publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Comment faire pour maigrir : la méthode Zermati

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (13. avril 2016)

Chaque individu a un poids physiologique, qui correspond à ce que la génétique lui a légué. Pour maintenir ce poids, il suffit de manger de tout, mais uniquement quand on a faim. Le danger viendrait, entre autres, de ce fameux « finis ton assiette ! » que trop d’enfants ont entendu.

Autres dangers : manger pour combler un vide, ou encore les régimes... A terme, une des conséquences peut être une prise de poids, chez des personnes « génétiquement » plus vunérables à pendre des kilos.

Le Docteur Jean-Philippe Zermati encourage les personnes qui se trouvent en surpoids, à renouer avec le plaisir de la nourriture, et des aliments qui sont « interdits » lors des régimes. Manger quand on a faim, manger sans avoir mauvaise conscience, sauter un repas si on n’a pas faim... sont autant de façons qui vous mèneront à votre poids d’équilibre et surtout qui vous y maintiendront. Voici ce que défend le docteur Jean-Philippe Zermati que nous avons interviewé.

Est-ce que votre méthode* aide vraiment à maigrir ou aide t-elle plutôt à maintenir un poids stable ?

Docteur Jean-Philippe Zermati : Elle peut faire maigrir, mais elle n’est pas garantie pour cela. En fait, cette méthode permet de vous ramener à votre poids d’équilibre. C'est-à-dire que si vous êtes actuellement à votre poids d’équilibre, vous ne grossirez pas et vous ne maigrirez pas non plus. En revanche, si vous êtes au-dessus de ce poids, vous perdrez certainement du poids. A l’inverse, si vous êtes en-dessous de ce poids d’équilibre, vous risquez même de grossir.

Manger quand on a faim, sauter un repas si on n'a pas faim... comme vous le préconisez, ne risque-t-il pas de provoquer encore plus de déséquilibre ?

Dr J-P Z : Non, cela ne crée pas de déséquilibre, c’est même l’inverse qui se produit. Le fait de respecter sa faim ne veut pas dire : manger n’importe quand. Attention à bien distinguer le grignotage et le fractionnement.

  • Si vous mangez sans avoir faim, vous grossirez. C’est ce qu’on appelle le grignotage, déclenché la plupart du temps par des facteurs émotionnels, qui n’ont rien à voir avec le déficit énergétique.
  • Le fractionnement se traduit par « manger par un besoin nutritionnel » : manger quand on a vraiment faim. Peu importe si cela arrive plusieurs fois par jour puisqu’il n’y a aucune corrélation entre le poids et le nombre de repas.

* Cette méthode s'applique aux personnes ne souffrant pas de véritable pathologie liée à la surcharge pondérale, ni d'un trouble du comportement alimentaire spécifique, ou ne prenant pas de médicaments responsables de "messages" erronés concernant la faim et/ou la satiété.

Dr Jean-Philippe Zermati

Dr Jean-Philippe Zermati

Quel est votre IMC ? Découvrez si vous êtes en surpoids, avec un poids insuffisant (maigreur) ou de corpulence normale !


publicité