publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Anémie ferriprive : Les symptômes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (03. juin 2014)

Une fatigue anormale, le moral dans les chaussettes, une moins bonne résistance aux infections virales, un essoufflement plus prononcé à l'effort, une chute des cheveux constituent les principaux symptômes d'une anémie ferriprive.

Devant ces différents symptômes, le médecin prescrira des examens complémentaires : une analyse de sang : une numération de formule sanguine (NFS) ou hémogramme.

L'anémie se diagnostique avec le taux d'hémoglobine et le compte des globules rouges, leur taille.
Pour établir s'il y a une carence en fer, on dosera aussi la ferritine. En revanche, déterminer le taux de fer n'est pas indiqué dans ce cas. C'est la mesure du taux de ferritine qui compte.

Un taux d'hémoglobine bas, des globules rouges de petite taille, une ferritine abaissée sont retrouvés en cas d'anémie ferriprive.

D'autres examens peuvent être nécessaires pour savoir d'où proviennent les saignements. Des explorations digestives, gynécologiques, urologiques peuvent être prescrites... En fonction des résultats, des traitements spécifiques sur le tube digestif ou l'appareil gynécologique seront réalisés pour résoudre le problème une fois pour toute.

Qui peut-être concerné par une anémie ferriprive ?
Cette anémie se manifeste plus souvent à des périodes précises de la vie : croissance de l'enfant (surtout de 6 mois à 4 ans), adolescence, femmes qui ont des règles abondantes et grossesse.

Mais en fait tout le monde peut être concerné un jour ou l'autre par une anémie ferriprive. Elle nécessite toujours de prendre l'avis d'un médecin qui pourra prescrire des examens pour en rechercher la cause.


publicité