publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Alopécie : Les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (05. novembre 2014)

> Chez les hommes.
Les deux principaux traitements contre l'alopécie androgénétique masculine sont : le minoxidil et le finastéride. Cependant, leurs effets bénéfiques, mais aussi indésirables diffèrent, ainsi que leur mode d'administration.

Traitement externe, le minoxidil se présente sous forme de lotion ou d'une mousse à appliquer matin et soir. Ce traitement, pris en charge par l' Assurance maladie, permet le plus souvent un arrêt de la chute et parfois une densification capillaire modérée.

Le minoxidil est efficace au bout de minimum 4 mois d'application. Cependant, il faut savoir que les premières semaines de traitement peuvent entraîner une perte de cheveux. Mais pas d'inquiétudes ! Ce ne sont que les cheveux dévitalisés qui quittent le nid pour laisser place à de nouveaux cheveux plus forts et en meilleure santé.

Certes, cette option de traitement est contraignante, mais il faut le vouloir et faire preuve de motivation afin de garder ou retrouver une belle chevelure. Surtout sachant qu'à l'arrêt du traitement, les bénéfices du traitement s'arrêtent !

Par voie orale, la finastéride (Propécia®, finastéride générique), permet de maintenir un certain volume capillaire et peut même entraîner une repousse des cheveux. Sous forme de comprimés (entre 20 et 50 € pour un mois), non remboursé pas la sécurité sociale, ce médicament a une efficacité visible à partir du 4ème mois du traitement. Cependant, pour une efficacité maximale, il faut attendre un an de traitement quotidien. De plus, comme pour le minoxidil, le traitement cesse d'agir dès son arrêt, sa poursuite s'avère donc indispensable durant toute la durée de la calvitie.

Les effets secondaires indésirables du finastéride se caractérisent surtout par une baisse de libido. 1 à 2% des utilisateurs observent une faiblesse érectile. Ces effets secondaires sont heureusement le plus souvent réversibles à l'arrêt du traitement. En cas de problème sexuel, la situation s'améliore dans les semaines qui suivent la fin de la prise de finastéride, le temps que l'organisme élimine le produit. Dans ces cas très exceptionnels (1 cas sur 10 000 patients environs), les troubles sexuels peuvent perdurer après l'arrêt du traitement.

Nota bene : Il est interdit aux femmes en âge de procréer de prendre du finastéride sous peine d'entraîner des malformations du foetus. Il est aussi interdit aux hommes traités de donner leur sang, au cas où ce don serait transfusé à une femme enceinte.

Au-delà des traitements médicamenteux, les cosmétiques (poudres, mascaras) et les compléments capillaires peuvent être utilisés : perruques complètes ou partielles, fabriquées sur mesure et placées sur les parties chauves ou clairsemées, permettent de rendre un aspect naturel et sont efficaces sur les calvities avancées.

Pour ceux qui se voient sauter le pas, la chirurgie peut être une réelle issue à une éventuel complexe lié à la calvitie.

La chirurgie consiste à découper une bande du cuir chevelu à l'arrière du crâne ou de prélever les follicules un par un (FUE). La bandelette est ensuite divisée en petits greffons constitués de quelques cheveux (1 à 3). Des petites fentes sont réalisées généralement sur le haut du crâne, sur les zones à greffer, dans lesquelles le chirurgien insère les greffons. Ainsi, en prélevant des cheveux du patient, ces derniers préservent leur mémoire génétique : les résultats seront donc meilleurs et durables.

> Chez les femmes.
Si la perte de cheveux est due à un désordre hormonal, un traitement antiandrogène est prescrit. Il peut être sous forme d' oestrogènes naturels combinés à de l'acétate de cyprotérone, ou sous forme de pilules contraceptives.

Dans les cas d'alopécies androgénétique, la femme se verra prescrire du minoxidil, mais avec une posologie différente que celui de l'homme (2% pour la femme ; contre 5% pour l'homme).
Pour les alopécies dues à une carence en fer, une complémentation en fer (Tardyféron®, Ferrograd®) sera nécessaire.

Les shampoings volumateurs, les poudres et mascaras capillaires sont des compléments utiles. Les compléments capillaires sont nécessaires en cas de calvitie avancée. Enfin, les greffes de cheveux sont intéressantes pour combler des zones ou la réduction capillaire est importante - les greffes folliculaires peuvent alors être proposées.

L'alopécie peut toucher aussi bien les hommes que les femmes et peut avoir des conséquences plus ou moins fortes sur le quotidien, le moral... Des traitements sont proposés, mais ils sont contraignants et non remboursés par la sécurité sociale. Dans tous les cas de perte de cheveux, il est important de se tourner vers le dermatologue qui fera un diagnostic précis et vous aidera à trouver la solution adaptée à votre cas.


publicité