publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Alimentation végétalienne pendant la grossesse : attention aux carences !

Publié par : Dorothee Gebele (22. septembre 2017)

© Jupiterimages/iStockphoto

L’alimentation végétarienne, voire végétalienne, trouve de plus en plus d’adeptes. D’après une étude* menée en 2016, 5% des Français se déclarent végétariens. Et en 2016, les ventes de produits végans ont augmentées de 82% en France !

De nombreuses personnes tirent divers bénéfices santé de cette alimentation. Mais, une alimentation végétalienne est-elle vraiment adaptée en toutes circonstances – y compris en période de grossesse et d’allaitement ?

Faisons d’abord le point sur les différentes formes de végétarisme :

Les ovo-lacto végétariens renoncent à la viande, à la volaille et aux poissons. Mais ils consomment des produits d’origine animale comme les œufs, le lait et autres produits laitiers. S’ils veillent à une alimentation équilibrée, ces végétariens n’ont pas de difficultés à couvrir leurs besoins en nutriments essentiels.

Les végétaliens, en revanche, évitent la consommation de tout aliment d’origine animale, même le miel. Avec toutes ces restrictions, une alimentation végétalienne à elle seule ne suffit donc pas pour couvrir nos besoins nutritionnels : des suppléments sous forme d’aliments enrichis ou de compléments alimentaires, sont indispensables. Cela vaut d’autant plus dans des moments où les besoins nutritionnels sont plus élevés, comme c’est le cas en période de grossesse ou d’allaitement.

S’il n’est pas complété par des suppléments alimentaires, un régime végétalien peut rapidement provoquer des carences en certains nutriments, ce qui peut avoir des effets néfastes sur la santé de la mère et du bébé à naître.

Notamment pour l’enfant, une alimentation végétalienne en période de grossesse ou d’allaitement constitue un certain risque : comme l’enfant est en phrase de croissance, il ne peut pas stocker les nutriments en grandes quantités. Par conséquent, il a besoin d’une plus forte concentration de substances nutritives et risque plus rapidement de souffrir de carences.

Pendant la grossesse, il faut particulièrement éviter les carences en nutriments essentiels comme :

La vitamine B12

Une alimentation 100% végétalienne ne peut pas fournir suffisamment de vitamine B12, car cette vitamine est surtout présente dans les aliments d’origine animale. Il faut savoir qu’un apport suffisant en vitamine B12 particulièrement important en période de grossesse, d’allaitement et de croissance.

Chez une femme enceinte souffrant d’une carence en vitamine B12, il y a un plus fort risque :

Quels sont ces risques pour le bébé ?

Certains bébé présentent un trop faible poids à la naissance.

Un manque de vitamine B12 peut également troubler la formation de sang (anémie) et endommager de façon permanente le cerveau, la moelle épinière et les nerfs de l’enfant, ce qui peut entraîner un handicap mental.

Ce risque ne touche pas seulement le bébé in utero, mais aussi les enfants allaités par une mère végétalienne si elle ne complète pas son alimentation par des suppléments alimentaires.

Chez un bébé nourri exclusivement au sein, par une mère végétalienne qui ne complète pas son alimentation par des compléments alimentaires, les conséquences d’un manque en vitamine B12 peuvent se manifester dès les premiers mois de vie.

Les acides aminés

Il n’est pas sûr qu’une alimentation végétalienne puisse fournir suffisamment d’acides aminés (les composants moléculaires des protéines) à notre organisme.

Or, pour les nourrissons et les enfants, qui se trouvent encore en période de croissance, un apport suffisant en ces acides aminés est essentiel afin d’éviter des retards de croissance.

Les acides gras

Une alimentation végétalienne peut entraîner des carences en certains acides gras (EPA, DHA). Pendant la grossesse, cela peut avoir des conséquences néfastes pour le bébé à naître : un manque de DHA chez la mère peut nuire le développement du cerveau et de la rétine du bébé.

Les autres nutriments

D’autres nutriments qu’une alimentation 100% végétalienne ne peut pas fournir en quantités suffisantes – sans recourir à des compléments alimentaires – sont :

  • certaines vitamines : la vitamine B2 (riboflavine) et la vitamine D,
  • certains minéraux : le calcium, le fer, l’iode, le zinc et le sélénium.

A noter aussi qu’une alimentation végétalienne ne fournit pas toujours suffisamment d’énergie ! A savoir que, en période de grossesse ou d’allaitement, ces carences peuvent non seulement fatiguer la femme enceinte, mais également affecter la santé du bébé.

Pour résumer : sans le recours à des aliments enrichis ou des compléments alimentaires, une alimentation 100 % végétalienne en période de grossesse ou d’allaitement constitue un risque pour le développement et la santé du bébé.

Les recommandations des autorités sanitaires

L’INPES (Institut national de prévention et d'éducation pour la santé) alerte que, compte tenu des risques qu’un régime végétalien peut représenter pour le bébé à naître, une attention médicale particulière est indispensable chez la femme enceinte végétalienne afin d’assurer une couverture suffisante des besoins nutritionnels, et de la mère et du bébé.

A noter que les recommandations divergent selon les pays : alors qu’en Allemagne, les autorités sanitaires déconseillent un régime végétalien en période de grossesse et d’allaitement, l’association américaine de diététique (Academy of Nutrition and Dietetics, AND) considère que cette forme d’alimentation est adaptée pour tous les groupes d’âge, y compris pour les femmes enceintes et allaitantes. Mais toujours à condition de diversifier suffisamment leur alimentation et de recourir à des suppléments alimentaires.

Et les effets à long terme ?

Il n’existe à ce jour pas de étude scientifique mesurant l’impact d’une alimentation végétalienne de la femme enceinte ou allaitante à long terme pour l’enfant et l’adolescent.

Nos conseils

Si vous avez décidé de poursuivre votre régime végétalien pendant votre grossesse et/ou en période d’allaitement, il est important de bien suivre les conseils suivants :

  • Parlez-en à votre médecin et/ou consultez un diététicien ! Un accompagnement et suivi adapté sont indispensables pour garantir une bonne couverture nutritionnelle pendant la grossesse et/ou l’allaitement !
  • Prenez de la vitamine B12 !
  • Privilégiez les aliments à haute densité nutritive ou enrichis (artificiellement) en nutriments.
  • Surveillez vos taux sanguins (particulièrement la vitamine B12, éventuellement aussi d’autres nutriments) : faites-les mesurer régulièrement chez votre médecin afin de pouvoir réagir à temps en cas de carences.

En images : L'essentiel sur l'alimentation pendant la grossesse

* Etude menée par le cabinet d’études CHD Expert (http://chd-expert.fr)

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Grossesse ou Un médecin vous répond !

A lire aussi :

> Enceinte : aliments conseillés... et interdits
> Plein de conseils pour bien vivre sa grossesse
> L’exposition prénatale à l’alcool liée à des difficultés scolaires ?
> Alcool & grossese : le Syndrome d'Alcoolisme Foetal (SAF)
> Tabac et grossesse
> La grossesse à risque
> Je risque d'accoucher d'un enfant prématuré

Sources :

- Informations en ligne de l’Association végétarienne allemande (Vegetarierbund Deutschland e.V.) : vebu.de (date de consultation : 5.9.2016)
- Informations en ligne du dictionnaire médical Pschyrembel: www.pschyrembel.de (date de consultation : 2016)
- Questions / réponses autour de l’alimentation végétalienne. Informations en ligne de la Société allemande de nutrition (Deutschen Gesellschaft für Ernährung, DGE) : www. dge.de (date de consultation : mai 2016)


publicité