publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Bien choisir ses aliments allégés : comment s’y retrouver ?

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (31. mars 2016)

De plus en plus sophistiqué, le marché de l’allégé propose aujourd’hui des gammes entières de produits alimentaires censés prendre soin de notre ligne. Mais entre ceux qui affichent « light » en gros sur l’emballage, ceux qui se disent « allégés » et ceux qui se déclarent « pauvre en calories » ou encore « à teneur réduite en... », il n’est pas toujours facile de s’y retrouver, et surtout de savoir ce qui se cache vraiment dans le pot.

C’est pour cette raison qu’une réglementation stricte a été adoptée au niveau européen*. Tout ce qui sort de ce cadre n’engage alors que la responsabilité du fabricant quant aux vertus diététiques alléguées sur le produit vendu.

Il y a les allégés...
Un produit light, un « vrai », c’est un produit qui contient au minimum 30% de matières grasses (ou de sucre) en moins que le même produit dans sa version non allégée. Et pour le garantir, ils sont les seuls à pouvoir revendiquer la mention « light » ou « allégé » sur l’étiquette.

... et les autres
Un aliment « à faible valeur énergétique » lui, est un produit qui affiche moins de 40 calories aux 100g s’il s’agit d’un aliment solide, et moins de 20 calories aux 100ml s’il est liquide.

« A faible teneur en matière grasse » signifie que le produit ne contient pas plus de 3g de lipides pour 100g d’aliment solide (ou 1,5g pour 100ml de liquide). De même, un article ne peut s’autoproclamer « à faible teneur en sucre » que s’il ne dépasse pas 5g de glucides pour 100g (ou 2,5g pour 100ml).

*Règlement n°1924/2006 du Parlement européen et du Conseil concernant les allégations nutritionnelles et de santé sur les denrées alimentaires, adopté le 20 décembre 2006.

 

Apprendre à lire les étiquettes

Malgré des arguments séduisants, les produits allégés sont-ils pour autant des alliés minceur dans le cadre d’un régime ? Si on s’arrête à l’emballage oui, mais si on le regarde de plus près cet emballage, pas forcément...

Les édulcorants
Retirer à un aliment une partie de son sucre
ou de sa matière grasse, signifie souvent aussi lui retirer une partie de son goût. Alors pour que le produit reste mangeable et conserve une texture appétissante, il faut compenser : le sucre, par exemple, est remplacé par des édulcorants, mais aussi par... de la matière grasse ! Et au final, ce qui est moins sucré peut être plus gras.

Et inversement. Un yaourt  aux  fruits à 0% de matières grasses par exemple, contient le sucre des fruits, mais aussi des édulcorants, et souvent, une bonne dose de sirop en plus (le fameux sirop de glucose dans la liste des ingrédients).

Avant de céder aux appels du light donc, on jette un œil sur l'étiquette pour vérifier la composition des aliments, et s'assurer que la teneur en sucre ou en graisses n'excède pas les limites du raisonnable (ou au moins celles du même produit dans sa version « classique »).

Quel est votre IMC ? Découvrez si vous êtes en surpoids, avec un poids insuffisant (maigreur) ou de corpulence normale !


publicité