publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Achat compulsif : Les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (15. juin 2015)

Les traitements commencent par la nécessité d'adopter certaines techniques pour limiter l'achat compulsif, de changer certains comportements... seul(e)s ou avec l'aide d'un thérapeute.

> Penser à soi
Contrairement à ce que l'on pourrait penser, l'acheteuse compulsive ne prend pas forcément soin d'elle-même. Elle peut consacrer tout son temps libre au shopping, en perdant parfois de vue ses véritables aspirations.

Le shopping démesuré permet de ne pas penser, d'oublier, mais aussi de s'oublier. Les belles choses, comme les difficultés, restent ensevelies et l'on continue à se malmener. Et même si l'on a allégrement acquis un petit ensemble superbement assorti, il est fort possible que l'on ne se permette même pas de le porter. « Il me va si bien que je ne peux le mettre ».

Bref, penser à soi, renouer le dialogue avec votre monde intérieur, vos envies, vos priorités, doit être le leitmotiv de l'acheteuse compulsive qui souhaite retrouver sa liberté !

> Faire ses comptes (régulièrement)
L'acheteuse compulsive, prise dans son ivresse de shopping, ne se rend malheureusement pas toujours compte de ses dépenses. Lorsque l'obsession d'acheter la prend, elle va jusqu'à nier ses finances, qui ne referont surface qu'une fois l'acte accompli.

A l'inverse, jeter régulièrement un oeil à ses comptes permet d'avoir une maîtrise plus grande de son argent, et d'éviter de basculer dans l'illusion d'un portefeuille rempli à l'infini.
Faire, et non pas fuir, ses comptes régulièrement apparaît donc être LE conseil pratique de base, en mettant quelques limites à l'anarchie.

Et même si votre compte sourit en début de mois, pensez à toutes vos dépenses du mois ou à venir : loyer, téléphone, activités, week-ends sympas, vacances, projets d'investissement, etc.
Définissez-vous un budget plaisir à ne pas dépasser et usez-le pour des choses qui vous importent vraiment. Enfin, autorisez-vous, si possible à quelques petites économies, histoire de pouvoir mener à plus long terme des projets qui vous tiennent à coeur.

> Payer en espèces
Partant du même principe que le conseil précédent, payer en espèces permet de mieux prendre conscience de l'argent que l'on dépense. Alors que la virtualité de la carte bleue nous le fait oublier.
Prendre conscience de la somme que vous allez payer permettra de mieux vous contrôler, et de respecter plus facilement votre budget.
Pire que la carte bleue : le crédit. A éviter !

> En parler
Comme tous les déboires psychologiques qui nous arrivent à tout un chacun, parler tout haut à quelqu'un de confiance reste un principe capital.

Il est parfois difficile de parler de l'achat compulsif, par honte ou culpabilité. Et pourtant, le dialogue avec un proche procure le plus souvent un certain soulagement. Et les conseils donnés par quelqu'un qui vous connaît seront parfois fort précieux.

Enfin, si la souffrance occasionnée par cette addiction est trop importante, si vous souffrez d'un mal-être important, si les rechutes se poursuivent malgré toutes vos tentatives de stopper ce comportement, n'hésitez pas à consulter et entreprendre une psychothérapie.

Si vous souhaitez vous débarrasser rapidement de cette dépendance, optez plutôt pour une thérapie comportementale et cognitive ( TCC), dont l'efficacité dans ce trouble a été démontrée. En revanche, si vous préférez réfléchir de manière profonde sur le pourquoi de vos fragilités et si la thérapie à long terme ne vous fait pas peur, vous pourrez débuter une psychanalyse ou une thérapie apparentée.

La psychothérapie sera une aide pour retrouver un épanouissement, cible principale du chemin de sortie des dépendances. Mais n'oubliez pas : l'aide principale doit venir de vous-même, par votre motivation et les moyens personnels que vous mettrez en place pour vous en sortir.


publicité