publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Bien choisir ses aliments allégés

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (31. mars 2016)

© Jupiterimages/iStockphoto

Moins de sucre, moins de gras... bref, moins de tout ce qui pourrait alourdir la facture pondérale, a priori on est pour. Mais encore faut-il être sûr que l'alimentation nous apporte toujours les nutriments dont nous avons besoin.

Si un aliment est allégé que contient-il donc ? Bref, avant de se jeter sur les aliments allégés, on devrait totut d'abord se poser la question suivante : 

Qu’est-ce qu’un aliment allégé ? 

Selon la législation en vigueur, un aliment peut être considéré comme « allégé » à partir du moment où sa valeur calorique est inférieure d’au moins 25% en poids comparativement au produit de référence.

Partant de cette définition, le terme allégé s’appliquerait à tout produit qui pèse moins lourd sur la balance. C'est plutôt tentant quand on démarre un régime et qu’on compte les calories ! Mais se pose alors une question : en quoi ces aliments sont-ils allégés exactement ? Et que contiennent-ils au juste ? Car si nous voulons bien nous passer de quelques calories inutiles, l'apport nutritionnel des aliments que nous consommons devrait rester un facteur essentiel.

Allégé en quoi ?

Troquer son yaourt contre un 0%, choisir de la vinaigrette light, ou encore du fromage allégé, au final, est-ce que ça fait vraiment maigrir ?

Si un produit est dit « allégé , cela » ne signifie pas que tous ses apports subissent un allégement global. C’est pour cela qu’il est important de savoir en quoi le produit est allégé. Certains aliments peuvent être allégés en certains nutriments (sucre, matières grasses, etc...) et non en calories. Et vice versa.

Pour consommer les produits allégés en toute tranquillité, et espérer mincir en les consommant, il faut donc être vigilant à ce que les étiquettes nous racontent. 

Dans notre dossier, vous trouvez les clés indispensables pour juger de la pertinence de (certains) aliments allégés et faire votre choix en toute connaissance ce cause : les (fausses ?) promesses du light, le décryptage des étiquettes, les pièges à éviter, des exemples concrets et notamment l'avis d'une nutritionniste vous aideront à y voir plus clair.

A voir aussi, notre vidéo sur les risques des boissons light :

Une étude menée par l'Inserm a démontré que le risque de développer un diabète de type 2 serait plus élevé chez les personnes qui consomment des boissons sucrées light. Voici les explications de Guy Fagherazzi, épidémiologiste et chercheur à l’Inserm.

 

Auteur : Stéphanie Thibault.
Expert consultant : Dr Agnès Monnier-Vaquette, médecin nutritionniste.

Quel est votre IMC ? Découvrez si vous êtes en surpoids, avec un poids insuffisant (maigreur) ou de corpulence normale !


publicité