publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Maigrir en cure thermale : les conseils des spécialistes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (06. janvier 2011)

Interview du Dr Bruno Friggeri, médecin aux thermes de Brides-les-Bains.

On perd du poids en cure thermale ?

Les curistes qui viennent en cure conventionnée de 21 jours, perdent en moyenne 5 % de leur poids initial. Sachant que les femmes perdent plutôt autour de 3 à 5 %, et les hommes plutôt entre 5 à 10 %. C'est un amaigrissement honorable sur 21 jours, mais notre objectif est surtout d'obtenir un changement de mode de vie. Pour faire simple, on essaie de convaincre les personnes d'adopter une alimentation un cran au-dessous de leur alimentation habituelle, et une activité physique, un cran au-dessus.

Le régime très hypocalorique n'est plus de mise ?

Non, cela ne marche pas sur le long terme. La restriction freine le métabolisme et entraîne une perte de contrôle alimentaire : les personnes " craquent " et leur organisme stocke d'autant plus que la restriction a été rude. Après plusieurs années de yo-yo*, la marge de manoeuvre pour maigrir devient délicate car les patientes ont très souvent déjà des apports caloriques contrôlés et un métabolisme qui fonctionne à bas régime. Il faut donc repartir sur de bonnes bases. C'est-à-dire repenser son alimentation pas seulement en " moins ", mais aussi en " mieux ". Trois semaines permettent de faire la démonstration que c'est possible et reproductible chez soi.

*En raison de la succession de régimes, le poids diminue, puis augmente, puis rediminue... c'est effet yo-yo.


Interview d'Anne-Sophie Joly, Présidente du Collectif National des Associations d'Obèses (CNAO).

Pourquoi aller en cure ?

Pour beaucoup de personnes, c’est un peu la carte de la dernière chance, lorsqu’on a l’impression d’avoir déjà tout tenté (régimes, nutritionniste...). En cure, l’approche est pluridisciplinaire et associe une réflexion sur la santé, sur la corporalité, indispensable pour abandonner la carapace des kilos. C’est comme plein de mini déclics : mieux manger, bouger plus, apprendre l’automassage, se regarder. Et puis, comme tout le monde est en surpoids on peut envisager un croisement des ressentis, et ça c’est extrêmement réparateur.

Comment choisir sa station ?

Le bouche à oreille, c’est bien ! Regarder ce qui est proposé au-delà de la cure conventionnée, aussi. C’est-à-dire les activités qui vont permettre de sortir du cadre : piscine, spa, discothèque, les possibilités de marche... Se renseigner aussi sur d'éventuels ateliers, des conférences d’organisées, des groupes de parole, la possibilité d’avoir accès à un « psy » spécialisé dans l’ obésité.

Quels conseils donneriez-vous pour réussir sa cure?

D’abord, faire confiance aux professionnels en face de soi tout en ayant une démarche pro-active : ne pas être tendu par rapport à un objectif de perte de podis, mais savoir lâcher prise, accepter les massages. Et aussi tenir son journal quotidien, pour qu’une fois rentré chez soi, on puisse retrouver des informations et des repères de « bonne conduite ».


Anne-Sophie Joly, Présidente du Collectif National des Associations d'Obèses (CNAO).

A.S. Joly, Présidente du Collectif National des Associations d'Obèses : "En cure, l’approche est pluridisciplinaire et associe une réflexion sur la santé, sur la corporalité, indispensable pour abandonner la carapace des kilos"


A lire aussi nos dossiers :
> Maigrir avec une diététicienne.
> Cure minceur en thalasso
> Bien choisir sa thalasso

Quel est votre IMC ? Découvrez si vous êtes en surpoids, avec un poids insuffisant (maigreur) ou de corpulence normale !


publicité