang aux homosexuels, avait été prise dans les années 80, en raison du VIH contracté par un plus grand nombre d'hommes homosexuels (on parle désormais d'HSH : Hommes ayant des relations Sexuelles avec des Hommes).

Cette possibilité de donner son sang pour les hommes homosexuels, se fera selon des conditions de sécurité et de contrôles bien spécifiques qui devraient d'ailleurs évoluer avec les années et en fonction des études. Ainsi, dans un premier temps, le ministère de la Santé indique que "les hommes qui, au cours des 4 derniers mois, n’ont pas eu de relation sexuelle avec un homme ou ont eu un seul partenaire, pourront donner leur sang grâce à la création d’une filière sécurisée par quarantaine".

Le ministère de la Santé précise que "la filière sécurisée par quarantaine pour le plasma, va permettre aux autorités sanitaires de bénéficier d’une étude « en vie réelle ». Si  cette  étude démontre qu’il n’y a pas de risques, les règles relatives au don des HSH seront rapprochées des règles générales".



publicité