publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Allergie alimentaire : Le diagnostic

Publié par : Clémentine Fitaire (28. novembre 2014)

La première étape est la consultation médicale durant laquelle le patient est interrogé sur ses symptômes, ses antécédents familiaux. Un examen clinique est également effectué (de la peau, des bronches, du nez...). Un spécialiste – un allergologue – est consulté quand il existe une forte suspicion d'allergie et que les symptômes sont gênants. Ce spécialiste, en plus d'un examen clinique, effectuera des explorations complémentaires.

Le test cutané (ou prick test) consiste à placer sur la peau l'allergène d'un aliment spécifique. On observe éventuellement au bout de quelques minutes une réaction de démangeaisons et de gonflement.

Il est également possible de pratiquer une prise de sang pour doser des anticorps, ou pratiquer le test RAST (RadioAllergoSorbent). Il s'agit d'une prise de sang qui sera ensuite mis en contact avec les allergènes. En cas d'allergie, le sang produit alors des anticorps qui sont détectables.

Il arrive encore que le médecin propose un « régime d'exclusion », durant lequel un ou plusieurs aliments suspects sont éliminés de l'alimentation pendant quelques semaines. Si les symptômes disparaissent durant cette période, l'aliment est alors réintroduit. Le test de provocation labial ou oral consiste à soumettre le patient au contact de l'aliment suspect. Ce test se fait sous surveillance et nécessite une hospitalisation. Cela permet de détecter l'aliment provoquant l'allergie.



publicité