publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Alcool et alcoolisme : Les symptômes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (14. janvier 2015)

Quand la concentration d'alcool dans le sang (l'alcoolémie) est de 0,5 g/l, on observe un premier symptôme : la baisse de la vigilance.

Si l'alcoolémie est supérieure à 0,8 g/l : c'est le début de l'ivresse. Ses symptômes sont connus de tous. On est désinhibé, on rit (ou on pleure) et on parle plus facilement... En fonction de la quantité d'alcool bue, on ne tient pas bien debout, on titube, etc.

Puis au-delà de 4 g/l, le sujet perd conscience et tombe dans le coma éthylique. Chez les personnes dépendantes, la tolérance est plus haute, et le coma peut ne survenir qu'au dessus de 6 g/l...

A noter que l'alcoolémie diminue de 0,15 grammes/l en une heure.

Certaines ivresses peuvent être pathologiques. L'ivresse peut être très agitée et violente, ou s'associer à l'exacerbation d'un trouble psychiatrique : manie, dépression, paranoïa, délire, hallucinations visuelles, suicide.

A long terme, peuvent apparaître des complications cérébrales : un syndrome de Korsakoff ( amnésie antérograde, fabulations et fausses reconnaissances), une encéphalopathie de Gayet Wernicke, une démence ou encore un délire interprétatif de jalousie ou de persécution.

Le sevrage à l'alcool peut être parfois très grave s'il n'est pas traité. C'est le "malheureusement connu" delirium tremens. Les symptômes sont brutaux et assez caractéristiques. C'est un délire avec des hallucinations, en particulier visuelles (animaux menaçants), accompagné de tremblements, parfois d'une crise d'épilepsie, et de déshydratation. Il peut engendrer de graves séquelles neurologiques, voire le décès. Cet état qui survient généralement deux à quatre jours après l'arrêt du dernier verre chez une personne très alcoolo-dépendante, nécessite une hospitalisation d' urgence. Ce delirium tremens est heureusement moins fréquent aujourd'hui.

Les complications de l'alcoolisme sont graves et multiples :
- digestives: gastrite, pancréatite.
- hépatiques : hépatite, cirrhose et cancer.
- métaboliques : baisse du glucose, augmentation des lipides, carence en vitamines.
- sanguines : diminution des plaquettes, trouble de la coagulation, varices oesophagiennes.
- maladies cardiaques : comme une cardiomyopathie, par exemple.
- cancers : bouche, larynx, pharynx, oesophage, estomac, foie...
- pendant la grossesse: risque de prématurité, de fausse couche, de retard de croissance.


publicité