publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

10 faits scientifiques à connaître sur...le coeur

Publié par : Dr. Ada Picard (08. décembre 2016)

© Shutterstock

Le cœur est notre organe le plus précieux. Il bat jour et nuit, distribue l'oxygène à tous nos organes, et s'adapte aux conditions physiques et environnementales. Pour mieux connaître notre coeur et apprendre à le dorloter, voici 10 faits à assimiler !

  • Le cœur est le tout premier organe à se développer

Le cœur existe dès la 3ème semaine de l’embryon et commence à battre à 4 semaines environ (après la fécondation). Puis il se développe et atteint une taille de 12-15 cm à l’adulte. Il est donc beaucoup plus petit qu’on ne le pense ! Il est protégé de « tuniques » extérieures (le péricarde et l’epicarde) et intérieure (l’endocarde).

  • Le cœur est une pompe qui ravitaille nos cellules

Il aspire, grâce à des tuyaux (les artères), le sang rempli d’oxygène et de nutriments, et le distribue à tous les organes du corps. Mais le cœur, lui aussi, a besoin d’oxygène pour fonctionner. Si il en manque (en cas d’infarctus ou d’angine de poitrine), le cœur perd en efficacité. 

  • Le cœur est un muscle automatique

Le cœur fonctionne de manière rythmée et automatique. Il se contracte tout seul, par lui-même, sans nécessité de stimulation nerveuse extérieure. Contrairement aux muscles des membres, le coeur ne peut être contrôlé de manière volontaire. Il reste cependant dépendant du système nerveux autonome, qui peut ralentir ou accélérer la fréquence des battements (en moyenne à 60/minutes).

  • Le cœur a (aussi) besoin d’oxygène

Comme tous les organes, le cœur a besoin d’oxygène. L’oxygène du cœur est apporté par l’artère coronaire droite, et l’artère coronaire gauche. En se divisant, les artères entourent le cœur « en couronne ». D’où leur nom. On parle d’infarctus, lorsque l’une de ces artères se bouche.

  • Le cœur peut se régénérer tout seul (mais il faut l’aider)

Après un infarctus, quand les cellules du coeur ont souffert du manque d’oxygène, elles ont la capacité de multiplier plus vite qu’à l’habitude. Et donc de « cicatriser » la zone en souffrance. Ce qui ne dispense pas du traitement, bien évidemment !

  • Le cœur des femmes est (très) sensible au stress

Le stress favoriserait les problèmes de cœur, notamment chez les femmes ! Le cœur des dames serait plus sensible au stress. Urgence est donc de cultiver les « antistress » naturels : yoga, promenade quotidienne, délégation de tâches (au papa par ex.), etc.

  • Le cœur a besoin d’être stimulé

Rester assis tout une journée n’est pas bon pour le cœur. Pour que notre pompe fonctionne bien, il est important de l’entraîner. Et donc de bouger ! Les activités qui stimulent le cœur de manière avec une intensité régulière, comme le jogging, entraînent le cœur et le rendent plus résistant. 

  • On saura bientôt fabriquer des cellules du cœur

Des scientifiques ont réussi à créer des cellules cardiaques à partir de cellules souches (cellules indifférenciées). Et d’autres sont parvenus à accélérer la régénération des cellules du cœur grâce à des molécules. Pour le moment, ce traitement prometteur de l’infarctus n’est pas encore disponible pour l’homme. 

  • Le cœur a besoin d’amour

Selon une étude, les personnes dans des relations amoureuses saines et stables ont moins d’infarctus que les personnes célibataires. Par ailleurs, il a été démontré que la gentillesse et la tendresse étaient bénéfiques pour le système cardio-vasculaire. Un câlin agit ainsi comme un baume pour notre cœur. 

  • ll existe un « syndrome du cœur brisé »

Rien à voir avec l’infarctus cette fois-ci. Le « syndrome du cœur brisé » se manifeste en cas fort stress émotionnel, comme dans le cas d’une rupture amoureuse brutale. On l’appelle aussi : cardiomyopathie liée au stress. Il se manifeste par une douleur thoracique et une difficulté à respirer. Contrairement à l’infarctus, les effets ne durent pas et sont réversibles.

À lire aussi :
Le coeur
Le souffle au coeur
L'electrocardiogramme
L'infarctus du myocarde
Cardiologie : 3 gestes qui sauvent


publicité