publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Bien choisir ses aliments allégés : l’avis du nutritionniste

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (31. mars 2016)

Trois questions au Dr Agnès Monnier-Vaquette, médecin nutritionniste, sur les aliments allégés.

Intégrer du light à son régime peut-il être un coup de pouce minceur ?

Je dirais qu’il faut faire très attention à l’effet de mode. Les questions de santé et de nutrition sont des préoccupations majeures en ce moment, et il faut savoir rester lucide et se méfier du marketing autour de ces thèmes. Le problème avec les allégés est qu’il faut être très vigilant. Souvent, les produits allégés en sucre sont plus gras, et ceux qui sont allégés en matières grasses sont plus sucrés. On le voit très bien avec le chocolat « light », il suffit de regarder l’étiquette et la composition. Il n’y a donc pas de réels bénéfices à consommer du light. Un yaourt nature classique par exemple ne contient qu’un gramme de matière grasse. Est-ce que ça vaut vraiment le coup, ici, de choisir un yaourt allégé ?

Y a-t-il un risque qu'un produit allégé en sucre ou en matières grasses soit, en conséquence, privé de certains nutriments essentiels comme des vitamines, des acides gras... ?

Non, il n’y a pas de risque de ce côté-là. En revanche, l’allégé n’est pas recommandé aux enfants ou aux adolescents, ni aux jeunes filles en particulier, qui sont déjà très concernées par leur apparence. Car cela veut dire, inconsciemment, les inciter à être très tôt dans une optique de régime, à faire attention à ce qu’elles mangent, et sous-entendre que les sucres ou les graisses sont mauvais, alors qu’elles en ont besoin pour leur croissance. Il est donc important de leur proposer une alimentation équilibrée, la plus variée possible, avec bien sûr des portions différentes de celles des adultes, adaptées à leurs besoins.

Consommer de l'allégé, sans être forcément au régime, peut-il aider par exemple, à compenser des écarts occasionnels, ou une alimentation pas toujours très équilibrée ?

Je pense sincèrement que le mieux est vraiment de conserver une alimentation la plus normale possible, de se faire plaisir, mais de savoir rester raisonnable. Si l’on fait un écart - ça arrive ! - on compense au repas suivant en mangeant un poisson, des légumes, un fruit. Tout simplement. L’allégé, on l’a vu, compense souvent d’un côté ce qu’il perd de l’autre, par du sucre ou du gras. Ça n’a donc aucun intérêt.
Un autre de ses aspects est qu’il se conserve parfois moins bien. C’est le cas par exemple des confitures allégées en sucre. Donc on a tendance à en mettre plus sur sa tartine pour finir le pot plus vite, et au final on en mange plus. Là non plus, ce n’est pas très intéressant...
De même, si le light sert à s’acheter une bonne conscience pour en manger deux fois plus, ou pour « se lâcher » sur certains aliments parce qu’ils font la promesse de pouvoir se faire plaisir sans conséquences, c’est inutile. Manger doit être, et rester, un plaisir. Mieux vaut donc manger quelque chose qui nous fait vraiment envie, et que l’on appréciera sans culpabiliser (même si c’est calorique !), mais ne se servir qu'une fois et n’en manger qu’une part...

 

A lire aussi nos dossiers :
> Que contiennent les produits light ?
> Maigrir sans se priver, c'est possible !
> Maigrir avec l'aide d'une diététicienne
> J'ai réussi à maigrir tout seul !

 

Les aliments allégés expliqués par une experte : nous avons posé 3 questions au Dr Agnès Monnier-Vaquette, médecin nutritionniste.

Quel est votre IMC ? Découvrez si vous êtes en surpoids, avec un poids insuffisant (maigreur) ou de corpulence normale !


publicité