publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Alopécie : Les causes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (05. novembre 2014)

Les causes d'une alopécie sont :

> Chez les hommes.
L'alopécie androgénétique masculine est liée à des facteurs génétiques et hormonaux.

Androgénétique = andro (anrogène : hormone masculine) + génétique.

En cause : les hormones mâles, les androgènes, qui jouent un rôle majeur dans la perte de cheveux masculine, c'est d'ailleurs pour cela qu'elle ne se déclare qu'après la puberté. La testostérone, qui est une hormone masculine, est un facteur indirect de la calvitie. C'est à cause de l'enzyme 5 alpha réductase qu'elle se transformera en dihydrotestostérone (DHT) et entraînera la chute des cheveux.

La DHT épuisera, en accélérant ses cycles, le cheveu, qui sera en apparence plus fin et clair, jusqu'à ce que le follicule disparaisse. Certains traitements agissent en essayant d'éviter cette transformation de la testostérone en DHT afin d'éviter cette perte capillaire.

Le facteur génétique est important, mais pas obligatoire. Si du côté du père ou de la mère, plusieurs membres de la famille souffrent de calvitie, il y a plus de probabilités que l'homme en soi lui-même victime. Cependant, il se peut que le phénomène saute une ou des générations.

Cas particulier :
Il existe des cas où le stress peut avoir une influence sur la perte de cheveux. Cependant, il n'influera que sur l'intensité ou/et sur la période de départ de cette perte.

Du fait de sa fréquence, l'alopécie androgénétique peut s'associer à d'autres types de chute de cheveux chez l'homme - une chute de cheveux diffuse liée à la prise d'un médicament (anticoagulants, anticholestérol, isotrétinoine, antidépresseur), une pelade diffuse ou une alopécie cicatricielle inflammatoire - d'où l'intérêt du contrôle par un médecin spécialiste qui fera si besoin les examens nécessaires.

> Chez les femmes.
Les facteurs hormonaux et génétiques sont souvent en cause dans l'alopécie androgénétique féminine, mais ils peuvent être intriqués à d'autres problèmes.

Une femme peut souffrir d'un syndrome de l'ovaire polykystique (acné, hypertrichose, kystes aux ovaires) qui se traduit souvent par des cycles anormaux ou tout simplement par une sensibilité anormale aux d'hormones masculines qu'elle produit - car oui, à l'état normal, les femmes sécrètent un peu d'hormones masculines !

Les femmes sont souvent victimes de chutes abondantes et ponctuelles liées à un effluvium télogène. Notamment, quelques mois après l' accouchement, on constate une chute importante qu'on appelle dans ce cas précis, l'effluvium du post-partum.

Certains médicaments (anticoagulants, isotrétinoine, anticholestérol, antidépresseurs) et des pilules contraceptives peuvent provoquer une perte de cheveux (pilules de 1re génération contenant le lévonorgestrel). De plus, l'arrêt d'une contraception oestroprogestative provoque souvent une chute de cheveux dans les mois qui suivent.

Les carences en fer provoquées par des règles abondantes, des carences protéiques ou vitaminiques provoquées par exemple, par un régime alimentaire trop strict peuvent aussi entraîner une chute de cheveux ponctuelle importante.

Certaines chutes de cheveux peuvent être dues aux coiffures (fer à lisser, tresses, rajouts chignons) ou aux produits de défrisages (défrisants). Ces pratiques peuvent provoquer un arrachage des cheveux et une alopécie de traction (chignons tendus, tresses, rajouts, extensions) ou une cassure des cheveux (défrisages, lissages).

Voir aussi la vidéo :

Calvitie: vidéo


publicité