publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Maigrir : tout savoir sur l'opération de la sleeve : le témoignage d'un patient

Publié par : Dr. Nicolas Evrard

Dominique, 56 ans, a été opéré il y a quelques mois d’une sleeve gastrectomie. Avant son opération, elle pesait 105 kg pour 1m63 ( IMC = 39,5). Aujourd’hui, elle a déjà perdu 35 kg. Elle nous livre son témoignage...

Comment vous êtes vous décidée à franchir le pas ?

C’est en regardant une émission à la télé que j’ai eu le déclic. Un obèse en fauteuil roulant témoignait. J’ai pris conscience des risques pour ma santé. Je souffre déjà de la maladie de Hashimoto (maladie thyroïdienne) et j’avais un diabète qui commençait. Je me suis également rendue compte du fait que je n’avais plus le goût de m’habiller, que je ne sortais plus de chez moi, que j’avais des difficultés pour marcher... J’ai donc pris rendez-vous directement chez le chirurgien en juillet, dans l’idée de me faire poser un anneau gastrique, le chirurgien m’a finalement proposé la sleeve. Après un délai de réflexion et après avoir rencontré un endocrinologue et un psychiatre, j’ai finalement été opéré fin novembre. J’appréhendais, car l’opération est définitive et je savais que je ne pourrais plus manger comme avant. J’ai donc fait un dernier vrai repas en famille la veille de mon opération !

Qu'est-ce qui a changé pour vos repas ?

Mon rapport à l’alimentation a totalement changé. Au bout de trois cuillères à café, je me sens rassasiée. Je mange en très petites quantités. Des plats que j’adorais mangé, comme des spaghettis, j’ai maintenant des difficultés à les manger car je sens un poids dans l’estomac. Mais ce n’est pas frustrant car mon cerveau anticipe ce malaise et je n’en ai donc pas envie. Et globalement, je peux quand même manger de tout et je prends plaisir à manger. J’ai vraiment gagné en confort de vie, je me sens bien après les repas, alors qu’avant l'opération de la sleeve, je me sentais fatiguée.

Qu'est-ce qui a changé dans votre vie ?
Quelques mois après l’opération, j’ai déjà perdu 35kg. Je suis une autre femme. Je suis plus dynamique, plus ouverte, moins essoufflée, je prends de nouveau plaisir à marcher, à me maquiller, je suis retournée chez l’esthéticienne, je refais du shopping... Je sens que le regard des autres a changé, je me sens plus agréable à regarder, donc je suis plus souriante. Mon mari aussi est ravi. D’ailleurs, j’ai remarqué qu’il était plus proche de moi dans la rue, il est plus fier de se montrer avec moi, même s’il ne m’a jamais blâmée d’être grosse.

Et du côté santé ?
Au niveau de ma santé aussi les résultats sont bénéfiques. Avant l’opération, je souffrais d’apnée du sommeil à cause de mon obésité et j’avais un appareil respiratoire. Je n’en ai plus besoin maintenant.

Par contre, la perte de poids a entraîné un surplus de peau au niveau du ventre, des seins, des bras et des cuisses. J’envisage la chirurgie réparatrice avant mes 60 ans, mais je ne suis pas encore décidée.

Quels conseils donneriez-vous ?

Il faut bien prendre conscience que c’est une opération irréversible et que son mode de fonctionnement vis-à-vis de la nourriture change totalement. C’est important de bien suivre les conseils diététiques et ne pas aller au-delà de la limite de son estomac, car il y a un risque de vomissement et que l’estomac se distende. Il faut surtout éviter les boissons gazeuses, mais sinon, il n’y a pas vraiment de restriction. Je m’adapte.

Il faut avoir le déclic avant de franchir le pas et surtout que ce soit une décision personnelle. Si mon entourage ne m’avait pas soutenu, je l’aurai fait quand même. D’ailleurs, mes enfants étaient un peu réticents du fait des risques de l’opération.

D'autres conseils...
Selon moi, le rendez-vous avec un psychologue est primordial pour identifier les causes de son obésité et de son rapport anormal à l’alimentation. Moi, je savais que c’était pour calmer mes angoisses, maintenant je compense en me consacrant à corps perdu dans ma passion, l’ésotérisme.

Il faut également penser à prévoir un budget pour les vêtements car on change de taille souvent ! Et en même temps, on retrouve le plaisir de s’acheter de nouveaux vêtements. Et un inconvénient auquel je n’avais pas pensé, c’est qu’avec mes 35 kg de graisse en moins, j’ai beaucoup plus froid qu’avant !

> Si vous voulez réagir, apporter votre témoignage... rendez-vous sur nos FORUMS >

Sources et notes :

- Enquête ObÉpi Roche, 2009.

- Exposé sur l'Etat des lieux de la chirurgie bariatique en France, J. Mouïel, Nice, 2011.

Quel est votre IMC ? Découvrez si vous êtes en surpoids, avec un poids insuffisant (maigreur) ou de corpulence normale !


publicité