publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

L'infection nosocomiale : Personnes et situations à risques

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (19. mars 2015)

Quel que soit le mode de transmission ou les germes en cause, l'apparition d'une infection nosocomiale est étroitement liée à la fragilité du patient. Les personnes âgées (ou a contrario les nouveau-nés) et ceux dont le système immunitaire est affecté par la maladie (VIH, diabète...), ou par les traitements (chimiothérapie, immunosuppresseurs...), ainsi que les polytraumatisés et les grands brûlées seront plus touchés.

La conjugaison de l'état de vulnérabilité du patient et la nécessité de soins invasifs explique que les services de réanimation, de cancérologie et de traumatologie soient les plus concernés par les infections nosocomiales.

La prévention


Il s'agit d'un problème de santé publique. Un programme national définit les objectifs et les actions à mettre en oeuvre dans chaque établissement. Il n'en demeure pas moins, qu'à titre individuel en tant que patient, on a aussi un rôle à jouer.

Le patient doit demander à son médecin quels sont les risques encourus (loi Kouchner). Ensuite, il est important qu'il soit partie prenant dans la prévention via les soins qui lui incombent, par exemple, le respect à l'hôpital des mesures d‘hygiène simples, comme à la maison d'ailleurs.

Nos conseils : les bases de la prévention personnelle
Pour prévenir, éviter les infections nosocomiales, c'est aussi à chaque patient d'intervenir, d'être responsable...
> La douche doit être réalisée de manière très méticuleuse avant une chirurgie,
> Ne pas dépiler la zone opératoire, et s'il le faut, dépiler à la tondeuse (et surtout pas au rasoir) ou avec une crème dépilatoire, selon les recommandations du chirurgien,
> Ne pas manipuler soi-même les dispositifs invasifs, sondes et cathéter, ni les cicatrices, et s'assurer que le personnel soignant le fasse après avoir désinfecté ses mains avec une solution hydro-alcoolique,
> S'astreindre à une bonne hygiène corporelle générale, se laver les mains minutieusement après le passage aux toilettes.

Le site à consulter

Tous les établissements de santé français doivent fournir un certain nombre de données concernant les infections nosocomiales, sur les actions de prévention engagées, le taux d'infection, les produits de désinfection utilisés...
Toutes ces données sont accessibles sur le site de l'HAS (Haute autorité de santé).

Auteur : Hélène Hodac.
Consultant expert : Pr Jean-Christophe Lucet - Responsable de l'hygiène a l'hôpital Bichat - Claude Bernard, Paris.



publicité