publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Algodystrophie : les symptômes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (07. mars 2016)

Les symptômes d'une algodystrophie (syndrome douloureux régional complexe) : au début, la douleur s'installe brutalement, avec des élancements, fourmillements, picotements... Présente au repos, la douleur s'amplifie souvent quand on touche l'articulation, quand on la bouge, ou bien à la faveur d'émotions, de bruits ou de variations de température.

Le membre ou l'articulation perd de sa vigueur et de sa mobilité, prend un aspect enflammé avec un oedème, une peau rouge et moite. Peuvent apparaître aussi des crampes, localement une hypersudation, et une raideur du membre atteint. La zone concernée devient légèrement gonflée, chaude, avec parfois des fourmillements, des brûlures et des douleurs. L'intensité des douleurs est variable mais aggravée par les mouvements. Ce stade dure environ trois mois, parfois moins, parfois plus. Et chez certaines personnes les symptômes peuvent évoluer.

La douleur peut s'aggraver et devenir en même temps plus diffuse. L'oedème diminue, le membre est souvent froid et s'affaiblit tandis que la peau devient pâle ou bleutée et fine. Elle peut être suintante, graisseuse ou bien au contraire devenir sèche et commence alors à se rétracter. Les ongles peuvent également s'abîmer et les poils tomber. L'articulation peut s'enraidir de manière progressive. Dans ces formes sévères, si aucun traitement n'est entrepris, les douleurs persistent et peuvent s'étendre à tout le membre, avec un risque d'atrophie musculaire.

Ces différents stades de l'algodystrophie que les médecins qualifient de "chaud" puis "froid", ne sont pas systématiques. Des patients peuvent d'emblée avoir des signes de sécheresse et de pâleur cutanée, sans rougeur, ni inflammation auparavant. Puis les choses rentreront dans l'ordre et la douleur disparaîtera progressivement. Mais il arrive - heureusement c'est rare - que les choses s'aggravent, et surviennent alors des rétractions irréversibles de la peau et des tendons.

Il existe plusieurs étapes liées au développement de la maladie. Cependant, chaque individu réagit de manière personnelle et présente des symptômes et des évolutions qui peuvent varier. 

On peut constater des signes de déminéralisation osseuse, en effectuant une radiologie osseuse. D'autres examens sont parfois réalisés : une scintigraphie osseuse, une imagerie par résonance magnétique (Irm) surtout en cas d'atteinte de la hanche ou du genou.


publicité