publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Les poumons : L'auscultation

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (09. février 2015)

Les mouvements respiratoires sont étudiés par l'auscultation grâce à un stéthoscope.
On entend bien l'air circuler dans les bronche, remplir les alvéoles.
Une asymétrie de l'auscultation entre les 2 poumons ou au niveau des lobes peut orienter vers une pathologie localisée. Par exemple si un lobe pulmonaire est silencieux à l'auscultation, il peut s'agir d'une atteinte infectieuse de ce lobe.
Des bruits surajoutés pathologiques peuvent orienter vers une maladie : un sifflement à l'expiration indique un spasme bronchique qui peut orienter vers un asthme par exemple.

La fréquence respiratoire


La respiration est contrôlée par les besoins en oxygène de l'organisme.
Le rythme respiratoire au repos est d'environ 12 à 15 mouvements par minute.
Quand le taux d'oxygène sanguin diminue, le rythme respiratoire augmente.
C'est le cas par exemple lors d'un exercice musculaire : les muscles, quand ils sont en action, consomment de l'oxygène, sa concentration dans le sang diminuera alors et parallèlement la concentration en gaz carbonique va augmenter et les poumons seront avertis qu'il faut augmenter la candence, alors la fréquence des mouvements respiratoires augmente. Un essoufflement peut apparaître.

Les maladies pulmonaires qui diminuent les échanges gazeux ou qui entravent la circulation de l'air dans l'arbre bronchique provoquent une diminution de l'oxygène dans le sang, une augmentation du gaz carbonique et l'apparition d'un essoufflement.



publicité