publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Maigrir sans se priver, c'est possible ! : conseils d'une nutritionniste

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (14. avril 2016)

Questions au Dr Pascale Modaï, nutritionniste.

Comment ne pas craquer sur des aliments qui font plaisir mais qui sont riches en calories ?

Beaucoup de personnes ont une vraie difficulté à s’interdire de manière simple des choses à eux-mêmes. Certains sont très laxistes : quand ils mangent un gros gâteau, ils se disent « ce n’est pas grave ». D’autres au contraire, prennent leur régime avec tant de rigidité qu’ils craquent après quelques jours de privation.
Je dis à mes patients : « Parlez à l’enfant qui est en vous et dites-lui : ça suffit ! ». Quand on veut perdre du poids, il faut s’imaginer en train de faire sa propre éducation. Il y a un moment où l'on doit être ferme. Et j’ajoute : « Si c’était votre enfant, vous le laisseriez manger autant ? »

Tout le monde peut-il maigrir ?

Nous sommes très inégaux devant le poids. Et il y a une prédisposition génétique. Récemment, on a découvert que le nombre de nos cellules graisseuses serait déterminé à la naissance et dans l’enfance. Il est donc très dur de lutter contre cette programmation. On ne peut pas faire croire aux gens qu’avec de la volonté, ils peuvent tous être minces. Certains mangent très peu et tout « leur profite ».
Il faut définir honnêtement, seul ou avec son médecin, le poids que l’on peut atteindre. On l’appelle « le poids d’équilibre » car c’est celui où l’on se sent le mieux et que l’on peut maintenir longtemps. Pour l’atteindre, il faut faire quelques efforts sur l’alimentation et augmenter nettement son activité physique.

Pourquoi est-ce si dur de perdre du poids ?

Que l’on ait 3 ou 30 kg à perdre, c’est difficile. Aujourd’hui, on connaît mieux les mécanismes en jeu dans la prise et la perte de poids. On sait aussi que les régimes restrictifs ne sont efficaces que sur le moment, car après quelque temps ils font généralement reprendre plus de poids qu’ils n’en font perdre.
Par ailleurs, il y a plusieurs dimensions dans notre nourriture : le fait biologique de la faim, mais aussi le plaisir qu’on y prend, et bien sûr la part relationnelle et psychologique qu’on y transfère. Quelqu’un de stressé peut manger sans s’en rendre compte pour s’apaiser. C’est parce que c’est souvent difficile qu’il ne faut pas hésiter à demander de l’aide : votre médecin traitant, une diététicienne, un nutritionniste... Ils peuvent vous aider à voir ce que vous devez faire pour vous sentir mieux.

Dr Pascale Modaï, nutritionniste

Dr Pascale Modaï, nutritionniste : "Le nombre de nos cellules graisseuses serait déterminé à la naissance et dans l’enfance. ... On ne peut pas faire croire aux gens qu’avec de la volonté, ils peuvent tous être minces."

A lire aussi nos dossiers :
>
Maigrir avec une diétécienne.
> Retrouver un ventre plat !
> J'ai réussi à maigrir tout seul !

Quel est votre IMC ? Découvrez si vous êtes en surpoids, avec un poids insuffisant (maigreur) ou de corpulence normale !


publicité