publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Alcool et alcoolisme : Les causes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (14. janvier 2015)

Certaines personnes sont plus sensibles que d'autres aux effets de l'alcool. Et certaines personnes sont plus propices que d'autres à développer une réelle dépendance. Différentes causes concourent à ce terrain : elles sont à la fois psychologiques, génétiques et environnementales.

Pour le comprendre, il faut avoir en tête qu'il existe différentes sortes d'alcoolisme :

> Les alcoolites : ils correspondent à 60 % des alcooliques en France. Il s'agit surtout d'hommes. La consommation d'alcool a lieu en société, sans culpabilité. On parle aussi d'"alcoolisme d'entraînement".

> Les névroses alcooliques ou alcooloses : elles concernent majoritairement les femmes et représentent 30 % des alcooliques. La consommation d'alcool a lieu dans le but de diminuer une angoisse ou un malaise, et se fait dans la culpabilité. Les causes sont le plus souvent environnementales (contexte de vie difficile, conflit, licenciement, burn-out, etc.) et psychologiques (anxiété, dépression, dépendance affective, etc.).

> Les somalcooloses représentent 10 % de l'alcoolisme en France. Il s'agit d'une impulsion brutale de consommer une grande quantité d'alcool. Ce peut même être de l'alcool contenu dans de l'eau de cologne ou de l'alcool à désinfecter. La consommation se fait dans une grande culpabilité avec un dégoût profond de l'alcool. Des troubles psychologiques et une nette impulsivité sont en cause dans cette forme d'alcoolisme.

Enfin, on assiste ces dernières années à un essor regrettable du binge-drinking chez les jeunes de 15-35 ans. Ce trouble n'évolue pas forcément vers un alcoolisme, mais peut tout de même être à l'origine de complications cérébrales. Une impulsivité plus marquée, une fragilité psychologique, un contexte de vie difficile, peuvent renforcer ce comportement.


publicité