publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

La vaccination obligatoire Diphtérie Tétanos Polio (DTP)

Publié par : rédaction Onmeda (10. juillet 2017)

© iStock

Au cœur de la polémique sur la volonté de la nouvelle ministre de la santé de passer de 3 à 11 vaccins obligatoires, revenons sur ces 3 vaccins obligatoires depuis 1938 pour la diphtérie, 1940 pour le tétanos et 1964 pour la polio (DTP).

Cette obligation vaccinale concerne la première vaccination ainsi que les rappels contre la diphtérie et le tétanos chez les enfants de moins de 18 mois et contre la poliomyélite jusqu’à 13 ans, sauf en cas de contre-indication médicale (selon les articles R3111-2 et L3111-2 du Code de la santé publique)(1).

En cas de non vaccination, l’enfant se verra refuser l’école et les parents encourent une peine de prison pouvant aller jusqu’à 6 mois ainsi qu’une amande de 3750€ (2).

Cette vaccination est toujours importante puisque ces maladies devenues quasi inexistante ne sont pas pour autant éradiquées :

  • Concernant la diphtérie, après une dizaine d’années sans nouveau cas, il y a eu 17 cas recensés en France notamment à Mayotte entre 2002 et 2015. La diphtérie reste une maladie grave et potentiellement mortelle comme en témoigne le drame du décès d’un enfant de 6 ans en Espagne en 2015, faute de vaccination (3).
  • Pour le tétanos, entre 2005 et fin 2016 : 108 cas de tétanos ont été recensés dont 30 qui décèderont de cette maladie (4).
  • Pour la poliomyélite, aucun cas de poliomyélite n’a été recensé en France depuis 1989. Toutefois il y a eu la présence de cas rapportés de voyage en 1995 puisqu’il existe toujours quelques foyers endémiques dans le monde, il existe donc toujours un risque pour notre pays (5).
Le « problème » actuel du vaccin obligatoire DTP est que nous ne le trouvons plus seul, il est couplé à d’autres agents vaccinaux comme la coqueluche, l’haemophilus ou l’hépatite B.

En France, seul le DTP est obligatoire mais n’est plus disponible de façon isolée, il a été retiré du marché en 2008 suite à des problèmes d’effets secondaires de type allergie. Il s’agissait du DTPolio MERIEUX®.

De plus les recommandations vaccinales (6), incitent fortement de vacciner les nourrissons contre 3 autres maladies : la coqueluche, l’haemophilus, et l’hépatite B. Ce sont des vaccins hexavalents qui confèrent une protection contre 6 maladies en 1 seule injection (infanrix hexa®,Hexyon®).

Ces vaccins existent sans hépatite B, ce sont des vaccins pentavalents (infanrix quinta®) devenus difficiles à trouver hors hôpital et centre de PMI.

Il existe également le DTP avec uniquement la valence coqueluche ajoutée (infanrix tétra®, Tetravac®) qui sont normalement recommandés pour les rappels vaccinaux de 6 ans et celui de 11-13 ans.

Il existe bien le Revaxis® qui ne contient que le DTP mais qui n’a d’autorisation de mise sur le marché que pour les rappels de l’adulte et ne confère aucune immunité en primo vaccination pour ces maladies puisque celui ci n’a pas la même teneur en antigènes.

En effet dans les vaccins DTP, il existe des différences au delà de la combinaison de vaccination :

  • le Revaxis®, Boostrix® et Repevax® ont ce que l’on appelle des antigènes à teneurs réduites et donc ne peuvent être utilisés que comme rappels chez l’adulte, et exceptionnellement en cas de rupture de stock chez les adolescents mais dans tous les cas ne peuvent être efficaces comme primo vaccination.
  • Contrairement aux Infanrix®, Tetravac®, Hexyon® qui ont une teneurs en antigènes normales et sont donc efficace pour une première vaccination chez l’enfant.
Que se passe-t-il chez nos voisins de l’union européenne ? Il n’existe plus de vaccins uniquement DTP pour les enfants et les recommandations inclus également la coqueluche et l’haemophilus sans caractère obligatoire, pourtant ces pays ont une couverture vaccinale bien plus élevée qu’en France.

Le conseil d’État a demandé à l’État français de mettre à disposition des vaccins DTP, correspondant aux seules obligations vaccinales actuellement dans un délai de 6 mois. Mais encore une fois, vacciner des enfants sans coqueluche, haemophilus ou hépatite B est une perte de chance pour les enfants à la vue des dernières études. De plus il paraît peu probable de remettre des vaccins DTP seuls qui ne sont plus fabriqués et plus réalisés par aucun pays dans le monde.

La vaccination contre l’haemophilus protège notamment nos enfants contre le risque de méningite à Haemophilus. Avant la vaccination, on observait 25 méningites sur 100 000 personnes tous les ans, aujourd’hui 0,6.

La coqueluche existe toujours et est uniquement portée par l’être humain. Elle correspondra à une « méchante toux » pour un adulte mais qui peut être fatale pour un bébé qui n’arrivera pas à reprendre sa respiration, d’où l’intérêt de vacciner les personnes autour de l’enfant qui vont le protéger indirectement le temps qu’il se fasse sa propre immunité par la vaccination.

Mais n’oublions pas la rougeole, la méningite C, le pneumocoque… La rougeole est en recrudescence depuis 2015. En 9 ans il y a eu 24000 cas de rougeole en France dont 34 qui ont eu une complication neurologique et 10 qui sont décédés de cette maladie (7).

On voit clairement que cette notion d’obligation vaccinale est dépassée, il paraît de nos jours aussi important de vacciner un nouveau né contre le pneumocoque, la coqueluche, l’haemophilus ou la rougeole que contre le DTP.

Dans l’union européenne, il n’existe pas ou peu d’obligations vaccinales et pourtant la couverture vaccinale est plus importante.

Au delà de l’extension de l’obligation vaccinal qui pourrait à l’inverse renforcer la défiance de certains patients, il paraît encore plus important de rassurer la population vis à vis des vaccins (8-9).

Auteur : Dr GERBAUX Mélanie

En vidéo : comment agit un vaccin ?

Aujourd'hui, il est possible d'avoir des vaccins contre la rougeole, la rubéole, la coqueluche, l' hépatite B, la grippe, etc. Mais comment agit un vaccin ? Et comment protège-t-il contre les maladies infectieuses, et même certains cancers ?

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS ou Un médecin vous répond !

A lire aussi :

Myofasciite à macrophages : les sels d'aluminium dans les vaccins en cause
Hépatite B : pénurie de vaccins en France
La vaccination chez l'enfant
La vaccination du bébé
Calendrier des vaccinations


publicité