publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Maladie d’Alzheimer : Le témoignage d’un patient

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (02. décembre 2014)

Le témoignage de Sandrine. Son père souffre de la maladie d'Alzheimer.

Votre père est atteint de la maladie d'Alzheimer. Depuis combien de temps ?
Cela fait cinq ans, maintenant. Il vit encore à la maison avec ma mère. Mais cela devient de plus en plus difficile pour elle. Elle refuse toujours de le laisser partir dans une maison spécialisée. Elle culpabilise à l'idée de l'abandonner. Mais elle s'épuise. Il ne la reconnaît plus. Il ne me reconnaît plus non plus. Quand je viens, il demande : mais qui est cette jeune femme ? Quand on lui répond qui je suis, il éclate de rire et déclare : que vous êtes drôle, vraiment ! Et toute la journée, il demande s'il est en retraite ou pas. Tout à coup, il s'éveille et il demande où il est. On lui explique qu'il est dans sa maison. Là encore, il éclate de rire, nous traitant de moqueurs.

Il est toujours aussi souriant ?
Non. Il est devenu suspicieux. Inquiet. Parfois, en effet, quand nous lui rappelons qui nous sommes, il le prend comme une bonne blague. Mais parfois sur d'autres sujets, il peut s'énerver très rapidement. Ce qui est dangereux. Pour lui, surtout. Nous prenons soin de toujours répondre la vérité. De ne jamais l'entretenir dans ses fausses interprétations. Mais nous le faisons avec douceur, pour éviter qu'il ne se mette en colère. Il peut parfois se montrer violent.

Comment vous êtes-vous rendu compte de la maladie d'Alzheimer de votre père ?
Au début, il a traversé une phase de déprime. Il était très actif. Mes parents ont toujours beaucoup voyagé, vu beaucoup d'amis. Il n'avait plus envie de rien. Il ne se rasait pas le matin. Il n'avait plus envie de voir personne. Les voyages l'ennuyaient. Il a changé d'attitude avec ma mère aussi. Il avait des sautes d'humeur qu'il n'avait jamais eues jusque-là. Et puis, il a commencé à confondre les objets. Quand il allait chercher une baguette, il revenait avec un litre de vin ou des choses qui n'avaient rien à voir. Cela l'énervait. Et voilà. On a vite pensé à Alzheimer. Le diagnostic a été établi rapidement.

Comment vivez-vous la maladie de votre père ?
En fait, je suis surtout très inquiète pour ma mère. Je vous le disais, elle ne se décide pas à le laisser quitter la maison. Elle veut le garder à domicile le plus longtemps possible. Ils ont toujours vécu ensemble. C'est normal. Mais elle est âgée, elle aussi et elle s'épuise. Pour rien. Il ne la reconnaît même plus !


publicité