publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Euthanasie : Rôle de la personne de confiance

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (31. octobre 2013)

Quand un patient est inconscient, la loi prévoit qu'une personne de confiance peut intervenir pour faire respecter les volontés du malade sur ces choix thérapeutiques. L'article 8 de la loi Léonetti prévoit que les avis de cette personne de confiance prévaut sur les décisions médicales. Bien sûr, cette tierce personne devra avoir été désignée par le malade quand il en avait la possibilité et avait toutes ses capacités.

Mais attention, si le patient avait émis une décision d'euthanasie, la personne dite de confiance ne sera pas en mesure de répondre à cette demande.

Des directives anticipées


Il est possible à toute personne majeure de faire connaître ses volontés "pour le cas où elle serait un jour dans l'impossibilité physique ou psychique de les exprimer". Ces directives doivent être rédigées. Elles ne pourront bien sûr pas indiquer la possibilité d'une euthanasie... mais elles préciseront les souhaits relatifs à la fin de vie, concernant les traitements (leur arrêt ou leur limitation).

La loi dit que ces instructions doivent avoir "été établies moins de trois ans avant l'état d'inconscience de la personne". Ces directives anticipées doivent figurer dans le dossier médical du patient ou données à la "personne de confiance".



publicité