publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Algodystrophie : les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (07. mars 2016)

Il n'existe pas encore de traitement codifié de l'algodystrophie, étant donné que l'on ignore la véritable cause de cette pathologie. On a recours à des traitements qui diffèrent selon le stade de développement de l'algodystrophie.

Mieux vaut être prévenu : cela peut être long, difficile et parfois décevant mais il faut persévérer, ne pas se décourager. Quoiqu'il en soit, il faut attendre de longs mois avant de conclure à d'éventuelles séquelles définitives. Le traitement associe en général des médicaments, et des exercices de rééducation (kinésithérapie) et de physiothérapie, d'hydrothérapie. Cette rééducation ne doit pas être trop brutale. Une rééducation agressive peut en effet s'avérer contre-productive et générer ou entretenir une algodystrophie.

Il s'agit d'abord de traitements classiques contre la douleur : des médicaments antalgiques, des anti-inflammatoires et parfois même de la morphine. Des injections intra-musculaires ou sous-cutanées de calcitonine (un traitement hormonal qui agit sur le métabolisme osseux) autrefois prescrites, ne sont plus utilisées actuellement.

Dans les cas d'algodystrophies les plus rebelles, on peut être orienté vers un centre de rhumatologie pour une prise en charge plus importante. Parmi les différents traitements, une série d'injections dans une veine est parfois effectuée sous la surveillance d'un anesthésiste (on parle de bloc régional intraveineux ou de bloc sympathique). Cette méthode qui fait encore l'objet d'études, peut conduire à des résultats intéressants.

L'homéopathie, la phytothérapie et l'acupuncture sont également parfois utilisées.
Une rééducation fonctionnelle est entreprise dans un second temps. Son objectif est d'entretenir la souplesse des articulations, de limiter la douleur et d'éviter les enraidissements articulaires.

Il existe plusieurs moyens, notamment les bains "écossais" (alternance de chaud et de froid) surtout en phase "chaude" de la maladie, mais aussi les massages, l'ergothérapie.


publicité