publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Les streptocoques

Publié par : rédaction Onmeda (15. novembre 2017)

© iStock

Les streptocoques sont des micro-organismes qui font partie de la classe des bactéries, et regroupent un grand nombres d’espèces différentes.

Ils sont dit « cocci Gram + » : « Cocci » signifie qu’ils sont de formes arrondies, et sont mis en évidence par une technique de coloration dite « de Gram », de par son inventeurn, le bactériologiste danois Hans Christian Gram. Cette coloration repose sur les caractéristiques de la membrane et de la paroi de la bactérie.

Il existe des streptocoques pathogènes (c’est à dire qui provoquent des maladies), mais également des espèces commensales naturellement présente dans l’organisme, sans provoquer de maladie.

La transmission des streptocoques peut se faire :

  • par voie aérienne (sécrétions naso-pharyngées),
  • par voie cutanée par contact direct ou indirect avec la peau, 
  • par voie digestive par ingestion d’aliments contaminés.

 

Les infections à streptocoques

Les streptocoques peuvent être à l’origine de très nombreuses infections, des plus bénignes aux plus invasives et potentiellement mortelles. Citons-les plus fréquemment rencontrées et les plus dangereuses.

Les angines

Les angines, lorsqu’elles sont bactériennes, sont principalement liées au streptocoque bêta-hémolytique du groupe A. Un test de diagnostic rapide, par simple écouvillonage des amygdales, permettra à votre médecin de détecter la présence de ce streptocoque. Un traitement antibiotique pourra alors vous être prescrit pour éliminer ce germe.

Attention : la plupart des angines sont virales, et la réalisation de ce test n’est pas forcément utile s’il n’y a aucun indice d’infection bactérienne. Une angine virale ne nécessitera pas de traitement antibiotique, inutile et potentiellement dangereux, mais uniquement un traitement symptomatique.

Les infections cutanées

Les infections cutanées : elles sont encore ici très nombreuses. Il peut s’agir d’érysipèle (infection du derme et de l’hypoderme, donnant un placard rouge et douloureux, souvent après survenue d’une porte d’entrée infectieuse, c’est à dire d’une blessure où s’est développée initialement la bactérie) ou d’impétigo (infection cutanée superficielle, surinfectant souvent une lésion dermatologique préalablement présente).

La scarlatine

La scarlatine, maladie éruptive entraînant le plus classiquement une éruption cutanée associée à une éruption buccale, dont une langue dite « framboisée » de par son aspect, est elle liée au streptocoque béta-hémolytique du groupe A.

Le pneumocoque

Le pneumocoque, ou streptococcus pneumoniae. Il s’agit de le première cause de pneumopathie bactérienne chez l’adulte, ainsi que la première cause de méningite bactérienne chez le nourrisson. Il peut également entraîner infections de la sphère ORL (otites, sinusites).

Il est estimé par l’INPES qu’il y a entre 6000 et 7000 cas d’infections bactériémiques par an en France au pneumocoque, dont 500 à 700 cas de méningite. Le taux de mortalité est élevé chez l’adulte : entre 10 et 30%.

Les résistances aux antibiotiques des pneumocoques, notamment à la pénicilline, couramment utilisée, sont croissantes.

Afin d’éviter ces infections rares mais potentiellement mortelles, une vaccination est actuellement recommandée chez les nourrissons dès l’âge de 2 mois. Il se fait actuellement (en 2017) en 3 injections. Cette vaccination a permis de réduire significativement le nombre d’infections invasives à pneumocoques chez l’enfant de moins de 5 ans.

Les entérocoques sont morphologiquement très proches des streptocoques, et comprennent plus de 15 espèces différentes. Ils sont présents habituellement chez l’homme dans la flore bucco-pharyngée ainsi que dans le tube digestif. Ailleurs, ils peuvent être responsable d’infections urinaires assez souvent, mais également - entre autre - d’infections cutanées, génitales, dentaires, ou ORL.

Les complications après une infection à streptocoque

Deux complications principales, rares, sont à redouter après une infection à streptocoque mal traitée : le rhumatisme articulaire aigu (dite RAA) et la glomérulonéphrite aiguë (dite GNA).

Le RAA (rhumatisme articulaire aigu)

Le RAA (rhumatisme articulaire aigu) survient dans 1% des cas au décours d’une infection des voies aériennes à streptocoque béta-hémolytique du groupe A.

Il s’agit d’une complication inflammatoire retardée, qui peut entraîner des atteintes articulaires mais surtout à terme une atteinte cardiaque (myocardite, valvulopathie) potentiellement sévère à long terme.

La GNA (glomérulonéphrite aiguë)

La GNA (glomérulonéphrite aiguë) est une atteinte rénale, qui complique également de façon retardée une infection à streptocoque béta-hémolytique du groupe A. Cela peut entraîner notamment une hypertension artérielle et l’apparition d’oedème.

 

Le traitement

Une fois isolée ou fortement suspectée, la présence de strepctocoque, quelle que soit l’infection dont il est responsable, amènera le plus souvent à la prescription d’un traitement antibiotique.

Le traitement antibiotique sera différent en fonction du type de streptocoque identifié et de ses résistances éventuelles à certains antibiotiques. Ils sont généralement sensibles aux pénicillines.

En vidéo : comment agissent les antibiotiques ?

En cas d'infection causée par des bactéries, le médecin peut prescrire un antibiotique pour tuer les bactéries en cause. En quoi consistent et comment agissent ces médicaments ?

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Santé générale ou Un médecin vous répond !

A lire aussi :

> Résistance aux antibioiques : un problème de santé mondial
> Angine blanche : c'est quoi ?
> Infection pulmonaire : ce qu'il faut savoir sur la pneumonie

Auteur : Dr Romain Boutonné

 



publicité